10 - LE MÉSOLITHIQUE D’IBÉRIE


20 min lu

Jusqu’à la fin de l’établissement des chasseurs-cueilleurs de l’ère glaciaire à l’intérieur de l’Ibérie devait être aussi important et permanent que celui des régions côtières des Asturies, de la Cantabrie, du Pays basque, de l’Estrémadure portugaise et de l’arche méditerranéenne (de Gibraltar au flanc est des Pyrénées). Cela est le mieux illustré par les sites d’art et d’habitation en plein air du bassin du Douro, en particulier ceux trouvés dans la vallée de la rivière Côa. Après cela, cependant, les mesetas intérieures montrent peu de signes d’occupation humaine jusqu’à près de 4000 av. J.C., quand ils ont été réinstallés largement par les agriculteurs. 


Aucun biais taphonomique qui pourrait expliquer ce modèle n’a été identifié, ce qui suggère qu’il s’agit en effet d’un véritable reflet de l’histoire des établissements régionaux. Les raisons de cette réorganisation majeure de l’établissement humain de l’intérieur vers les côtes sont probablement liées au changement climatique brutal qui s’est produit lors de la transition de la Dryas III à la période préboréale ( 9500 av. J.C.), lorsque les températures moyennes ont augmenté de plusieurs degrés en une seule génération. Une autre conséquence de ce processus a été l’inondation rapide des vastes plates-formes littorales qui s’étendaient au-delà des côtes actuelles, en particulier le long de l’Atlantique. Par conséquent, un virage économique vers une dépendance accrue à l’égard des ressources aquatiques est évident dans toutes les zones côtières de la péninsule. 


Il convient de noter, cependant, que le début de cette tendance remonte à l’époque magdaléenne (entre environ 17 000 et environ 12 000 av. J.C.) dans des zones telles que la côte cantabrique et la baie de Malaga. Dans ces zones, en raison du relief sous-marin abrupt, les sites côtiers d’aujourd’hui sont assez proches du bord de mer paléolithique postérieur et du début du Mésolithique, permettant la préservation d’un enregistrement archéologique d’adaptations qui, ailleurs, a été détruit par l’élévation du niveau de la mer. Les effets d’un tel changement sont les plus visibles dans le contraste marqué qui existe entre les sites portugais situés de chaque côté de la ligne de partage des eaux Dryas III-Preboreal. 


Auparavant, les sites qui n’étaient pas situés à plus de 10 kilomètres de la mer ne contenaient pas de coquilles moyennes. Par la suite, la plupart des sites sont des coquilles moyennes ou contiennent une composante importante de coquillages, même si elles sont situées à des distances de la mer supérieures à 40 kilomètres. Compte tenu des distances en cause, l’accumulation de ressources côtières et estuariennes dans ces sites intérieurs ne peut pas avoir été liée à l’approvisionnement dans les environs immédiats du site. Il est plus probable qu’il suggère l’accumulation au fil du temps des résidus de petites quantités d’aliments transportés et consommés à l’arrivée ou pendant les premiers jours de l’occupation de sites saisonniers ou fonctionnellement spécialisés utilisés de façon récurrente. Le mouvement par voie d’eau à l’intérieur de ces territoires a dû être assez facile et rapide. Alimentés par des précipitations bien supérieures à celles du climat méditerranéen actuel de la région, les rivières et les ruisseaux du Mésolithique inférieur ont traversé des fonds de vallée fraîchement incisés et ont donc dû être plus grands et plus profonds, ce qui a rendu les voies de communication très pratiques si des canoës étaient utilisés. 


Dans un tel scénario, la taille des territoires économiques aurait triplé, passant d’environ 500 kilomètres carrés, supposés pour le Paléolithique supérieur, aux quelque 1 500 kilomètres carrés qu’implique l’interprétation des sites de grottes intérieures du Mésolithique primitif avec des coquilles intermédiaires en complément des camps résidentiels placés le long de la côte. Le rôle critique des aliments aquatiques à l’époque préburréale explique probablement l’abandon mésolithique apparent des mesetas ibériques intérieures. Contrairement aux zones européennes au nord des Pyrénées, où l’occupation contemporaine de l’arrière-pays continental est documentée, l’intérieur de l’Ibérie manque de lacs importants, et les rivières, même les plus grandes, s’assèchent souvent en été sur de vastes étendues. Quoi qu’il en soit, l’absence d’établissements humains provenant de vastes régions à couvert forestier tempéré très dense est documentée dans d’autres parties du monde. 


Un schéma similaire, par exemple, a été observé dans le sud-ouest de la Tasmanie, où au moment du contact, les vallées intérieures étaient dépourvues d’humains depuis le début de l’Holocène, malgré les nombreuses preuves archéologiques d’occupation tout au long de l’ère glaciaire. Une autre implication des preuves portugaises est que, par comparaison avec la fin du Paléolithique, non seulement les densités de population, mais aussi la taille globale de la population ont dû diminuer de manière significative au début du Mésolithique. En fait, la zone disponible pour la colonisation est devenue considérablement réduite par l’élévation du niveau de la mer. Néanmoins, la taille des territoires économiques semble avoir augmenté. C’est le contraire de ce qui se serait passé si le même nombre de personnes s’étaient installées dans la zone maintenant plus petite disponible pour l’occupation. Le long des côtes nord-ouest et sud-ouest de la Tasmanie aborigène du XVIIe siècle, des bandes individuelles de jusqu’à 50 personnes ont hiverné dans des camps résidentiels situés à des intervalles d’environ 50 à 100 kilomètres et placés dans les principaux estuaires de cette côte de 1 000 kilomètres de long. Cela semble être une analogie raisonnable pour le Mésolithique ibérique, au moins le long de l’Atlantique, où les adaptations humaines ont fonctionné dans des contraintes environnementales similaires et avec une base économique similaire.

 

LA CÔTE CANTABRIQUE

 En Espagne cantabrique, la transition culturelle des outils en pierre aziliens aux asturiens a lieu tout au long du Préboréal, accompagnant la transition des conditions climatiques glaciaires aux conditions climatiques entièrement tempérées. L’Azilien est une continuation du Magdalénien avec la même technologie de lame / pierre à lame riche en microlithes mais avec différents types de harpons en os. L’Asturien dispose d’outils de galets macrolithiques (roches). La plupart des sites asturiens sont des coquillages accumulés dans des abris sous roche et des porches des grottes et sont situés dans l’étroite bande de plaines et de basses terres de la région entre la mer au nord et les montagnes cantabriques au sud. 


L’outil de pierre caractéristique est le pic asturien, un pavé plat (dans ce cas, un rocher roulé par la mer ou une rivière), de 8 à 10 centimètres de long, avec une base corticale (la « peau » extérieure, altée et roulée du pavé) et un point de forme unifaciale (formé d’un côté seulement), triangulaire en section transversale, qui peut avoir été utilisé dans la collection de plantes. Les résidus alimentaires – coquilles de mollusques, restes de poissons et os de mammifères – documentent l’exploitation des ressources fournies par les riches eaux côtières, combinée à l’exploitation des forêts couvrant les collines et les pentes des montagnes adjacentes. Les espèces de patelles et de monodonta (patelles molles) dominaient parmi les mollusques et les cerfs rouges parmi les mammifères terrestres, mais les aurochs, les chevaux, les sangliers, les chevreuils,les chamois et les bouquetins ont également contribué au menu. 


Le peu d’information disponible sur la saisonnalité ne rend pas compte des occupations estivales, ce qui donne à penser que la cueillette intensive de mollusques a joué un rôle supplémentaire, surtout pendant la saison froide, lorsque d’autres ressources (en particulier les aliments végétaux) étaient rares ou indisponibles. Des sites spécialisés élevés sur les montagnes sont connus, tout comme quelques occupations en territoire intermédiaire. Il n’est pas encore clair si ces derniers sites représentent des établissements logistiques ou saisonniers intégrés dans le système de peuplement et de subsistance des basses terres côtières ou des adaptations intérieures distinctes. Les zones riches en matières premières pour les outils en pierre indiquent des territoires plutôt petits, ce qui est plus cohérent avec la deuxième hypothèse. 


Aucun objet d’art n’est associé à l’Asturien, mais l’enterrement est documenté, notamment celui d’une femelle âgée de la coquille Molino de Gasparín. Fouillée en 1926, cette femme a été retrouvée dans une position allongée, avec trois pics posés sur des pierres par la tête. Un monticule, au-dessus duquel un feu avait été allumé, recouvrait le corps. Entre 1985 et 1990, sept personnes, enterrées dans trois éléments, ont été fouillées dans la grotte los Canes (Asturies). Les ossements humains de cette sépulture ont été datés au radiocarbone à la période comprise entre environ 6000 et 5000 av. J.C. La grotte ne contenait aucune trace d’habitation de cette période, ce qui suggère qu’elle n’était utilisée qu’à des fins funéraires. Les corps ont été placés dans decubito supino (couché sur le dos) ou en decubito lateralis sinistro (couché sur le côté gauche) en association avec des ornements corporels - canines de cerf rouge percées et coquilles perforées de Callista chione, Trivia europaea et Littorina obtusata- outils d’os, galets et os d’animaux, représentant éventuellement des offrandes de viande. L’un des corps une femelle très gracile, a offert une image étendue des problèmes dentaires, avec des caries, des abcès, et la résorption alvéolaire (gencives en recul) affectant la mâchoire supérieure. 


Aucune condition pathologique de ce type n’est connue dans les autres restes humains du Mésolithique régional, ce qui suggère que vers la fin de la période, les régimes alimentaires sont devenus plus riches en glucides, en particulier en aliments végétaux. La poterie est présente dans cette région à partir d’environ 4900 av. J.C., comme en témoigne la datation au radiocarbone par spectrométrie de masse par accélérateur (AMS) du charbon de bois collecté dans le tissu d’une gaine prélevée au niveau C de Los Canes, au-dessus de l’horizon stratigraphique correspondant aux sépultures. Parce qu’il n’existe aucune preuve de domestication dans cette région avant environ 4200 av. J.C., il semblerait que cette poterie précoce représente une introduction technologique dans un contexte de chasseur-cueilleur, documentant l’existence d’échanges avec les groupes d’agriculteurs qui s’étaient établis dans le bassin supérieur de l’Èbre. La survie des économies de chasseurs-cueilleurs jusqu’à bien après 4900 av. J.C. est documentée par les niveaux mésolithiques dans les sites de grottes de Pico Ramos et la Trecha, qui datent d’aussi tard que 4300 av. J.C. et ne contiennent pas de domesticates, d’animaux ou de plantes. Bien que les preuves actuelles sont ambiguës et que l’existence d’un néolithique pré-mégalithique soit suggérée par différentes sources de données, il semble qu’en Cantabrie, ainsi qu’en Galice et dans le nord-ouest du Portugal, l’apparition de groupes paysans-bergers coïncide à peu près avec les débuts de la construction de mégalithes au cours de la seconde moitié du cinquième millénaire av. J.C. 


Il semble évident qu’il s’agit d’un processus local, avec peu d’apport démographique de l’extérieur et des niveaux élevés de continuité culturelle, représentant l’adoption par les chasseurs-cueilleurs locaux d’innovations économiques et technologiques acquises par le commerce et l’échange. Au-delà de la frontière orientale de la répartition des sites asturiens, les assemblages d’outils en pierre dans les zones côtières du Pays basque, étiquetés post-aziliens, sont caractérisés par différents types de microlithes de silex, avec des types géométriques dominant vers la fin de la séquence. Les adaptations et le calendrier des changements économiques, cependant, suivent les mêmes lignes documentées pour l’Asturien, comme en témoigne la séquence stratigraphique dans la grotte de Santimamiñe du post-azilien au néolithique et par le site de la plage de Herriko Barra. L’enterrement d’un homme de vingt-cinq ans de taille moyenne, accompagné d’un chien sans tête et d’un agneau, au niveau I de la grotte de Marizulo représente la première preuve sûre d’agriculture dans la région; le squelette humain a été daté au radiocarbone à environ 4150 av. J.C. 


LA FAÇADE OUEST

 Les pics de type asturien associés à d’autres grands assemblages d’outils en pierre de noyau et de flocons fabriqués sur des pavés de plage et qui datent du début de l’Holocène sur des bases géologiques ou typologiques sont des trouvailles courantes le long des côtes de galice et du nord-ouest du Portugal. Aucun contexte in situ avec des restes organiques n’a été trouvé; ainsi, notre connaissance des adaptations humaines de la période dans ces régions est faible. La continuité avec le bord de mer asturien dans le paysage et l’écologie, cependant, suggère que la colonisation mésolithique de ces régions a dû être organisée selon des lignes similaires. De nombreux sites préboréals et boréaux sont connus au sud de la rivière Mondego. Leur répartition géographique est apparemment conforme à celle du paléolithique supérieur le plus récent, même si leurs autres caractéristiques diffèrent considérablement, compte tenu de l’accent mis sur les ressources aquatiques et des changements apparents dans les modèles de mobilité et la taille des populations examinés précédemment. 


Ces changements sont liés à l’impact majeur sur les populations animales des altérations du climat et de la végétation : la biomasse des grands mammifères a été considérablement réduite, les espèces d’espaces ouverts (chamois et bouquetins) se sont retirées dans les zones de haute montagne en dehors de la région, et les chevaux ont vu leur habitat limité aux plaines fluviales. En conséquence, à partir de la fin de la Dryas III (le Pléistocène ou l’âge glaciaire), la composition des faunes de mammifères chassés est dominée par les cerfs rouges, ainsi que les aurochs, les chevreuils,les sangliers et les lagomorphes (lièvres et lapins). La prise en compte de la taille du site et de la composition de l’assemblage indique que les sites de ces périodes peuvent être divisés en trois groupes. De vastes sites en plein air contenant un composant d’outil en pierre diversifié avec plusieurs types d’armatures (outils en pierre pouvant être utilisés comme flèches ou points de lance) se trouvent dans les zones intérieures. La plupart manquent de préservation organique, ce qui est un indicateur indirect que les activités de subsistance reposaient uniquement sur l’exploitation des ressources terrestres. (L’abandon des restes de mollusques aurait créé un environnement gazéifié favorable à la préservation de la coquille et de l’os.) De petits sites en plein air contenant des restes d’outils en pierre rares et moins diversifiés, mais présentant d’abondants restes de mollusques, existent le long du littoral actuel dans des endroits qui correspondent aux fonds des estuaires de l’époque, lorsque le niveau de la mer était encore plus bas qu’il ne l’est au XXIe siècle. 


Quelques grottes et abris sous roche présentent des vestiges organiques liés à l’exploitation des ressources alimentaires d’origine terrestre et côtière et des assemblages d’outils qui comprennent plusieurs types d’armatures, mais la petite taille globale des accumulations culturelles suggère des séjours très courts ou rares. L’explication la plus raisonnable de ces différences est la complémentarité fonctionnelle entre les sites résidentiels occupés de façon récurrente et les petits sites spécialisés ou saisonniers utilisés ou créés dans le cadre d’un système d’établissement très mobile. Dans le sud du Portugal, de vastes sites couvrant plusieurs milliers de mètres carrés et ayant des caractéristiques de foyer associées à une trousse d’outils macrolithiques en noyau et en flocons (tels que Palheiro ~es do Alegra dans l’Alentejo côtier ou Barca do Xarês dans la région de la rivière Guadiana) ont été datés de la forêt boréale. Ces sites correspondent à des palimpsestes résultant de l’accumulation de nombreuses occupations différentes, répétées et probablement spécialisées. L’apparition de l’optimum climatique atlantique, vers 6500 av. J.-C.c., a entraîné une réorganisation majeure de la colonisation, qui s’est concentrée à ce moment-là sur les parties intérieures des estuaires des rivières Mondego, Tage, Sado et Mira. 


Les trousses à outils en pierre de l’époque sont dominées par des microlithes géométriques fabriqués dans le cadre d’un système sophistiqué de production de lames-lames avec des desquamations sous pression et des percussions indirectes, et elles contrastent nettement avec celles de la phase précédente, lorsque les armatures avaient tendance à être de très petites lames retouchées extraites de petits noyaux carinés. L’exploitation de ces écotones riches en ressources a conduit à la formation de gros tas de mollusques bivalves, dont l’extension (à la fois en superficie et en hauteur) a considérablement transformé la topographie d’origine du terrain. Les Muge middens, dans le Tage, sont le meilleur exemple de ce nouveau type de site, qui suggère une résidence sédentaire ou proche de la sédentaire, une inférence qui concorde avec les preuves de saisonnalité disponibles. Le fait que ces sites fonctionnaient également comme des cimetières, indiquant l’existence d’une relation de propriété des différentes bandes avec leurs territoires qui a été transmise d’une génération à l’autre, pointe dans la même direction. On estime que trois cents squelettes ont été exhumés des différents sites de Muge et cent de ceux de la vallée du Sado. L’importance des aliments aquatiques est confirmée par l’analyse isotopique stable de ces squelettes, selon laquelle ces ressources ont contribué à environ 50 pour cent de l’alimentation. 


L’occupation de ces habitats d’estuaire semble avoir culminé vers 6000 av. J.C. et a duré jusqu’à 4750-5000 av. J.C. À partir d’environ 5500 av. J.C.. ces chasseurs-cueilleurs ont coexisté avec des agriculteurs installés dans les massifs calcaires de la région située entre le Tage et Mondego. Ces premiers groupes néolithiques possédaient des moutons domestiques (dont les os étaient datés au radiocarbone sur le site de la grotte de Caldeir ~ao) et sont définis par une culture matérielle qui fait totalement défaut dans les coquilles mésolithiques contemporaines. Il comprend des articles tels que des poteries décorées de cardiaux (culture cardiale), des haches en pierre polie et des outils en silex obtenus avec une technologie impliquant le prétraitement thermique de la roche. Parmi les ornements corporels, les perles de Glycymeris en forme de déchirure ainsi que les canines de cerf rouge percées et les perles d’os imitant leur forme figurent en bonne place. Les grottes sont utilisées comme cimetières, et l’analyse isotopique stable de ces restes indique un régime alimentaire entièrement terrestre, en contraste marqué avec celui des personnes enterrées dans les middens Muge et Sado. Ces deux ensembles culturels avec des distributions géographiques mutuellement exclusives doivent représenter des systèmes adaptatifs distincts, et non des aspects fonctionnels ou saisonniers différents d’un système unique et très diversifié. 


Les similitudes de culture et d’adaptation entre le néolithique le plus ancien du Portugal et celui des régions méditerranéennes à l’est, combinées à la nature enclavée de son schéma de peuplement initial (les zones occupées sont dépourvues de sites mésolithiques postérieurs au début de l’optimum climatique), suggèrent qu’il s’agit d’une intrusion culturelle et non d’un développement in situ. Les caractéristiques temporelles, géographiques et archéologiques du processus indiquent une colonisation par de petits groupes d’agriculteurs pionniers maritimes, leur expansion ultérieure conduisant, par le biais de mariages mixtes, à l’absorption des groupes mésolithiques locaux, dont l’économie impliquait un potentiel démographique nettement inférieur. Une hypothèse alternative est celle de l’adoption précoce du paquet néolithique par les chasseurs-cueilleurs vivant dans les massifs calcaires de l’Estrémadure, tandis que ceux vivant hors des estuaires fluviaux auraient conservé le mode de vie traditionnel pendant plusieurs centaines d’années supplémentaires. Les études sur les squelettes humains fournissent des résultats qui peuvent être interprétés comme indiquant une continuité significative dans les populations à travers la frontière mésolithique-néolithique, conformément à un tel modèle alternatif. Aucun signe des adopteurs putatifs du Mésolithique supérieur, cependant, n’a été trouvé dans les massifs calcaires (qui semblent avoir été abandonnés par les humains après environ 6000 avant JC., à l’exception des occupations éphémères dans les grottes près des sources qui parsèment sa périphérie). 


De même, il n’y a pas d’explication évidente à la raison pour laquelle les adaptations dans les deux zones ont suivi des stratégies si différentes après que le paquet néolithique a été mis à la disposition des deux groupes par le biais des réseaux d’échange à longue distance auxquels tous les groupes humains vivant sur la côte du Portugal ont dû participer. En outre, il faut s’attendre à une continuité significative des caractéristiques morphologiques squelettiques si l’apport néolithique externe était faible ou s’il n’existait pas de différences génétiquement significatives dans ces caractéristiques dans le stock méditerranéen original du Paléolithique supérieur d’où les différents groupes impliqués dans le processus devaient avoir dérivé. 


L’ARCHE MEDITERRANEENNE

 Le long de la côte méditerranéenne entre Gibraltar et Valence, la continuité culturelle à travers la frontière Pléistocène-Holocène (9500 av. J.C.) est claire et sans ambiguïté. Comme dans la transition magdalénienne-azyrienne plus connue de la côte cantabrique, les industries régionales de la fin du Magdalénien ont progressivement évolué vers ce qu’on appelle l’épipaléolithique microlaminaire méditerranéen. Cette dernière période est caractérisée par une diminution de la taille et de la variété des armatures de lames, qui se limitent à quelques types d’éléments adossés, et par la rareté, sinon la disparition totale, des outils osseux. Les premiers assemblages de ce type ont été datés invariablement de la période précédant immédiatement la division Dryas III-Preboreal. Ils semblent avoir duré jusqu’au milieu du huitième millénaire av. J.C. À cette époque, de modestes quantités d’armatures microlithiques géométriques de petite taille (croissants, trapèzes, triangles), rappelant la phase sauvetérienne du Mésolithique des régions plus au nord, avaient été introduites dans des trousses à outils en pierre. 


Comme au Portugal, l’impact économique du changement climatique mondial se manifeste dans l’augmentation spectaculaire de la consommation de ressources aquatiques. La tendance était en place à la fin du Magdalénien, comme le montre la séquence de la grotte de Nerja, qui contient d’abondants restes de poissons. Leur nombre est cinq fois supérieur à celui des lapins du Magdalénien, mais, dans les niveaux préboréals, les poissons sont plus nombreux que les lapins 10 à 1. La collecte de mollusques marins et terrestres ainsi que de pignons de pin et de glands est également attestée dans les niveaux du Mésolithique supérieur, même si la majeure partie de l’approvisionnement alimentaire a continué à être représentée par la viande de cerf rouge et de bouquetin, comme dans le Magdalénien postérieur précédent. L’élargissement significatif du menu est également illustré par les restes de phoques et de différentes espèces d’oiseaux, tels que les canards et les perdrix. Les indicateurs de saisonnalité disponibles suggèrent que Nerja a été occupée en automne et en hiver, ce qui signifie que l’exploitation des ressources aquatiques a peut-être été la plus importante pendant la saison froide, comme cela a également pu être le cas dans les Asturies et en Cantabrie. 


Les camps d’été et les activités estivales sont probablement enregistrés dans des sites en plein air qui restent à identifier; cette représentation exclusive des grottes et des abris sous roche dans l’échantillon régional de sites nuit considérablement à la compréhension de son établissement du Mésolithique inférieur. Après environ 7000 av. J.C. assemblages régionaux d’outils en pierre se transforment en ce qu’on appelle l’épipaléolithique géométrique méditerranéen, doté d’une technologie de lame / lame orientée vers l’extraction d’ébauches pour la production d’armatures géométriques fabriquées par la technique de la microburine. Sur le site stratifié de la grotte de Cocina, une phase antérieure, dominée par des trapèzes, peut être distinguée d’une phase ultérieure, dominée par des triangles, reflétant le développement similaire apparent dans les middens portugais de Muge. Le bouquetin était le principal animal de chasse, mais cette découverte peut être due à des biais d’échantillonnage, car la plupart des sites de la période fournissant des données sur la subsistance sont situés dans des environnements montagneux. L’exploitation des marais côtiers, des estuaires et des lagunes, selon les lignes mieux illustrées par les preuves portugaises, est documentée par la coquille d’El Collado (Valence), qui contenait également de nombreuses sépultures. Quinze individus sont signalés, allongés sur le dos ou sur le côté droit. Comme à Los Canes, leurs jambes étaient étroitement fléchues et leurs pieds étaient croisés ou rentrés ensemble, une position forcée qui suggère que les cadavres étaient en quelque sorte bagués ou ensachés. 


Dans toutes les séquences de grottes profondément stratifiées connues (telles que Chaves, Or et Cendres), le néolithique le plus ancien de la région date d’environ 5500 avant J.c., comme le prouve la datation directe des restes de céréales des sites de Mas d’Is (une colonie en plein air) et de La Falguera (un abri sous roche). Une grande variété de nouveaux types d’outils en os et un nouveau système de production d’outils en pierre accompagnent l’introduction de la poterie, des haches en pierre polie, du blé, de l’orge et des moutons. Le débitage des lames a probablement résulté de l’écaillage sous pression, et il y a des preuves de prétraitement thermique du silex. Les microlithes sont des géométries (presque exclusivement trapézoïdales) utilisées pour la plupart comme lames de faucille, mais l’utilisation de la technique de la microburine n’est pas documentée; au lieu de cela, les produits laminaires (outils en pierre avec des proportions de lame, c’est-à-dire allongés avec des bords à peu près parallèles) ont été systématiquement raccourcis par des techniques de flexion. Les foreurs aux points épais et longs font leur première apparition dans les séquences régionales. La discontinuité marquée dans la colonisation, l’économie et la technologie de base suggère que cette première preuve néolithique représente une intrusion culturelle, qui est en accord avec ses similitudes avec l’ensemble culturel cardial de régions plus au nord-est. La présence de quelques gaines de poterie cardiale dans les niveaux les plus élevés des longues séquences stratigraphiques de sites intérieurs tels que Cocina a été interprétée comme une preuve d’interaction entre les agriculteurs immigrants et les chasseurs-cueilleurs locaux, conduisant finalement à l’adoption d’économies agropastorales par ce dernier groupe. 


Le style dit macroschematique des peintures rupestres, reproduit dans la décoration des récipients en céramique d’Or, est une autre manifestation culturelle des premiers agriculteurs de la région. Sur plusieurs sites, en particulier à Alicante (notamment La Sarga), ces peintures sont superposées à des motifs animaliers et à des scènes de chasse du style artistique levantin, qui a longtemps été considéré comme d’âge mésolithique en raison de la nature de ses thèmes. La stratigraphie des panneaux décorés montre maintenant, cependant, que les peintures levantines datent du Néolithique supérieur et de l’âge du cuivre. Les seules manifestations positives de l’art mésolithique dans la région sont donc les dalles de calcaire décorées de motifs linéaires ou géométriques découverts à Cocina. 


LE BASSIN DE L’ÈBRE

À l’heure actuelle, les sites mésolithiques du bassin de l’Èbre se regroupent en trois groupes géographiquement distincts: le groupe de l’Aragon inférieur, à environ 60 kilomètres du delta, y compris des sites bien connus tels que Botiquería dels Moros et Costalena; le groupe pyrénéen, qui parsème la chaîne de montagnes et ses élévations adjacentes d’est (Navarre) à l’ouest (Andorre et nord de la Catalogne), avec les principaux sites de La Balma de la Margineda et Aizpea; et le groupe de l’Èbre supérieur, une continuation de cette dernière région dans la province d’Alava, où se trouvent des sites tels que Kanpanoste Goikoa et Mendandia. La séquence culturelle-stratigraphique, cependant, est largement uniforme sur cette vaste zone (environ 85 000 kilomètres carrés) et commence par un processus de transition progressive du Magdalénien à des assemblages de petites lames de type azilien semblables à ceux des régions méditerranéennes au sud. Les sites catalans de Sant Gregori de Falset et Filador ont donné deux des rares objets d’art portables solidement datés de cette période de transition en Espagne: une dalle avec la gravure d’un cerf femelle et un caillou peint avec des lignes parallèles. 


L’apparition d’assemblages encochés et denticulés avec des géométries sauveterrian, très petites après 8000 av. J.C. marque la fin de la transition. Des assemblages de lames et de trapèzes similaires à ceux de l’épipaléolithique microlaminaire méditerranéen apparaissent après environ 7000 av. J.C. Dans sa dernière étape, de nouveaux types géométriques apparaissent à côté du trapèze: des triangles de type Cocina dans les sites d’Aragon inférieur et des points de Sonchamps (points triangulaires avec une retouche inverse [inférieure, ventrale] ou bifaciale [des deux côtés]) dans les sites pyrénéens occidentaux. Tout au long de la séquence, les os des mammifères terrestres (cerfs rouges et chevreuils, bouquetins, chamois, sangliers, aurochs, chevaux et lapins) représentent la majeure partie des résidus alimentaires abandonnés sur les sites d’habitation. Des conditions de conservation favorables à l’abri sous roche d’Aizpea ont permis la récupération de restes de poissons extrêmement abondants; contrairement à ce qui se passait ailleurs dans le Mésolithique ibérique, les outils en os, en particulier les hamechons, étaient nombreux, ce qui suggère que cette composante de la trousse d’outils peut être étroitement associée à l’exploitation des ressources fluviales. Aizpea est un bon exemple du rôle essentiel que l’utilisation d’aliments d’eau douce a dû jouer dans la colonisation réussie des zones intérieures de la région. 


Cette zone reposait également sur l’exploitation économique des plantes forestières, qui est indiquée sur le site par des coquilles de noisettes et les restes de pommes sauvages et d’autres fruits récupérés tout au long de la séquence mésolithique. L’escargot terrestre Cepaea nemoralis, dont les coquilles sont présentes en grand nombre sur de nombreux sites de l’époque, a probablement été introduit par l’homme comme nourriture. Le squelette d’une femelle gisant sur le dos contre le mur de l’abri, sans artefacts associés et daté de la dernière période géométrique d’occupation d’Aizpea, est la seule sépulture mésolithique trouvée jusqu’à présent dans la région. Le néolithique le plus ancien est documenté par des sites de grottes dans les Pyrénées, notamment La Balma de la Margineda et Chaves, avec des niveaux avec des poteries cardiales et des moutons et chèvres domestiqués. Les preuves au radiocarbone suggèrent une large contemporanéité avec les sites valenciens, et les caractéristiques communes du processus indiquent que l’introduction de l’agriculture s’est déroulée dans le même sens mieux documenté dans les régions plus au sud. Le village lacustre de La Draga (Banyoles, nord de la Catalogne) montre que, au moins depuis environ 5000 av. J.C. et probablement bien avant cela, la colonisation néolithique primitive a été organisée en agrégats permanents de maisons en bois de 3 à 4 mètres de haut et construites à partir de planches et de poteaux en chêne.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.