8 - LE MÉSOLITHIQUE D’EUROPE CENTRALE ET MÉRIDIONALE


18 min lu

La période référencée ici est l’Holocène, la dernière époque du système quaternaire. L’Holocène a commencé il y a environ onze mille ans et s’étend jusqu’à nos jours. Il est également connu sous le nom de post-Pléistocène, après l’âge glaciaire du Pléistocène. Les archéologues traitent de l’Holocène supérieur, puisque le présent est ce que l’on pourrait appeler l’Holocène moyen ou tardif. 


L’Holocène précoce peut être divisé approximativement comme suit, en fonction des industries d’outils en pierre les plus courantes pour les chasseurs-cueilleurs mésolithiques d’Europe centrale et méridionale: 

  - Pléistocène Industries épipaléolithiques glaciaires tardives il y a 13 500 à 11 000 ans 

  - Holocène (subdivision climatique :Préboréal/Boréal) 

        - Début sauvetérien il y a 11 000 à 10 300 ans 

        - Sauvetérien moyen il y a 10 300 à 9 500 ans 

        - Sauveterrien récent il y a 9 500 à 8 500 ans 

  - Holocène (subdivision climatique :Atlantique) 

        - Castelnovian il y a 8 500 à 7 300 ans 

L’industrie sauvetérienne a reçu son nom d’un site du sud-ouest de la France, Sauveterre-la-Lémance. Des outils en pierre y ont été trouvés dans l’ordre stratifié suivant les assemblages paléolithiques du début de l’Azilien et de la fin du Magdalénien. L’industrie sauvetérienne se caractérise par des microlithes (très petits outils) réalisés sur de petites lames de formes géométriques, principalement des triangles. L’industrie castelnovienne porte également le nom d’un site en France et se distingue par des trapèzes fabriqués sur des lames régulières et un peu plus grandes. Il y a des différences régionales à ce schéma, parfois avec des noms alternatifs (par exemple, « tardenois » pour castelnovien), mais par souci de simplicité, il suffit de penser en termes des deux industries mentionnées.


La principale différence entre le préboréal/boréal et l’Atlantique réside dans le climat, le premier étant plus frais et plus sec et le second plus chaud et plus humide. Le thème sous-jacent ici est que l’Holocène a été une période de changement dans les populations de chasse en Europe. Les transformations sont évidentes dans les types d’outils en pierre, la faune qui a été exploitée et la nature de l’utilisation du paysage. Les raisons de ce changement sont en grande partie d’un point de l’environnement, bien que des facteurs sociaux concomitants aient également joué un rôle. Les principaux développements environnementaux de l’Holocène ont été une augmentation du boisement et l’amélioration concomitante de la couverture des sols et de la variabilité des ressources végétales, ainsi qu’une élévation du niveau de la mer, la perte de côtes et les fluctuations du niveau des eaux intérieures affectant à la fois les habitats et les ressources marins et fluviaux. 


À ces développements environnementaux, il y avait des modifications des systèmes de subsistance des populations humaines à mesure qu’elles s’adaptaient à l’éventail des nouvelles ressources et, dans certains cas, adoptaient des stratégies pour gérer l’éventail des nouvelles ressources. Certes, les changements environnementaux ont été lents en termes de vies humaines et, comme l’a dit Michael Jochim dans un chapitre pour les premiers agriculteurs d’Europe, « auraient été perçus comme des changements graduels dans les proportions relatives des habitats et des ressources, et non comme des remplacements brusques ». 


Les divers facteurs géographiques, climatiques et environnementaux qui ont joué avec le développement culturel entre les différentes régions des hautes terres d’Europe centrale et méridionale contribuent à la difficulté de définir un processus homogène d’adaptation post-Pléistocène. Une approche régionale intègre les différents facteurs et permet au chercheur de comparer les régions plutôt que les cultures archéologiques. 


RÉGIONS ALPINES ET PRÉALPINES 

Dans le nord-est de l’Italie, en particulier dans la vallée de l’Adige, les chercheurs ont montré que la répartition du site diffère entre l’âge préboréal / boréal (il y a environ 10 300-7 500 ans), affilié à l’industrie de la pierre ébréchée sauvetérienne, et l’âge atlantique (il y a environ 7 500 à 6 000 ans), associé à l’industrie castelnovienne. La rupture entre ces deux industries n’est pas particulièrement nette, et leur utilité pour soutenir un cadre comparatif significatif est limitée. Dans la période antérieure, les sites étaient répartis à la fois sur les fonds des vallées alpines et dans les montagnes à des altitudes de 1 900 à 2 300 mètres. Au fil du temps, les sites sur les fonds de la vallée alpine sont restés tandis que les sites de montagne sont devenus plus rares, et même les sites de haute altitude interprétés comme des camps castelnoviens sont datés du début de la période atlantique. 


En outre, un nombre croissant de sites plus récents, plutôt que plus anciens, ont été trouvés dans la zone préalpine et dans les plaines. Le changement dans la répartition du site a été lié à des changements écologiques au fil du temps, accompagnant un passage progressif d’un environnement froid et sec à une forêt tempérée et plus humide. Ces changements comprenaient l’expansion des forêts et une élévation du niveau de la mer, entre autres. 


L’augmentation de la chaleur et de l’humidité entre la forêt boréale et l’Atlantique a causé la disparition des bouquetins et des chamois à basse altitude, tandis que l’expansion et le repeuplement des chênes et des noisettes ont fait progresser les populations de cerfs rouges, de chevreuils et de sangliers dans les vallées et les plaines alpines. Le retrait de l’habitat caprin a ainsi affecté l’utilisation des terres, la répartition des sites et les habitudes de chasse. Cela a également eu un impact sur les habitudes de boucherie. 


Les preuves fauniques provenant de trois sites de la vallée de l’Adige, Pradestel, Romagnano III et l’abri sous roche de Soman, montrent que la chasse saisonnière des caprins s’est poursuivie entre les subdivisions boréales et atlantiques. Cependant, en raison des plus grandes distances nécessaires pour monter pour chasser ces animaux, le transport est devenu un problème. Le boucherie et le dépouillement ont commencé à avoir lieu dans les stations de chasse pour réduire les coûts de transport. 


D’autres sites stratifiés importants incluent Vatte di Zambana (vallée de l’Adige) et Riparo Gabon (à l’est de Trente). Les sites de haute altitude de cette région méritent d’être mentionnés parce qu’ils reflètent des efforts de recherche ultérieurs. Le site de Vaiale, qui se trouve à 830 mètres d’altitude, est considéré comme un site sauveterrien en raison de l’assemblage d’outils en pierre, qui se composait de triangles scalènes, de points adossés, de microburins (d’un type qui reflète une technique de fabrication particulière), de noyaux et de débitage (flocons de déchets). 


Un autre site sauveterrien, Rondeneto, est situé à 1 780 mètres d’altitude. L’assemblage d’outils en pierre comprenait un très petit noyau, des triangles scalènes, des lames et des pointes adossés, des grattoirs latéraux et des microburins. Les deux sites sont considérés comme des camps de chasse. Un assemblage ultérieur, daté de la fin de Boreal ou du début de l’Atlantique, a été trouvé aux sites 1 et 2 de Lago delle Buse à 2 000 mètres d’altitude. Les assemblages sont également considérés comme sauvetériens et sont constitués de microlithes et de grattoirs latéraux. Un dernier exemple de site de haute altitude est Laghetti del Crestoso, à 2 000 mètres au-dessus du niveau de la mer dans les Alpes bresciennes, daté du moyen Atlantique. 


Le complexe est considéré comme castelnovien tardif et est interprété comme un camping saisonnier pour la chasse, peut-être bouquetin. Ces sites ont fourni des données précieuses pour comprendre les ressources de l’Holocène et les modèles d’utilisation des terres. Par exemple, Lago delle Buse présente des preuves de la présence croissante d’incendies dans les archives archéologiques, bien qu’on ne sache pas si cela est dû à l’influence humaine. Il peut avoir été utilisé à dessein pour promouvoir les espèces de fruits et de noix. On pense que pendant l’Holocène, le feu est venu à être un élément majeur qui a formé la structure des bois dans les zones montagneuses et subalpines. 


D’autres sites alpins pour lesquels des preuves d’incendie ont été citées sont situés dans la haute plaine de la Sette Comuni, dans la région alpine. Apparemment, aucune preuve n’a été trouvée pour de telles activités dans les Apennins ou dans la région de Valcamonica. Des coquilles de noisettes carbonisées ont cependant été récupérées dans Sopra Fienile Rossino, un site dans les Alpes bresciennes à 925 mètres. Ailleurs, les archives archéologiques ont donné des preuves de l’exploitation des noisettes (Corylus avellana) pendant le Mésolithique. Il a été souligné que les noisettes sont un aliment nutritif, facile à transporter et à stocker.


Laghetti del Crestoso est un site plus complexe que les autres camps de chasse mentionnés, et la présence de matériaux lithiques non locaux soulève la question des réseaux d’échange possibles au cours de l’Holocène inférieur. Les preuves globales de tels réseaux d’échange sont encore maigres, bien que la probabilité de tels réseaux soit souvent supposée, en particulier pendant le Castelnovien. Monteval de Sora (San Vito di Cadore à Belluno) est un site important dans les Dolomites (une chaîne dans les Alpes orientales), représentant un exemple rare d’une sépulture mésolithique. Le site, découvert en 1985, est situé sous le surplomb d’une grande falaise sur une terrasse à 2 100 mètres d’altitude. La plus ancienne occupation est mésolithique en date, attribuée au Sauvetterien (vers 7 500 av. J.-C., ou 6500 av. J.-C.) sur la base d’une typologie d’outils. Il a également été occupé pendant le Castelnovien (vers 6 500 av. J.-C., ou 5500 av. J.-C., ou 5500 av. J.-C.) auquel appartient la sépulture. Le squelette est celui d’un homme robuste, de 167 centimètres de haut et d’une quarantaine d’années. L’enterrement était accompagné d’outils en pierre et d’artefacts en os et en bois, y compris des dents de cerf percées. 


CHAÎNE DES APENNINS DU NORD 

La Ligurie orientale et les Apennins tusco-émiliens contigus sont plutôt riches en trouvailles de surface datant du Mésolithique. Par exemple, le site de Gazzaro dans les pré-Apennins émiliens a produit les restes d’une cheminée et des ossements d’animaux. Les sites émiliens de haute altitude incluent Passo della Comunella, à 1 619 mètres, et Lama Lite, à 1 764 mètres. En Toscane, le site de Piazzana se trouve à 820 mètres et est légèrement plus ancien. 


LES PLAINES 

La recherche sur les plaines du Pô et du Frioul n’a pas été aussi intensive que dans les régions alpines, bien qu’elle ait également pris de l’ampleur depuis la dernière décennie du XXe siècle. Les données publiées dans la plaine du Pô pour le Mésolithique sont presque inexistantes, alors que les données de la plaine du Frioul ont été recueillies depuis les années 1970, la plupart provenant d’enquêtes. Seuls quelques sites ont été fouillés, comme l’abri sous roche de Bierzo. Selon la typologie lithique, ce site est sauvetérien, tout comme le site de San Giorgio di Nogaro. Un autre site, Muzzana del Turgnano, est associé au début du Castelnovian, encore une fois pour des raisons typologiques. Dans le Frioul, comme dans beaucoup d’autres régions, des sites mésolithiques se trouvent parmi les collines morainiques, face à des bassins d’origine glaciaire qui ont probablement été inondés dans l’Holocène. 


Les exemples incluent les sites de Molin Nuovo, Rive d’Arcano, Corno-Ripudio, Cassacco, Porpetto et les sites le long de la Torres. Il a été suggéré que l’accent était mis sur les ressources en eau, comme les poissons, les tortues aquatiques et la sauvagine, dans cette région, bien que les données soient médiocres. Compte tenu des données limitées dont nous avons dispose, on peut toujours dire que le modèle de répartition des sites ne semble pas différer considérablement au fil du temps entre le Sauveterrien mésolithique inférieur et le Castelnovien postérieur dans cette région. 


LE KARST

Le karst de Trieste est bordé au nord-ouest par les dépôts alluviaux de la rivière Isonzo, au nord-est par le synclinal du Vipacco, au sud-est par le Val Rosandra et au sud-ouest par la mer Adriatique. Le karst à une époque était couvert d’une forêt mixte de chênes, principalement composée de chênes, de charmes et de frênes. Le déboisement a commencé au cours du XIVe siècle après JC et a presque complètement détruit le couvert arboré d’origine en quatre siècles. L’occupation mésolithique dans le karst de Trieste est connue et étudiée depuis au moins la seconde moitié du XXe siècle, en grande partie grâce aux efforts des spéléologues de la région. Il n’y a pas de sites ouverts connus du karst italien, bien qu’il y ait quelques sites ouverts mésolithiques de Slovénie et d’Istrie. Breg est un site en plein air dans la région de Ljubljana (Slovénie) qui a été fouillé. 


Les restes fauniques de Breg, ainsi que d’autres sites en Slovénie, indiquent que le cerf échafou, le cochon sauvage et le chevreuil ont été chassés au début de l’Holocène. En outre, des restes de loutre de mer et de poissons ont été trouvés sur ce site ainsi que sur le site mésolithique de Pod Črmukljo, également près des marais de Ljubljana. Ces découvertes, ainsi que des harpons en os trouvés à Breg et sur le site de la grotte de Spehovka dans le karst slovène, suggèrent que les ressources marines ont également été exploitées par ces chasseurs-cueilleurs. Dans le nord-est de l’Istrie, des dépôts mésolithiques ont été trouvés dans le site troglodyte de Pupićina, qui date d’il y a environ 9 500 à 10 000 ans. 


En plus des assemblages de pierre, les excavatrices ont trouvé des coquillages percés et des canines de cerfs rouges percées. Plusieurs autres sites sont situés dans la région de Pupićina et sont à l’étude dans le cadre d’un projet plus vaste. Ces sites comprennent l’abri sous roche de Šebrn et le site en plein air de Kotle (Castelnovian, sans date). Les résultats du projet ont mis en lumière les changements dans l’utilisation des ressources par les populations en quête de nourriture au fil du temps. Grotta dell’Edera est une grotte karstique en Italie près de Trieste où des recherches sont également en cours. Les travaux à Edera ont révélé des cheminées superposées, des foyers, des planchers de cuisson et des foyers qui représentent des épisodes temporaires d’habitation mésolithiques et néolithiques. Une cheminée castelnovienne,  a été trouvée en dessous des niveaux néolithiques. À l’intérieur se trouvaient des outils en pierre et des gaines de deux récipients de poterie grossière, non décorés et ne révélant pas le temps ou la culture - une association inhabituelle d’outils mésolithiques et de poterie néolithique. De plus, trois billes perforées, faites de grès non local, mesurant chacune environ 1,5 millimètre de diamètre, ont été identifiées avec cette caractéristique. De petits morceaux de grès et d’ocre, exotiques à la grotte calcaire, ont également été découverts. 


Enfin, des spécimens de coquillages marins dominent les restes fauniques de cette cheminée, une situation que l’on retrouve dans des grottes similaires du même âge. Par exemple, dans les grottes d’Azzura et de Tartaruga, des mollusques terrestres avaient été trouvés en conjonction avec des niveaux antérieurs, tandis que les mollusques de mer et la pêche en sont venus à dominer les vestiges fauniques dans les niveaux ultérieurs, associés aux industries castelnoviennes. Sans surprise, les dates correspondent généralement aux changements du niveau de la mer dus à la fonte des calottes glaciaires, il y a environ 8 000 à 7 000 ans. Avant cette époque, des preuves indirectes indiquent que le nord de la plaine adriatique avait soutenu une riche faune d’ongulés pendant le Pléistocène, tandis que les zones intérieures étaient utilisées sporadiquement, peut-être sur une base saisonnière. Avec l’élévation du niveau de la mer, la plaine a été réduite à une petite zone autour du golfe de Trieste. Environ 20 à 25 kilomètres de plaine côtière dans le nord de l’Adriatique ont été submergés. L’élévation progressive du niveau de la mer au début de l’Holocène est connue des géologues, mais elle est mal liée aux archives archéologiques à cette époque. La réduction de la base de ressources de cette région devrait être prise en compte, de même que ses effets démographiques. En bref, l’impact de la perte progressive de la plaine qui existait dans le nord de l’Adriatique, s’étendant aussi loin au sud qu’Ancône et Zadar, est sans aucun doute opérationnel dans les développements de l’Holocène. En plus de l’inondation de sites antérieurs, l’élévation du niveau de la mer aurait eu de profondes répercussions sur les voies navigables intérieures, les estuaires et les lagunes. 


CENTRE ET SUD DE L’ITALIE

En dehors de la zone nord de l’Adriatique se trouvent des régions où les archives mésolithiques ne sont toujours pas bien connues. On croyait autrefois que les chasseurs-cueilleurs du centre et du sud de l’Italie continuaient à utiliser des outils en pierre de type épipaléolithique après le Pléistocène. Une industrie spécifique, connue sous le nom de Romanellian, d’après la Grotta Romanelli dans le centre de l’Italie près des Pouilles, a été datée il y a entre 9 000 et 10 000 ans. Ces premiers assemblages contiennent de petits grattoirs circulaires et irréguliers, des burins, des lames adossées, des microburins et des géométries (segments et triangles). De nouvelles recherches montrent qu’après le romanellien, il existe une séquence sauvetérienne-castelnovienne, comme ailleurs en Méditerranée. Certains sites importants sont la Grotta della Serratura en Campanie, la Tuppo dei Sassi et la Grotta Latronico 3 en Basilicate et la Grotta Marisa et la Grotta delle Mura dans les Pouilles. 


Des études sur les restes fauniques ont montré qu’au fil du temps, la chasse était principalement destinée au cerf rouge et au sanglier plutôt qu’au bouquetin et au chamois, comme on le voit plus au nord. Il existe toutefois des variations régionales sur la tendance. Par exemple, le cheval et le bétail étaient chassés dans l’environnement karstique moins boisé de la péninsule du Salento dans les Pouilles. 


CÔTE ADRIATIQUE ORIENTALE

Les preuves de sites mésolithiques plus au sud le long de la côte adriatique (Dalmatie, Monténégro et Albanie) sont minimes, bien que des assemblages dits épigravettiens aient été trouvés. Epigravettian (il y a environ 12 000 ans), qui est la phase finale de la tradition des outils en pierre paléolithiques appelée Gravettian, est connu dans toute l’Europe et caractérisé par des lames adossées. Ces continuités dans les assemblages suggèrent qu’il y a peut-être eu moins de changements environnementaux dans cette région que, par exemple, dans le nord de l’Italie. Deux sites majeurs avec des outils mésolithiques au Monténégro sont Crvena Stijena et Odmut (il y a environ sept mille ans) avec des industries de type castelnovien. Encore plus au sud, des couches de néolithique précoce avec des poteries Impresso et des « industries d’aspect castelnovien » (comme l’a noté Djuricic pour suggérer une affiliation culturelle lâche d’assemblages d’outils en pierre) ont été enregistrées dans l’ouest du Monténégro, ce qui suggère que les derniers chasseurs-cueilleurs de la région ont rencontré les premiers producteurs alimentaires. 


En continuant vers le sud, en Albanie, près de la frontière grecque, une fouille à la grotte de Konispol aurait permis de fournir des matériaux mésolithiques. Les excavateurs ont comparé le site à Franchthi, un site célèbre en Grèce avec des dépôts mésolithiques. Une enquête en Albanie, menée pour déplacer les grottes découvertes par Luigi Cardini dans les années 1930, a rapporté au moins trois grottes avec des outils de pierre mésolithiques potentiels. Ces sites sont l’abri sous roche de Kanalit (le long de la côte sur le côté ouest de la plaine de Dukat dans les montagnes acrocerauniennes), la grotte de Kamenica (près de Delvina), et la colline et le village de Ksamili (près de Butrint). 


Balkans

Les sites des gorges des Portes de fer le long du Danube (Lepenski Vir, Padina, Vlasac et autres) sont traités séparément dans ce volume; ils représentent une occasion exceptionnelle d’étudier les chasseurs-cueilleurs mésolithiques dans un contexte inhabituel. En dehors de ces sites, les archives mésolithiques pour les Balkans ne sont pas étendues. Comme ce fut le cas pour le sud de l’Europe, le passage de glaciaire tardif à postglaciaire et à l’Holocène a été marqué par un changement dans le reboisement du pin au chêne mixte, bien que des régions spécifiques auraient été affectées différemment. En général, le contraste entre le climat et la végétation après le Pléistocène était plus grand près des Alpes que dans les Balkans centraux. Pendant la fin du glaciaire, les industries épigravettiennes étaient communes à l’est des Alpes, avec des types similaires à ceux trouvés en Italie. 


Après cette période, il semble y avoir eu trois traditions différentes basées sur les types d’outils en pierre, l’une étant le Castelnovien, avec des similitudes avec celle du sud de l’Europe (France et Italie). Il montre également des liens avec les industries sauveterrian précédentes. Une deuxième tradition a continué les traditions épigravettiennes de base, avec quelques trapèzes (la marque des industries castelnoviennes) et comprend des sites en Roumanie tels que Ripiceni-Izvor. Le troisième est celui trouvé dans les sites de Iron Gates Gorge. La situation en Grèce est similaire à celle de l’équilibre des Balkans, à savoir que la colonisation mésolithique semble avoir été très mince. Une étude du Mésolithique en Grèce a trouvé moins d’une douzaine de sites, dont seulement deux ont été fouillés et les résultats publiés. En outre, la répartition des sites semble inégale, avec de grandes parties de la Grèce apparemment inhabitées au début du Postglacial. La raison de cette rareté aurait pu être un manque de population, ou peut-être était-elle liée à des facteurs environnementaux, tels que l’élévation du niveau de la mer et la sédimentation des vallées, qui auraient ensevelis des sites sous les alluvions. Cette possibilité est soutenue par la découverte de dépôts mésolithiques dans la grotte de Theopetra, dans l’est de la Thessalie. Ces dépôts reçoivent sept dates différentes, allant de 9780 à 6700 b.c. 


EUROPE CENTRALE DU SUD

Zone Ouest.

La zone occidentale de l’Europe centrale et du Sud comprend le sud de l’Allemagne ainsi que les parties adjacentes de l’Autriche (bien que la connaissance du Mésolithique par l’Autriche soit généralement très faible) et la Suisse, une région avec un enregistrement mésolithique bien étudié. L’enregistrement est séparé en Mésolithique précoce et mésolithique tardif, avec une date d’environ 6600 b.c. divisant les deux. Le Mésolithique primitif, ou Beuronien, s’est étendu sur environ 2 500 ans, de 7 800 à 10 300 ans. Les types ne sont pas si différents de ceux des industries sauvetériennes décrites précédemment, c’est-à-dire une magnitude de microlithes, y compris des triangles, des bladelets adossés et des micropoints. Les sites de cette période sont nombreux et comprennent des grottes excavées, des abris sous roche et des sites en plein air ainsi que des dispersions lithiques de surface. 


Les sites de la fin du Mésolithique ont des microlithes trapézoïdaux (un peu comme les types trouvés dans les assemblages castelnoviens méditerranéens), qui ont probablement été utilisés comme points de flèche transversale, technologie de lame régulière, et le travail étendu de bois. Un site fouillé dans la région est Henauhof Northwest 2, situé le long de l’ancienne rive du lac Federsee. Le site se compose d’un foyer associé à une concentration de fragments d’os et de bois. Des pierres brûlées et des fragments d’os ont été trouvés dans le foyer. Les outils comprenaient un trapèze et d’autres microlithes; deux foreurs; deux burins et trois grattoirs; deux cœurs; quelques lames régulières et bien faites; et de nombreux flocons. Les dates du charbon de bois étaient 7 260±180 b.p. (6425-5716 b.c.) et 6 940±60 b.p. (5945-5666 b.c.). 


L’analyse des restes organiques a suggéré que le site avait été un camp d’activités généralisées à court terme, faisant partie d’un système de peuplement saisonnier. Les vestiges fauniques montrent des différences dans la chasse, un peu comme le Mésolithique plus au sud. Par rapport à la densité des sites au début du Mésolithique, les sites du Mésolithique tardif sont relativement peu nombreux dans la région. Le déclin de la population, la destruction différentielle des sites par des processus naturels et la réorganisation des modèles de peuplement conduisant à l’utilisation de paysages avec une visibilité moindre ont été proposés comme explications. Il a été fait valoir que les groupes du Mésolithique tardif dans cette région disposaient de vastes réseaux d’échange et d’interaction, les reliant indirectement aux régions du sud-ouest et du sud-est de l’Europe. 


De plus, l’exploration a mené à une extension du Mésolithique tardif (appelé Mésolithique terminal) qui suggère un chevauchement avec les premiers producteurs alimentaires de la région et une interaction potentielle entre les chasseurs-cueilleurs tardifs et les premiers producteurs alimentaires il y a environ six mille ans. 


Zone Est.

La période mésolithique n’est pas bien connue dans cette région (l’actuelle Hongrie et l’ouest de la Slovaquie). Un assemblage sauvetérien est connu sur le site slovaque de Sered et un complexe castelnovien a apparemment été découvert en Moravie. Des relevés de surface intensifs et des fouilles stratigraphiques ont été entrepris dans le bassin de Zagyva, dans la partie nord-ouest de la Grande Plaine hongroise, qui ont conduit à la découverte de plusieurs sites mésolithiques (avec des types d’outils sauvetériens) à basse altitude aux bords d’anciens lits de rivières. 


On croit que les rivières ont très probablement soutenu des forêts galeries pendant la forêt boréale, ce qui en aurait fait des endroits attrayants pour les camps, semblables à ceux que l’on trouve près des anciens lits de lac. 


conclusion


Dans une certaine mesure, les adaptations des populations de chasse après l’ère glaciaire ont eu tendance à être sous-minimisées; ils sont presque comme un peuple sans histoire. Ces populations se situent dans une période de « transition », et les théoriciens qui étudient les transitions sont enclins à se tourner moins vers les origines que vers les états futurs lorsqu’ils cherchent des explications. 


Ainsi, la recherche sur le Mésolithique tend à se concentrer sur les populations productrices de nourriture du Néolithique, qui suit et examine les relations entre ces personnes et leurs économies et les chasseurs-cueilleurs qu’elles ont déplacés. Une approche peut-être plus intéressante consiste à examiner les chasseurs-cueilleurs mésolithiques comme des humains qui ont développé de nouvelles stratégies face à l’évolution des environnements et des relations sociales.


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.