La bataille du pont de Stirling 1297


1 min lu

Les Écossais étaient environ 1 900 piquiers, 400 archers, et 180 chevaliers et cavaliers légers. Les Anglais possédaient 6 350 soldats à pied (dont la plupart étaient aussi archers) et 350 cavaliers lourds. Andrew de Moray et son capitaine William Wallace reviennent d’assiéger Dundee et se positionnent sur les hauteurs d'Abbey Craig, au nord de Stirling. Hugh de Cressingham et John de Warenne veulent saisir la chance de lui barrer la route du retour vers ses bases de l'ouest à Stirling. Les forces anglaises cherchent alors à traverser le seul et étroit pont qui traversait la rivière les séparant des troupes écossaises pour engager le combat.


Alors que les Anglais menés par Hugh de Cressingham traversent le pont, ils rencontrent un sol marécageux et avancent avec difficulté vers les Écossais. La tactique de Wallace est alors d’attendre qu’un nombre suffisant d’Anglais aient traversé le pont pour ordonner deux charges : la première contre le gros des troupes anglaises et la seconde dans le but de couper la route à toute retraite. Les troupes écossaises piègent et anéantissent l’avant-garde anglaise, la cavalerie se révélant inefficace sur sol marécageux, elle est également décimée. Le pont s’écroule au passage de la seconde charge écossaise, provoquant la fuite des troupes anglaises restantes. Les Écossais subissent assez peu de pertes, mais la mort d'Andrew de Moray à la suite de ses blessures a un impact négatif sur les forces de William Wallace.


Conséquences

Commandant du mouvement de résistance de 1296, William Wallace dirige l'Écosse un court moment.

La victoire à la bataille du pont de Stirling est le début d’une série de victoires qui donnèrent à William Wallace le soutien des nobles écossais, ce qui mena rapidement à la chute quasi totale de toutes les places fortes tenues par les Anglais.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.