La Reconquista


2 min lu

Pelage eut pour successeur son fils Favila. Alphonse Ier, auquel on donna le surnom de Catholique, était fils du duc des Cantabres et gendre de Pélage. Il profita des divisions qui paralysaient les forces des Arabes pour reconquérir la plus grande partie de la Galice, une partie du Portugal et de la Navarre, le royaume de Léon et la Castille. 

Abderrahman Ier fonda en Espagne en 756 un empire omeyyade, indépendant des califes Abbassides d'Orient, et dont la capitale était Cordoue. Il prit le titre d'Emir-al-Mouménin, c'est-à-dire chef des croyants. 

Froila, fils et successeur d'Alphonse Ier, défit en 760 les Arabes, et bâtit avec le produit du butin qu'il leur enleva la ville d'Oviedo, dont il fit sa capitale. Mais il se rendit odieux par le meurtre de son frère, et fut assassiné par les grands du royaumes, qui placèrent sur le trône d'Oviedo son cousin germain Aurèle. 

Bermude Ier, frère d'Aurèle, quoique diacre, porta la couronne de 788 à 791; mais il la restitua à Alphonse Il, dit le Chaste, fils de Froila, qui remporta une grande victoire sur les troupes du calife Hescham en 794. Ce calife, qui fit au christianisme une guerre impitoyable, obligea tous ses sujets chrétiens à parler et à écrire la langue arabe à l'exclusion de la leur. Son fils et successeur, Al-Hakkam, passa sa vie, dans ses voluptueux jardins de Cordoue (L'Espagne musulmane). 

Abderrahman II, fils d'Al-Hakkam, ne se plaisait qu'à nuire aux chrétiens, suivant l'expression plutôt partisane d'un historien espagnol. Ramire Ier et Ordoño Ier, son fils, dignes successeurs d'Alphonse le Chaste, se signalèrent par leur piété et par leurs exploits contre les Arabes et contre les Vikings. Après un règne glorieux, Alphonse III, dit le Grand, forcé d'abdiquer par les prétentions à la couronne de son fils aîné Garcia, partagea ses États, et donna la Galice avec ses conquêtes au Portugal à son deuxième fils Ordoño. 

L'exemple de ce partage, imité par ses successeurs, devint funeste à l'Espagne. Ordoño Il transporta en 914 le siège du gouvernement d'Oviedo à Léon, et depuis cette époque les souverains espagnols sont appelés rois de Léon. Son frère Froila II fut un tyran. Alphonse IV, fils d'Ordoño II, monté sur le trône en 924, le céda à son frère Ramire II en 927; et se retira dans le monastère de Sahagun. Il voulut reprendre la couronne en 928; mais son frère lui fit crever les yeux, et l'enferma dans une prison, où il mourut en 932. Ramire II remporta en 938 contre le calife Abderrahman III une victoire éclatante, que les Espagnols attribuèrent à l'intercession de saint Jacques, et le nom de cet apôtre devint dès lors leur cri de guerre. Ordoño III, fils de Ramire II, battit les Arabes, et leur prit Lisbonne en 953. 


Sanche Ier, autre fils de Ramire II, s'empara du trône devenu vacant par la mort d'Ordoño III. Il lui fut disputé par Ordoño le Mauvais, fils d'Alphonse IV. Ramire III, fils et successeur de Sanche Ier, perdit une bataille contre les grands du royaume révoltés, et mourut en 982. Sous Bermude II, fils d'Ordoño III. Almanzor, régent de l'empire de Cordoue, porta la dévastation dans les États chrétiens de la péninsule, prit et rasa de fond en comble la ville de Léon en 996. Mais Bermude, Garcia Il, roi de Navarre, État fondé en 831, et le comte de Castille, oubliant les dissensions qui avaient favorisé les succès des Arabes, s'unirent contre Almanzor, et le défirent dans les champs de Calatañazor en 998. Alphonse V, fils de Bermude II, rebâtit la ville de Léon, et fut blessé mortellement au siège de Viseu en 1027. Bermude III succéda à son père Alphonse V, et maria sa soeur avec Ferdinand Ier, second fils de Sanche III, dit le Grand, roi de Navarre, à qui son père donna la Castille, qui fut érigée en royaume en 1033. Sanche III laissa en mourant, en 1035, le royaume de Navarre à Garcia, l'aîné de ses fils, l'État de Sobrarbe à Gonzalo, le troisième, et l'Aragon à Ramire, son fils naturel.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.