Charlemagne


7 min lu

La lutte des deux frères

A la mort du roi franc en 768, les premières difficultés apparaissent, les deux frères, Carloman et Charles ne s'entendent guère, le partage était dès lors prometteur de discorde. Selon les vœux de Pépin :

  • Charles obtenait l'Austrasie et le Nord de la Neustrie, il se fit sacrer roi à Noyon.
  • Carloman obtenait le Sud de la Neustrie, la Bourgogne et la Provence, il siégeait à Soissons.

En 769, l'Aquitaine se révolte, Charles demande l'aide de son frère, qui lui refuse. Charles prend alors la poursuite du duc d'Aquitaine et parvient à rétablir l'ordre en menaçant les Gascons (Basques) qui lui livrent finalement le duc rebelle. Mais en 770, c'est la Lombardie qui apparaît plus menaçante, la veuve de Pépin, Bertrade organise un mariage entre Charles et Désirée la fille du roi des Lombards. Mais les deux frères ne s'entendent toujours pas, et c'est finalement la mort de Carloman en 771 qui va tout changer. Charles destitue l'héritage de ses neveux qui s'enfuient avec Gerberge, la femme de Carloman, vers la cour lombarde (Gerberge est la fille du roi lombard). Charles est désormais roi unique des Francs.

ChalemagneLa vie de Charlemagne est dominée par ce que l'on peut considérer comme une croisade contre ses voisins païens et maures, notamment contre les Saxons d'outre-Rhin. Les raids saxons contemporains du combat de Charlemagne contre les Lombards en Italie lui offrent le prétexte qu'il cherchait pour lancer une invasion générale. En 775, il retourne en Saxe et entame une décennie de combats, qui se termine par la soumission complète des saxons et leur conversion au christianisme. Les Saxons sont de rudes combattants et Charlemagne va user de tactiques brutales; il massacre des milliers de prisonniers en 782, et détruit tout signe de leur religion païenne. En 785, le roi des Saxons, Widukind, se rend et se convertit au christianisme. 


La conquête de la Lombardie

Les relations entre Didier, le roi des Lombards et le jeune roi franc se dégradèrent très vite, Charles avait répudié Désirée qui était très laide. Le pape Adrien Ier se réjouissait de cette opportunité, comme l'avait fait son prédécesseur, il demanda de l'aide auprès du roi franc. Charles avait un grand intérêt à soumettre les Lombards, menace constante, d'autant que leur roi Didier voulait réhabiliter les fils de Carloman, réfugiés à sa cour, sur le royaume franc. Charles traversa alors les Alpes avec son armée, défit les Lombards qui se réfugièrent dans la ville de Pavie, capitale du royaume. En 774, la ville tombe et Charles prit le titre de « roi des Francs et des Lombards », il fit alors son entrée triomphale dans la capitale coiffé de la célèbre couronne de fer, dont le fermoir, selon la légende, a été forgé avec un clou de la Vraie Croix du Christ.


Les Saxons, des adversaires irréductibles

Tout au long de son règne, les difficultés les plus conséquentes auxquelles Charles devra faire face sont liées aux Saxons, un peuple païen aussi irréductible face à l'épée qu'à l'appel de l'Évangile, qui vivait sur les territoires devenus aujourd'hui les Flandres et la Lorraine en plus de leur terre d'origine la Saxe, l'actuelle Allemagne. Il fallut à Charlemagne (du latin Carolus Magnus, Charles le Grand) près d'un quart de siècle pour les soumettre totalement. Les Saxons, qui avaient promis des concessions, profitèrent de la campagne de Lombardie pour se révolter de nouveau. Mais les Saxons sont de nouveau battus et promettent finalement leur conversion au christianisme, Charlemagne rentre avec son lot d'otages saxons. Malgré tout, les révoltes n'en continuèrent pas moins...


Contre les Maures

Depuis près d'un siècle, la chrétienté se voyait menacé par les Maures qui occupaient encore toute l'Espagne. Pour le pape, comme tous les chrétiens, il revenait à Charlemagne de se défendre contre ce danger permanent. Charlemagne n'avait pas l'intention de conquérir l'Espagne, il avait conscience du décalage économique et culturel des deux mondes, de plus il admirait la civilisation islamique, très avancée sur le commerce, l'artisanat, les sciences et les arts. Toujours est-il que Charlemagne envahit la Catalogne et pris la ville de Pampelune. Puis le gros de l'armée se replia pour rejoindre la Germanie, car les Saxons s'étaient de nouveau rebellés. L'arrière-garde qui protégeait le repli s'engagea alors dans les vallées pyrénéennes. Elle était commandée par Roland, comte de Bretagne, un valeureux guerrier très aimé de Charlemagne. Le 15 août 778, comme elle se trouvait dans l'étroit passage du col de Roncevaux, les Gascons (Basques) dévalèrent du haut des montagnes et massacrèrent la troupe franque. « Ce cruel revers, nous dit un chroniqueur du temps, effaça presque entièrement dans le cœur du roi la joie des succès qu'il avait eus en Espagne. » Cet événement devint le fait d'armes le plus connu du règne grâce à un grand poème écrit vers la fin du Xe siècle, la Chanson de Roland. Charlemagne se contenta dès lors d'occuper des places fortes en Catalogne.

Des difficultés en Germanie

Les intraitables saxons se sont de nouveau soulevés, ils ont ravagé le territoire franc jusqu'à la Moselle. Charlemagne organise donc une sévère répression. Mais les révoltes n'en continuèrent pas moins. En 782, un chef saxon, Widukind, réussit à décimer une armée saxonne ralliée aux Francs et à se réfugier ensuite en territoire danois. Charlemagne avait la ferme intention d'annexer la Saxe à sa couronne, mais pour ce faire il devait faire plier les Saxons. Chose qui devient moins aisée à mesure que les païens appliquaient les tactiques militaires chrétiennes. Par représailles, Charles décida de se livrer à un épouvantable massacre, près de Verdun, ce sont 4 500 Saxons qui furent exécutés, femmes et enfants ne furent épargnés.


Les conquêtes en Europe centrale

Le soulèvement des Saxons encouragea par ailleurs le duc de Bavière, Tassilon III qui, en 779, refusa de reconnaître la souveraineté franque et fut sur le point de semer le trouble dans toute la partie Sud de la Germanie occupée par les Francs. Mais abandonné par ses sujets, Tassilon est finalement battu et emprisonné. La Bavière est ainsi intégrée au royaume en 788. Charlemagne confisqua les biens immenses de Tassilon, qui était considéré comme « l'homme le plus riche de l'Empire », plus que Charlemagne lui-même qui de surcroît, n'a jamais eu de fortune personnelle et fut un des premiers rois de l'époque médiévale à distinguer le Trésor Royal et ses biens propres.

Puis, après la Bavière, Charles affronta les Avars, une peuplade belliqueuse d'origine mongole, comme les Huns, qui était établie en Pannonie (actuelle Hongrie). La guerre contre les Avars fut sans pitié. Charlemagne répondit à la férocité de l'ennemi par une férocité égale. L'affrontement se termina par la prise du camp royal avar par Pépin, le fils de Charlemagne. Leurs terres furent placées sous le contrôle des Francs, puis christianisés. Un traitement analogue fut réservé aux Slaves de Bohème. A la suite de ces conquêtes, les territoires de Germanie, de Hongrie, de Bohème et d'une partie de la Yougoslavie furent arrachés à l'emprise barbare.


Le sacre de Charlemagne

Les relations entre Charlemagne et le pape Adrien Ier n'étaient pas si exemplaires, la Toscane et toute l'Italie du Sud était promise au pape, mais le souverain franc préférait imposer sa propre domination sur l'Italie. L'indépendance des États du pape était de plus en plus fictive. Malgré tout, Charles est soucieux de sa construction politique, et il sait que le facteur religieux est essentiel. Aussi, lorsque le nouveau pape Léon III est emprisonné en 799 et roué de coups par des nobles qui l'accusent d'immoralité, Charlemagne intervient et assure le retour du pape à Rome sous bonne escorte. En remerciement de service rendu, notamment contre les Lombards, Charlemagne prend le titre inédit d'« Empereur des Romains ». La cérémonie se déroule à la basilique Saint-Pierre de Rome le 25 décembre 800. Il se présente de façon symbolique en continuateur lointain de l'empire romain d'Occident. C'est ainsi qu'il arbore comme emblème l'aigle monocéphale.

Couronnement de Charlemagne. Chroniques de Jean Fouquet 

La conquête de la Germanie

La tâche la plus ardue pour Charlemagne était de soumettre définitivement les Saxons afin de rattacher la Germanie à l'Empire, et de la pacifier. En 785, le chef barbare, Widukind, tombe malade, il fut alors obligé de céder son commandement. Dès lors les campagnes saxonnes ne furent plus aussi dures ni aussi laborieuses pour les Francs qui finirent par gagner en 799. Mais guérillas, répressions et déportations en masse reprirent et ne s'achevèrent qu'en 804. cette année-là, Charlemagne eut recours aux grands moyens, en décidant que « tout Saxon non baptisé et qui refusera de l'être serait puni de la peine de mort ». De plus, il déporta toute la population saxonne résidant entre les deux fleuves de l'Elbe et de la Weser. A mesure qu'elle était pacifiée, la Germanie fut divisée en marches (zones de défense) dirigées par des chefs francs.


L'organisation de l'Empire

Au début du IXe siècle, l'État franc représentait déjà un vaste Empire et ses frontières étaient fortement consolidées. Après le couronnement de Charlemagne, le centre de gravité de l'Empire se déplaça vers l'Est, c'est-à-dire au détriment de la France et au bénéfice de l'Allemagne. La capitale fut instaurée à Aachen, ville germanique connu sous le nom de « Aix-la-Chapelle ». Charlemagne appréciait les eaux thermales de cette ville, qui lui permettaient de soigner sa goutte et ses rhumatismes. L'annonce du couronnement ne pouvait plaire à Constantinople qui vit en Charlemagne un usurpateur. L'Empire byzantin, devant la démonstration de puissance affichée, s'orienta vers des transactions entre les deux empires, et celles-ci se mirent en place. Pendant un moment, on pensa marier l'Empereur d'Occident, à Irène, l'impératrice souveraine d'Orient, le plan ne pût aboutir. A cette époque, il y a trois empires rivaux : l'empire carolingien, l'empire byzantin et l'empire arabe. Ce nouveau monde, en raison de l'antagonisme religieux ne pouvait tirer profit des relations maritimes entre l'Orient et l'Occident, contrairement au monde romain. D'où la restructuration de l'empire franc qui s'orienta vers une activité économique située entre le Rhin et la Meuse, favorisant la future Allemagne.

 Pendant la dernière décennie de son règne, Charlemagne renforce la sécurité de ses frontières par la création des marches (ou zones militaires fortifiées) et réorganise l'armée carolingienne en une force puissante. Son système administratif, issu des capitulaires et des missi dominici, assure le contrôle des affaires ecclésiastiques et temporelles. S'ajoute à cela un corps d'administrateurs royaux régionaux, les grafs (comtes) dont chaque membre responsable d'un comitatus particulier (comté).


L'amélioration du système administratif conduit à une augmentation des revenus issus des taxes. À la mort de Charlemagne, sa capitale Aix-la-Chapelle est devenue le foyer culturel ou se rencontrent étudiants, artisans et dignitaires de I'église, annonçant un mouvement culturel connu sous le nom de " renaissance carolingienne ".

A sa mort en 814 Charlemagne a transformé une multitude de petits royaumes belliqueux en une entité unifiée.

La mort du souverain

Après la soumission des Saxons en 804, Charlemagne entreprend ses dernières campagnes militaires : contre les Arabes d'Espagne, les Avars ou les Bretons, mais aussi les Slaves, les Sarrasins, les Grecs et les Danois. En 812, l'empereur romain d'Orient Michel Ier reconnaît Charlemagne comme empereur romain d'Occident. Charles pense alors à sa succession :

  • De tous ses fils, l'un Pépin le Bossu avait tenté de le renverser, il fut enfermé dans un monastère.
  • Charles le Jeune, qui avait reçu l'onction du pape lors du sacre est destiné à la succession mais il meurt en 811.
  • Le second fils de Charlemagne, Pépin était roi d'Italie, il se distingua en capturant le trésor des Avars, « le Ring », il meurt en 810.
  • C'est alors Louis (le Pieux ou le Débonnaire) qui succédera à Charlemagne, il est sacré en 813, du vivant de son père.

Charles était fort et robuste, il ne fut malade que durant les quatre dernières années de sa vie, il se mit à boiter et à souffrir de la fièvre. En 814, il meurt de pleurésie, il est inhumé à la basilique d'Aix-la-Chapelle. L'unité de l'Empire qui était déjà difficile à maintenir à cause de l'immensité d'un territoire s'étendant de la Baltique à l'Adriatique et à cause du système des comtés et des marches, source de morcellement, put être sauvegardée aussi longtemps que Charlemagne fut en vie, mais ne devait guère survivre à la disparition du « ciment » que représentait son autorité et son prestige.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.