Chronologie


14 min lu
DateEvènement
IIe millenaire Av J.-C.Bronze Moyen I en Grèce (-2000,-1800) 
Destruction de Troie lors des migrations indo-européennes. 
Epoque des Palais en Crète (-2000, -1400) : Cnossos, Phaistos, Tylissos, Malia, Haghia, Triada, Zakro. Des agglomérations urbaines apparaissent, qui succèdent, sur le même emplacement, à des communautés agricoles restreintes. Ces premiers palais sont des édifices prestigieux, organisés autour d’une cour rectangulaire, qui comporte des magasins de stockage, des pièces à fonction religieuse et des salles d’apparat avec colonnes. Ils supposent un pouvoir central et la participation de la communauté pour leur construction.
La civilisation crétoise utilise des bateaux à voiles, qui permettent un commerce prospère avec l’Egypte (vases de pierre, ivoires, sceaux égyptiens contre poterie crétoise, cuivre, étain, lin, laine, bois, etc.). Des relations régulières semblent exister avec les Cyclades (Théra, Mélos, Kéos) et Égine, et de là avec l’Attique et la Thessalie. Une colonie crétoise est attestée à Castri, sur l’île de Cythère, qui permet les relations avec le Péloponnèse (Lerne et Haghios Stéphanos). 
La société crétoise semble être une société de justice et de liberté, où le développement de l’économie de marché et une importante division du travail vont de pair avec l’individualisme et la libération de tous les éléments de l’esprit et de la culture. La femme a une position forte à tous les niveaux de la vie économique, sociale, politique et religieuse. Sa prospérité conduit la Crète à un éblouissant épanouissement culturel. 
Le site de Kolonna, à Égine, avec ses remparts puissants, son importance commerciale, la présence sur ses vases de « marques de potiers», possède une organisation politique avancée. 
A Égine (site de Kolonna) transitent les vases cycladiques. La ville produit elle-même des céramiques et des meules de pierre, exportés vers l’Attique, la Béotie, l’Argolide et l’Eubée. On y a trouvé le premier four métallique complexe de cette époque. 
Le trafic de lingots de cuivre et d’étain se développe entre l’Egée, le Levant et Chypre (XXe siècle av. J.-C.) puis la Méditerranée occidentale (Italie du sud, Sicile, Sardaigne au XVe siècle av. J.-C.). 
Dans les Cyclades, croissances des villes, souvent fortifiés. Développement de la métallurgie et des structures économiques. Echanges avec la Grèce et la côte Anatolienne. 
Art Cycladyque
Art Cycladyque Les statues en marbre sont fascinantes, avec leur forme “en violon” ou les femmes aux bras croisées (le gauche toujours au dessus du droit) .
Disparition totale dans les Cyclades des figurines en marbre. 
En Grèce continentale, la culture minyenne (céramique monochrome lissée) reste villageoise et peu hiérarchisée. Stagnation économique.
-1 900La civilisation d’Unétice rayonne de la Bohême vers la Saxe, la Bavière et la Méditerranée occidentale. 
La civilisation du Rhône en Suisse et dans le couloir rhodanien doit sa prospérité au commerce entre la Méditerranée et l’Allemagne du sud (échange d’objets en bronze contre des coquillages). 
Les rhodaniens créent un centre de métallurgie original, assimilant et développant les techniques d’Unétice (haches-ciseaux, haches-spatules, épingles aux formes originales, etc.). 
La culture de la Polada en Italie du nord d’influence unéticienne succède de -1900 à -1200 à la brillante culture campaniforme de Remedello. Elle contrôle le commerce de l’Adriatique vers les cols alpins. 
Civilisation du Wessex en Grande Bretagne. Elle résulte de la fusion d’importants groupes campaniformes (Beakers) et de nouveaux arrivants qui les dominent ou les colonisent, attirés par les gisements de cuivre et d’étain de la Cornouaille. vLes tombes individuelles se répandent et deviennent en Armorique d’imposants tumulus de 6 à 8 mètres de haut et 30 de diamètre indiquant la domination du défunt sur le territoire environnant. 
Épée de bronze de Torupgaarde Lolland (Danemark), d’importation hongroise.
-1 800 En Europe et dans le bassin méditerranéen, c’est l’âge du bronze (d’environ -1700 à -800).
-1 700les civilisations se différencient à partir des territoires montagneux : Transylvanie, Slovenské rudohorie en Slovaquie, zone alpine du schiste (Salzbourg, Tyrol), Allemagne Centrale, Espagne, Angleterre et Irlande. Ces civilisations étendues montrent des sociétés fortement hiérarchisées selon les fonctions assumées dans l’agriculture, l’élevage, l’artisanat, le commerce et l’industrie. L’ambre du Jutland joue un rôle de quasi-monnaie entre ces civilisations. Des voies commerciales conduisent du Danube à la Saale, au Main et à l’Elbe vers le Jutland. 
Le sens de l’expansion va du sud au nord, le commerce suit. 
Bronze moyen III en Grèce (fin en -1600). 
Invasions des Achéens qui assimilent la civilisation locale de Grèce continentale, des Cyclades et de Crète. Les Achéens réduisent les populations autochtones à l’esclavage. 
Mégare, cité fondée par les Cariens et les Lélèges, est envahie par les Crétois. 
En Crète, destruction du palais-cité de Cnossos, puis reconstruction et redestruction partielle vers -1650. 
Dynastie des Minos à Cnossos (fin en -1400). 
Epoque des seconds Palais Crétois (-1700 à -1450). Le pouvoir se centralise. La bureaucratie se perfectionne. De grandes résidences apparaissent dans les agglomérations secondaires, siège du pouvoir administratif local. La société se hiérarchise et une « noblesse » minoenne apparaît. Naissance d’une thalassocratie crétoise , plutôt commerciale et culturelle que politique et défensive, sur les îles de la mer Egée.
- 1 625Formidable explosion de l’île de Théra (Santorin) en mer Egée. Raz de marée, nuages de cendres qui, poussés vers l’est par le vent, atteignent les côtes de l’Asie Mineure. Cette catastrophe est peut être à l’origine du mythe de l’Atlantide. 
- 1 600Les peuples indo-européens atteignent le Rhin et rencontrent d’autres envahisseurs venus de la péninsule ibérique. 
Déclin de la civilisation des tumulus Armoricains et mutation de la civilisation du Wessex. Dans le nord ouest des îles Britanniques se développe une tradition d’urnes funéraires et d’incinérations. Elle se répand plus tard au sud ouest de l’Angleterre, en Belgique, aux Pays Bas puis dans le nord de la France et en Bretagne (-1200).
Culture des Talayots dans les Baléares (-1600, -800), des Torres (-1600, -1000) en Corse et des Nouraghes (-1600, -500) en Sardaigne. Ce sont des tours de guet fortifiées, au rôle à la foi défensif et religieux, qui dominent les villages entourés de murs cyclopéens. Les Sardes et les Corses auraient peut-être fait partie des peuples de la mer repoussés en Egypte par Ramsès III vers -1190 (Shardana). Mais il est plus probable que les Shardana ont colonisé l’île après les invasions de -1200. 
En Sicile, les Mycéniens fondent de véritables comptoirs. 
Bronze récent I (MR I A) en Grèce (-1600, -1500). 
Tombes à fosses de Mycènes.
- 1 500Les peuples Noua en Roumanie, apparentés aux Sabatinovka (kurgans) de Russie du sud, sont des pasteurs à poterie grossière. Ils sont peut-être nomades. Leur présence semble prouver qu’un important afflux de populations a eu lieu d’est en ouest jusqu’aux Carpates et à la Thrace. Des troubles ont dû accompagner la rencontre de ces groupes avec les peuples du début du bronze tardif en Transylvanie et en Hongrie. 
Slovaquie : découverte à Ganovce d’un poignard de fer appartenant à la culture dite ottomane. Il atteste de contacts avec la civilisation hittite. Découverte à cette même époque d’objet d’ambre de la Baltique et de vestiges d’architecture de pierre à Spišsky Štvrtok, qui témoignent peut-être de l’influence de la civilisation mycénienne. 
Civilisation protocelte des tumuli sur l’Europe danubienne à l’âge du Bronze Moyen (-1500, -1000). Elle s’étend des Alpes à la mer Baltique et de l’Alsace aux Balkans. 
La civilisation des tumuli est composée de nombreuses cultures régionales où chaque groupe à des armes, des poteries ou des parures particulières à l’intérieur d’un même schéma de civilisation. 
Essor de la céramique à décors excisé. L’art religieux reste abstrait (style géométrique), le symbole remplace l’image du dieu. Roue et rouelle évoquent le soleil. 
Les Germains sont localisés pour la première fois au Sud de la Scandinavie et en Allemagne du Nord, entre la Weser et l’Oder. 
Culture des Terramares (buttes de terres noires, résultat de la reconstruction des villages aux mêmes endroits) en Italie du Nord. Ils s’agiraient des premiers indo-européens établis dans la péninsule. Pasteurs et cultivateurs, ils développent vite une métallurgie originale (poignards, épées, rasoirs, fibules) et construisent des digues pour se protéger des inondations. Cantonnée dans la plaine du Pô elle connaît un rayonnement exceptionnel grâce au commerce du bronze avec le sud. 
Une civilisation se développe conjointement dans les Apennins, produisant essentiellement des poteries remarquables par leurs décors. La civilisation apenninique est une culture de pasteurs semi-nomades pratiquant des razzias sur les cultivateurs et les éleveurs des plaines. Ils habitent des cabanes ou des cavernes, inhument leurs morts dans des tombes en forme de dolmens, travaillent le bronze et fabriquent à la main une poterie à fond noir décorée de motifs en dent de scie. On a retrouvé des vestiges de cette civilisation de l’Emilie aux Pouilles.
- 1 450Cnossos et la Crète sont ravagés par les Mycéniens. Chute de la dynastie Minoenne (mythe de Thésée). L’aristocratie militaire Mycénienne prend le pouvoir à Cnossos. 
Colonie mycénienne à Chypre.
Haghia Irini, dans les Cyclades, détruite par un tremblement de terre, est aussitôt reconstruite, mais les importations de Crète cessent au profit du continent. 
Les exportations crétoises se poursuivent en Egypte, mais celles de poteries de Grèce continentale augmentent significativement après la chute de Cnossos. Des envoyés Egéens sont mentionnés en Egypte. 
Contacts attestés des Mycéniens avec l’Albanie par l’Adriatique.
- 1 400Protoslaves entre l’Oder et le Dniepr moyen (-1400, -1200). 
Début de l’âge du Bronze danois (Montelius, -1400, -450). 
Le peuple guerrier des Achéens a fini la conquête du Péloponnèse et de Chypre, et construit des fortifications colossales autour des villes situées en hauteur : Mycènes, Tirynthe. Leurs armes sont en bronze et ils utilisent le char qu’ils introduisent en Crète. 
En Grèce, Thèbes est détruite certainement par une guerre intestine. 
Construction des palais de Tirynthe et de Pylos (v. -1400). 
Baignore du palis de nestor à Pylos
Baignore du palis de nestor à Pylos
Reconstruction du palais et enceinte cyclopéenne à Mycènes (v. -1380). 
Construction du Cadmée, forteresse de Thèbes par le mythique Cadmos. 
Poteries mycéniennes prés de Sarajevo, sur les îles ioniennes, en Toscane. 
Migration de Mycéniens en Sicile et dans les îles Lipari. Création d’une colonie à Tarente qui commerce avec en Adriatique et jusqu’à Luni, en Etrurie. 
Probable expédition des Argonautes vers le Pont-Euxin, organisée par Mycènes, pour s’ouvrir l’accès à l’or de la Colchide. Il semble en tout cas que les mycéniens aient établit des comptoirs à Ephèse, Milet et Colophon. 
Le déchiffrement de l’écriture mycénienne, le linéaire B, proche du grec archaïque, prouve que les Mycéniens étaient indubitablement des indo-européens.
- 1 370Destruction de Cnossos, en Crète (tremblement de terre, raid des Lukka ou victoire des Grecs continentaux). La civilisation crétoise s’effondre et la Crète fait parti du monde mycénien.
-1 330 Apogée de la civilisation mycénienne. 
Les Mycéniens établissent des comptoirs commerciaux à Chypre, à Milet, à Rhodes, sur les côtes asiatiques, africaines et européennes. 
L’économie mycénienne est très centralisée, fondée sur l’agriculture (huile, blé), l’élevage (laine) et la métallurgie. Les textes font état d’esclaves hommes et femmes dont le statut exact reste imprécis. Des impôts en nature sont perçus. La circulation des biens est contrôlée par un système de « scellés ». 
Les ateliers palatiaux mycéniens du continent (Mycènes, Pylos, Thèbes) produisent des objets de luxe et de prestige (ivoire, orfèvrerie, pierres, céramique, vaisselle de bronze, armes).
-1300 La civilisation dite des « champs d’urnes » se diffuse à travers l’Europe occidentale.
Civilisation lusacienne en Pologne (environ 1300-200 av. J.-C.).
Calme et prospérité en Égée (fin du XIVe –début du XIIIe siècle.
Des Éoliens venus de Thessalie s’installent en Béotie (béotiens).
Des colonies mycéniennes sont établies à Thapsos, au large de Syracuse, à Scoglio del Tonno dans le golfe de Tarente et à Ischia sur la côte Tyrrhénienne.
La culture de Pantalica se développe à l’intérieur des terres en Sicile.
Arrivée légendaire des Lydiens en Etrurie sous la conduite de Tyrrhénos.
Antalya (turquie). Tombeaux Lydiens.Antalya (turquie). Tombeaux Lydiens.
Les Étrusques, qui se nomment eux même Rasenna, sont connus sous le nom de Tyrsenoi ou « Tyrrhéniens » par les Grecs et celui d’Etrusci ou Tusci par les Romains. Hérodote (Ve siècle av. J.-C.) raconte que les Lydiens, après 18 années de famines, pendant lesquelles ils ont cherché à tromper leur faim en inventant toutes sortes de jeux (dés, osselets), auraient quitté leur pays pour s’installer en Italie. Tyrrhénos, fils du roi lydien et arrière petit-fils de Zeus leur aurait donné leur nom grec. Denys d’Halicarnasse (Ier siècle av. J.-C.) penche pour une origine italienne par le biais des Pélasges, peuple légendaire d’origine hellénique arrivée à la fin du IIe millénaire. Tite-Live leur attribue une parenté avec les Rhètes des Alpes.
-1 290Construction de fortification à Tirynthe, Mycènes, Gla (Attique).
-1 250Les Mycéniens s’installent à Millet, à Colophon, à Tarse où ils sont en contact avec les Hittites. 
Renforcement général des ouvrages de défense en Grèce continentale (Mycènes, Tirynthe, Athènes). 
Fortifications cyclopéennes de Tirynthe et de Mycènes, peut-être construites par les Lyciens (Lukka ou Lycaoniens), certainement inspirés des constructions Hittites. Porte des Lions à Mycènes. Construction du « mur pélagique », au sommet de l’Acropole d’Athènes.
-1 230 Expédition des Achéens et des Eoliens contre Troie (-1193, -1184 selon la tradition). La guerre de Troie est sans doute le résumé de multiples expéditions menées en Asie mineure par l’aristocratie mycénienne en quête de pillages. Il n’y a pas de preuves archéologique à son existence, même si la ville à bien été détruite à plusieurs reprises entre -1334 et -1135.
-1 200Disparition du système palatial en Grèce. Des troubles sont notés à Iolkos, Korakou, Mycènes, Tirynthe puis Lefkandi en Eubée et Teikhos Dymaion près de Patras. 
Déclin de Chypre où la langue grecque s’implante de -1200 à -1050. 
Les Egéens ne sont plus présents en Sicile. 
Civilisation des champs d’urnes » en Europe occidentale (-1200/-725). 
Au Bronze Final, la civilisation proto-Celte des « champs d’urnes » s’étend progressivement jusqu’en Espagne. Les épées à manches massifs des Tumulus sont remplacées par des rapières étroites prolongées d’une languette sur laquelle des plaquettes d’os ou de bois sont fixés par des rivets. Les épingles s’ornent parfois d’un vase miniature ou de têtes de pavot, la céramique et les parures se renouvellent. Les oppida se développent. L’extraction de métaux augmente et les objets de bronze se démocratisent. Sur le littoral atlantique et adriatique apparaissent des traces d’extraction et de commerce du sel. 
Italie : Période de transition entre l’âge du bronze et l’âge du fer dite subapenninique ou protovillanovienne (-1200/-1000). On trouve dans toute la péninsule des nécropoles où sont enterrées les restes des défunts incinérés dans des urnes de terre cuite (civilisation des champs d’urnes). Cette transformation du mode d’inhumation s’explique vraisemblablement par des migrations internes à l’Italie ou externes, en provenance du Nord et de l’Est. A la même époque, des groupes humains arrivent de l’Egée. Des contacts sont établis avec Mycènes en Italie méridionale, dans le Latium et en Etrurie. 
Occupation du village insulaire de Wasserburg sur le lac de Federsee (Allemagne du sud). D’abord constitué de 40 maisons à pièces unique (XIIe siècle), entourés d’une palissade de plus de 15 000 pieux. Le site, abandonné suite à la montée des eaux du lac, est réoccupé vers -1000. Neufs maisons tripartites y sont édifiées en rondins, avec des parois extérieures en pissé, et une palissade est reconstruite. Le village sera détruit par le feu et abandonné vers -800.
-1 180 Arrivée des Doriens en Grèce continentale. Profitant de l’effondrement de la puissance mycénienne, ils avancent par petits groupes des montagnes du Nord-Ouest de la Grèce vers la Thessalie, la Béotie (Mégare est séparée de l’Attique ionien) et le Péloponnèse.
-1 150 Destruction finale de Mycènes.
11e siècle Av J.-C.Age du fer en Grèce. 
En Europe, développement des collines fortifiées. 
Selon Diodore de Sicile, les phéniciens fondent Gades (Cadix) dans le royaume de Tartessos (trafic des minerais), en Espagne. 
Les Doriens envahissent la Crète, Rhodes, Cnide, Halicarnasse (exapole dorienne) et la Carie. 
Cition est la première colonie phénicienne à Chypre. 
Les Phocidiens et les Anaximène athéniens fondent Phocée. 
Fondation de Théos en Ionie. 
Offrandes (figurines de terre cuite) à Olympie. 
Fin de la construction des nuraghes en Sardaigne et en Corse, qui avait commencé vers 1660 av. J.-C.. 
Nuraghes de SardaigneNuraghes de SardaigneNuraghes de Sardaigne
Au sud et à l’est de l’Italie, on rencontre plusieurs cultures régionales ou locales comme celles connues dans le Picenum et en Apulie. La plus importante, la culture « des tombes à fosses » (Fossakultur) occupe le versant tyrrhénien de l’Italie du Sud (Calabre, Campanie, Ischia). 
La culture « des tombes à fosses » est ainsi nommée parce que les morts y sont inhumés dans des fosses rectangulaires surmontées d’une petite pyramide de pierre. Le mobilier funéraire est riche (armes, bijoux en bronze) et des reliefs de repas funéraires attestent d’une croyance dans l’au-delà. 
La civilisation de Golasecca est implanté autour du lac de Côme et du lac Majeur. Elle sera balayée par les Celtes. 
Les Vénètes et les Atestins, autour d’Este et en Vénétie, sont probablement originaires d’Illyrie. 
Les Ligures s’établissent en Provence et en Ligurie. 
Les Iapyges (Dauniens, Peucétiens, Messapiens), originaires d’Illyrie occupent le sud-est de l’Italie (Apulie). 
Les Iapyges sont à l’origine de grandes agglomérations et produisent une céramique originale à peinture mate, résistant à l’influence grecque jusqu’aux VIIIe – IVe siècles av. J.-C. 
Les Italiotes, indo-européens se fixent en Italie : Latins (Eques, Herniques, Lucaniens, Marses, Picéniens, Sabins, Volsques) et Falisques sur le Tibre, puis Ombriens et Sabelliens dans l’Apennin Toscan, Osques et Samnites dans les Abruzzes. 
Civilisation de Hallstatt I en Haute Autriche (-1000/-725) caractérisée par des épées de bronze et de grandes épées de fer. Ces hommes appartiennent à un peuple vénéto-illyrien qui étendra sa domination sur toute l’Europe centrale et l’Italie du nord. 
Les cavaliers à longue épée, ordre jusqu’alors inconnu, apparaissent sporadiquement dans les tombes, entourés de rites et accompagnés d’objet—le service à boisson, les produits exotiques importés, la tombe à char, enfin l’or—qui préfigurent les symboles de la nouvelle classe dirigeante. Le cheval monté est l’une des innovations qui distinguent les participants au pouvoir. Les tumulus de la nécropole de Charia (Jura) ont livré cinq longues épées hallstattiennes, assortis d’éléments de harnachement ou selon les tombes d’un bassin à bords perlé en bronze, proche de ceux produits au VIIIe siècle par la culture de Villanova en Italie du Nord. 
Les Pictes ou Pictons sont les premiers Celtes, venus de Suisse, à avancer en Gaule jusqu’à l’Espagne et aux îles Britanniques. 
Les Goidels, vraisemblablement Celtes s’installent en Irlande dès -1000 à -800 d’où ils dominent les mines d’étain de l’archipel. Ils trouvent sur l’île des sociétés organisées d’origine ibère. 
Les Cimmériens, d’origine indo-européenne, dominent la Russie méridionale, la Crimée et l’Ukraine (-1000/-700). 
Séparation des Ougriens (vers -1000/-500). Formation du peuple magyar dans les parages de l’Oural du Sud, entre la Volga et la Kama (Bachkirie). Leurs parents vogouls et ostyaks auraient migrés vers le nord. 
Arrivée de tribus finno-ougriennes venant de l’Oural sur les rivages de la mer Baltique.
Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.