Rois de la Maison de Jelling (1016-1042)


7 min lu

Sven Ier, dit à la barbe fourchue, est roi de Danemark et d'Angleterre (1013-1014), et suzerain de Norvège.

Son surnom de « barbe fourchue », probablement utilisé de son vivant, lui viendrait de sa moustache taillée en fourche (tjuge en vieux norvégien), alors particulièrement à la mode en Angleterre. En outre, il est le premier monarque danois à avoir fait frapper des pièces de monnaie à son effigie, sous l'inscription Zven, Rex ad Dener (Sven, roi des Danois).

La date de naissance de Svein est inconnue, mais on suppose qu'il est né avant que son père Harald Ier n'épouse la religion chrétienne, vers le début ou la moitié de la décennie 960. Selon la Jómsvíkinga saga, sa mère, Æsa-Saum c'est-à-dire Æsa l'Ourlet ou la Couturière, était une femme d'origine modeste chargée de tenir compagnie à « Harald à la dent bleue », lors d'une banquet chez Vikings de Jómsborg, à qui il laisse des présents. Lorsque cette dernière découvre sa grossesse, elle fait part de l'identité du père de son enfant à Palna-Toki, le chef des Jomsvikings, qui aurait plus tard poussé Sven à se faire reconnaître de force comme héritier du roi. On raconte que lors de sa conversion, Svein prend le nom chrétien d'Otto en l'honneur de l'empereur Otton Ier du Saint-Empire romain germanique (couronné en 962).


Règne

Après s'être opposé à lui, Svein succède à son père, Harald à la dent bleue, en tant que roi du Danemark, probablement vers fin 986 ou début 987. Il lance une première expédition contre l'Angleterre en 994. Il épousa peu après Sigrid, la veuve du roi Éric de Suède, gagnant ainsi de l'influence en Suède via le fils d'Éric, Olof. À la suite de la mort du roi Olaf Ier de Norvège à la bataille de Svoldr, Svein peut contrôler en 1000 le Sud de la Norvège au travers du jarl de Hladir Éric Håkonsson, son vassal. On suppose que Svein est derrière les expéditions contre l'Angleterre de 1003-1005, 1006-1007 et 1009-1012, en représailles du massacre des habitants danois en Angleterre dont sa sœur, Gunnhild, et son beau-frère, le jour de la Saint-Brice, le 13 novembre 1002. Il déclenche enfin une invasion massive en 1013 à laquelle il participe en personne.

D'après les chroniques de l'époque, « avant le mois d'août vint le roi Svein avec sa flotte à Sandwich. Il atteint très vite les alentours de l'Est de l'Anglia et monte le long du Trent jusqu'à atteindre Gainsborough. Le comte Uhtred et toute la Northumbrie se prosternent devant lui tout comme ceux de Lindsey puis ceux des Cinq Bourgs […] On lui laisse des otages de toutes contrées. Quand il comprend que tous se sont soumis, il demande que son armée soit réapprovisionnée et à ce qu'on lui donne des montures, puis il part vers le sud et confie sa flotte et ses otages à son fils Cnut (en français : Canut). En arrivant à Watling Street, ils font tout le mal qu'une armée peut faire. Ils vont à Oxford où les habitants se prosternent bientôt devant lui et lui donnent des otages. De là, ils poursuivent à Winchester, font de même, puis à l'est, vers Londres ».

Mais on raconte que les Londoniens détruisent les ponts sur la Tamise (ce qui aurait inspiré la comptine anglaise London bridge is falling down, « le pont de Londres tombe »). Svein souffre en conséquence de sévères pertes, et doit battre en retraite. Il va conquérir Wallingford, puis Bath où il stationne ses troupes.

Londres a résisté à l'invasion danoise, mais se retrouve isolée et complètement encerclée par les terres conquises. Svein à la barbe fourchue est accepté comme roi d'Angleterre après la fuite en Normandie du roi Æthelred le Malavisé, vers fin 1013. Londres fait alors sa soumission et le Witan déclara Svein roi le jour de Noël.

Svein s'installe à Gainsborough, dans le Lincolnshire, où il commence à organiser son nouveau royaume, mais il meurt le 3 février 1014, après seulement 5 semaines de règne sur l'Angleterre. Sa dépouille est rapatriée au Danemark et son fils Harold II lui succède en tant que roi de Danemark, tandis que son jeune fils est proclamé par sa flotte roi d'Angleterre sous le nom de Canute (Knud Ier). Mais ce dernier rentre un temps au Danemark après le retour d'Æthelred de Normandie. Finalement, Knud régnera sur l'Angleterre, le Danemark, la Norvège ainsi qu'une partie de l'Allemagne du Nord.




Knut le Grand (1016-1035)

L'empire de Knut, qui s'étend sur les deux rives de la mer du Nord, ne lui survit que quelques années, et sa lignée mâle s'éteint en 1042, après la mort de ses deux fils Harold Pied-de-Lièvre et Hardeknut. Son héritage politique est par conséquent limité, et le nom de Knut reste principalement associé à la légende populaire selon laquelle il aurait tenté en vain d'imposer son autorité aux vagues de l'océan.

Knut est le fils de Sven à la Barbe fourchue, roi de Danemark de 986 à 1014. L'identité de sa mère est incertaine, mais elle semble avoir été une fille du duc de Pologne Mieszko Ier, qui pourrait avoir été mariée en premières noces avec le roi de Suède Éric le Victorieux. Sa date de naissance exacte est également inconnue, mais elle se situe certainement dans les dernières années du xe siècle, entre 985 et 1000 environ.

Sven envahit le royaume d'Angleterre en 1013. Knut l'accompagne durant cette campagne, tandis qu'un autre de ses fils, Harald, reste au pays pour assurer la régence, ce qui suggère que Knut est son frère cadet plutôt qu'aîné. Les Danois contraignent le roi anglais Æthelred le Malavisé à l'exil, et ses sujets reconnaissent Sven comme nouveau souverain, mais il meurt au mois de février 1014. L'armée danoise proclame Knut roi, mais les Anglais choisissent de rappeler Æthelred pour le remettre sur le trône. Knut se retire à Gainsborough, dans le Lincolnshire, d'où il est chassé le 25 avril par une attaque anglaise imprévue.


La conquête de l'Angleterre

Après être rentré au Danemark pour refaire ses forces, Knut envahit l'Angleterre en septembre 1015. Il mène une campagne peu concluante contre les Anglais, menés par Æthelred, puis par son fils Edmond Côte-de-Fer, jusqu'à sa victoire écrasante à Assandun en octobre 1016, due en grande partie à la trahison de l'ealdorman anglais Eadric Streona. Lors d'une rencontre sur l'île d'Alney, Knut et Edmond s'accordent sur un partage du royaume : le second conserve le Wessex, tandis que le premier obtient la Mercie et probablement la Northumbrie. Cette situation ne dure guère, car Edmond meurt le 30 novembre 1016. Knut est alors reconnu comme seul roi de toute l'Angleterre.

Knut renforce sa position suprême en épousant le 2 juillet 1017 la veuve d'Æthelred, Emma, fille du duc de Normandie Richard sans Peur. Par cet acte, il consolide les liens politiques et commerciaux entre l'Angleterre et la Normandie, tout en établissant ses intentions de régner en suivant le christianisme. La même année, il procède à une division du royaume en quatre grands comtés : le Wessex, qu'il se réserve, l'Est-Anglie, qu'il donne à son second Thorkell le Grand, la Mercie, qu'il laisse à Eadric Streona, et la Northumbrie, qu'il donne à Éric Håkonsson. Knut se débarrasse d'Eadric avant la fin de l'année en le faisant assassiner par Éric.

En 1018, Knut obtient le paiement de 82 500 livres par les Anglais, dont 10 500 pour la seule ville de Londres. Ce danegeld, obtenu grâce à la robustesse du système de taxation mis en place par ses prédécesseurs, lui permet de solder ses hommes et de les renvoyer au Danemark, ne conservant qu'une flotte de 40 navires avec lui en Angleterre.

Knut élimine les dangers extérieurs : il anéantit une série d’équipages vikings qui s’aventurent encore sur les côtes anglaises, refoule les Écossais et les contraint à reconnaître la suprématie anglaise. Les jarls qu’il met en place portent tous des noms scandinaves, mais les lois qu’il promulgue sont conçues et rédigées selon la tradition anglaise, avec l’aide de juristes anglo-saxons. Il gouverne avec énergie, entouré d’une garde nombreuse et bien entraînée, les housecarls, en prenant des mesures fiscales et administratives pour assurer la défense du royaume. Il entretient une flotte permanente. La sécurité en Angleterre lui permet d'effectuer des voyages à l’étranger et s'entreprendre diverses missions militaires. Après sa conversion au christianisme en Allemagne, il est reconnu comme roi d’Angleterre par le pape Benoît VIII.

Dans le régime qu'il institue en tant que roi d'Angleterre, Knut combine des institutions et du personnel anglais et danois. Les mutilations qu'il inflige en avril 1014 à des otages capturés par son père comme gage de loyauté vis-à-vis de l'Angleterre ne sont pas conformes à ses habitudes. En codifiant les lois de l'Angleterre (vers 1020), il crée une sorte d'uniformité de l'ensemble de la tradition anglo-saxonne.

En 1018, Knut succède à son frère Harald comme roi du Danemark où il réside jusqu'en 1020, puis régulièrement en 1022 et 1023. En 1028 il conquiert la Norvège avec une flotte de 50 navires anglais : sa tentative d'en confier le gouvernement à Ælfgifu et leur fils Sven Knutsson se solde néanmoins par une rébellion et la restauration de l'ancienne dynastie norvégienne représentée par Magnus Ier, fils du roi destitué Olaf II.

Conrad II le Salique, saint empereur romain, entretient des relations amicales avec Knut, et son jeune fils Henri le Noir épouse la fille de Knut, Gunhilda ou Cunégonde. L'empereur laisse Knut gouverner le Schleswig et la Poméranie.

Knut meurt en 1035, à Shaftesbury dans le Dorset, et est enterré à Winchester. À sa mort, son fils Hardeknut lui succède sur le trône du Danemark, mais Harold Pied-de-Lièvre profite de son absence pour prendre le pouvoir en Angleterre. Harold meurt en 1040, permettant à Hardeknut de réunir à nouveau les deux couronnes, mais il meurt à son tour deux ans plus tard. Un fils d'Æthelred le Malavisé, Édouard le Confesseur, monte alors sur le trône d'Angleterre.



Harold Pied-de-Lièvre (1037 à 1040)


Fils de Knut le Grand, roi d'Angleterre et du Danemark, et de sa concubine Ælfgifu de Northampton, il doit son surnom de « Pied-de-Lièvre » (Harefoot) à sa rapidité et à ses talents de chasseur.

En tant que fils de Knut et de son épouse Emma de Normandie, le demi-frère d'Harold, Harthacnut, est l'héritier légitime des deux trônes d'Angleterre et du Danemark. En l'absence de son demi-frère, Harold s'empare du pouvoir effectif en Angleterre en 1035 avec l'appui de Léofric de Mercie. Il est reconnu régent par Harthacnut en 1036.

En conflit avec son frère, Harold se proclame roi d'Angleterre en 1037. Son règne est associé à l'aveuglement et la mort d'Alfred, fils d'Emma et d'Æthelred le Malavisé, le 5 février 1036/1037, lorsqu'il revient en Angleterre avec son frère Édouard, peut-être dans le but de s'emparer du trône. Harold ne se marie pas, mais a un fils illégitime, Ælfwine, qui devient moine sur le continent. Harold meurt à Londres en 1040, alors que Harthacnut se prépare à envahir l'Angleterre. Il est inhumé à Westminster, mais son demi-frère fait exhumer son corps et le fait jeter dans un marais de la Tamise. Son corps est récupéré par des soldats de la garnison danoise et inhumé à nouveau dans leur cimetière.




Knud le Hardi, ou Hardeknud (1040-1042)

Il succède à son père comme roi du Danemark en 1035, mais un conflit avec Magnus Ier de Norvège l'empêche de faire voile pour l'Angleterre pour y assurer sa position. En conséquence, Harold, fils de Knud Ier par un précédent mariage non reconnu par l'Église, est nommé régent d'Angleterre.

En 1037, prétextant de la trop longue absence de son demi-frère au Danemark, Harold s'auto-proclame roi d'Angleterre. Après avoir trouvé en 1038 un accord avec Magnus le Bon lors d'une rencontre aux Brennǿer à l'embouchure du Göta älv, stipulant en particulier que si l'un d'entre eux devait mourir sans héritier masculin, l'autre lui succéderait mais que cette double royauté devrait cesser après la mort du survivant, Knud III se prépare à envahir l'Angleterre pour récupérer son trône.

Il arrive à Bruges en 1039, où il retrouve sa mère, exilée par Harold, mais ce dernier meurt en mars 1040, avant même l'invasion. Selon la Chronique anglo-saxonne, Knud débarque en juin à Sandwich, dans le Kent, avec une flotte de 62 navires de guerre. Par vengeance, il fait exhumer le corps d'Harold et le fait jeter dans un marais. Il est couronné le 18 juin 1040 dans la cathédrale de Canterbury.

Knud le Hardi est un souverain autoritaire et impopulaire. Il augmente les taxes pour entretenir sa flotte, et l'un des événements les plus notables de son règne sur l'Angleterre est une révolte à Worcester en 1041, qu'il écrase en détruisant pratiquement la ville. La légende de Lady Godiva provient peut-être de cet épisode.

Knud invite son demi-frère utérin Édouard, fils d'Emma de Normandie et d'Æthelred, à revenir de son exil en Normandie pour devenir son corégent et son successeur. La Chronique situe cet événement en 1041. Knud n'est pas marié et n'a pas d'enfants. Il meurt brusquement à Lambeth, au sud-ouest de Londres, en 1042 lors des noces de Tovi le Fier et de Gytha, la fille d'Osgod Clapa. Il est inhumé à Winchester, le trône revient par Édouard à la lignée saxonne d’Angleterre. Au Danemark, conformément à l'accord de 1038, Magnus le Bon devient roi.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.