La Civilisation Hittite


4 min lu

L’ÉPOQUE PRÉ-HITTITES

La civilisation proto-Hittite est celle des Hattis. Leurs principaux sites, Çatal Höyuk, Haçilar et Alishar témoignent de leur degré d’avancement, celui d’une civilisation urbaine ayant développé un art original avancé. Cette civilisation se développe au contact des civilisations voisines au Proche-Orient, mais ne connaît pas l’écriture. Elle perdure jusque vers la fin du IIIè millénaire.  

A une époque encore indéterminée (fin du Vè, ou bien fin du IVè millénaire) se produit une invasion de peuples indo-européens venus semble-t-il d’Europe Orientale par le Bosphore. Ces peuples nouveaux sont les Hittites, les Luvites et les Palaïtes. Ils assimilent la civilisation hattie dans le courant du IIIè millénaire . Les Hittites deviennent alors le peuple dominant en Anatolie Centrale.

Le début du IIè millénaire fait rentrer pour la première fois cette région dans l’Histoire par le biais des Assyriens venus installer des comptoirs commerciaux (karûn) dans la région, autour de la ville de Nesha/Kanesh. On découvre alors une Anatolie découpée entre plusieurs petites principautés. Après le départ des Assyriens au XVIIIè siècle, Pithana, le souverain de Kussara, s’empare de Hattusha, Purushanda, Zalpa et Nesha dont il fait sa capitale. Son fils Anitta poursuit l’unification de l’Anatolie et soumet ensuite la Cappadoce au sud, et se proclame «grand roi». Ce premier royaume reste d’une importance primordiale pour la région, et les souverains hittites se considéreront toujours comme les successeurs des rois de Kushshar. L’absence de textes écrits après le règne d’Anitta fait que la suite des évènements reste méconnue pendant près d’un siècle.

Les premiers rois hittites ont laissé peu d’inscriptions écrites. Ils sont surtout connus par certains écrits et listes dynastiques laissés par leurs successeurs, qui malgré un probable embellissement des faits, restent fiables. 

ANCIEN ROYAUME (1650-1530 AV. J.-C.)

Le premier roi fut Labarna. Sous son règne, il semble que Kussar devint la capitale du royaume. Il s’agit peut-être d’un roi légendaire mais ce nom de Labarna sera accolé ultérieurement comme un titre à celui du roi. Son fils, Labarna II, réoccupa le site d’Hattusha et à cette occasion pris le nom Hattusili Ier. De 1590 à 1450, dix rois au moins vont se succéder. le royaume hittite est fragilisé par des intrigues permanentes et peut-être par sa croissance trop rapide. C’est vraisemblablement à la présence d’Etats-tampons au sud et à l’est de ses frontières, l’Ourartou et le Mitanni, que le jeune royaume hittite doit alors sa survie face aux conquêtes des Mésopotamiens. 

ROYAUME INTERMÉDIAIRE (1530-1465 ENVIRON AV. J.-C.)

Il s’agit d’une période troublée et imprécise d’à peu près un siècle, appelée parfois aussi «Moyen royaume». Elle est essentiellement connue par les listes d’offrandes aux souverains décédés. Durant cette période, la puissance hittite paraît affaiblie. Les rois de cette période, comme Alluwamna, recherchent l’alliance de Kizzuwatna alors que les Gasgas au nord et les Hurrites au sud se font menaçant aux frontières. 

NOUVEL EMPIRE (1465-1190 ENVIRON AV. J.-C.)

Profitant des troubles dynastiques, un nouveau clan lié au Kizzuwatna, mené par Tudhaliya Ier fonde une nouvelle dynastie qui gouvernera pendant huit générations avec au moins douze rois. Une branche cadette de cette dynastie s’installa à Karkemish. Cette dynastie était peut-être d’origine hourrite : la plupart des reines connues ainsi que ceux des princes sont de consonance hourrite et il est possible que les rois eux-mêmes portaient un nom hourrite avant leur accession au trône ; beaucoup de textes religieux hourrites sont recopiés, quelques dieux hourrites remplacent leurs équivalents hittites.  

La porte des lions à Hattusa, en Turquie. 

Par ses conquêtes territoriales Suppiluliuma crée l’empire hittite, empire durable où les Etats vassaux de Syrie demeureront fidèles juqu’au bout. Durant l’empire, l’état hittite fut avec l’Egypte l’état le plus puissant du Proche-Orient. Vers la fin de l’époque, les textes nous indiquent que le pays hittite eut à subir des périodes de famines accompagnées de forts mouvements de population. Selon les textes égyptiens, la destruction du Hatti serait due aux Peuples de la mer, mais il est peu probable que ceux-ci se soient avancés aussi loin à l’intérieur des terres et plus vraisemblablement ce sont d’autres tribus ennemies (les Gasgas ?) qui ont profité de l’affaiblissement de l’empire pour l’abattre. 

EPOQUE NÉO-HITTITE (1190-600 ENVIRON AV. J.-C.)

Après deux siècles dits «âge obscur», s’ouvre la dernière période hittite. La destruction d’Hattusha entraîna la disparition de la civilisation hittite dans l’ancien pays du Hatti, mais elle perdura dans le sud-est anatolien et les provinces de Syrie du nord. De petites villes se constituèrent en cités-Etats : dans le Kizzuwatna (Hilakku et Que), Koummouh (Samsat), Alalakh (Tell Açana), Karkemish, Melid (Arslantepe), Alep et Hama. La filiation avec l’ancien empire hittite était si forte que pour leurs voisins et ennemis, notamment les Assyriens, ces petits royaumes continueront à être dénommés sous le vocable de Hatti. Du XIIe au IXe siècle, ils connaissent une période de calme et de prospérité. Au delà, l’infiltration de tributs araméennes et surtout l’expansionnisme assyrien vont faire disparaître ces principautés : seuls deux petits royaumes situés en Cilicie survivront à la destruction de l’Assyrie elle-même. 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.