Les mérovingiens


15 min lu

On désigne sous le nom de Mérovingiens la dynastie des rois francs de la tribu des Saliens qui régna en Gaule depuis la fin du Ve siècle jusqu'au milieu du VIIIe. L'origine des Francs, peuple germanique, est mal connue et leur histoire jusqu'à Clovis reste fort obscure. Comme les autres Barbares, ils servaient l'Empire romain  en qualité de fédérés et en gardaient la frontière du nord; il aidèrent Aétius et Aegidius à repousser ou à contenir les Huns, les Vandales, les Wisigoths. Mais les généraux romains eurent aussi à lutter contre eux. A mesure, que l'Empire s'affaiblissait, ils s'avançaient vers le sud.

A la fin du Ve siècle, ils étaient divisés en deux grands groupes : les Ripuaires, dans la vallée du Rhin et les Saliens, au nord de la Somme. Chacun de ces groupes comprenait plusieurs tribus, et chaque tribu avait son roi. Une de ces tribus, établie à Tournai, semble avoir été plus puissante que les autres.

De la longue liste des souverains mérovingiens, deux noms se détachent : celui de Clovis Ier, fondateur du royaume franc, et celui Dagobert Ier, souverain cruel et débauché, mais qui porte ce royaume à son apogée.

• Avec Clovis (481-511), fils de Childéric, le peuple franc sort de l'ombre et sa véritable histoire commence. Il fut le premier qui fit prévaloir le royaume des Francs Saliens à la fois sur les autres royaumes francs, sur la Gaule romaine et sur les autres royaumes barbares. Mais ce qui contribua surtout à sa fortune, ce fut sa conversion au catholicisme; l'Église fut dès lors l'alliée de la dynastie mérovingienne.

• Dagobert, fils de Clotaire II, fut reconnu roi d'Austrasie en 622; quelques années plus tard, il réunissait sous son autorité toute la monarchie mérovingienne. C'est alors qu'il forma et exécuta un vaste plan de réaction contre la puissance toujours croissante de l'aristocratie laïque et ecclésiastique. Il fit faire un relevé des possessions des couvents, et il en inscrivit la moitié sur les registres du fisc royal. Il soumit les Saxons, les Gascons et les Bretons.

Après Dagobert Ier , les Mérovingiens, rapidement, ne constituent plus qu'une sorte de dynastie fantôme. Ses fils sont les derniers qui aient encore exercé réellement le pouvoir, leurs successeurs, connus dans l'histoire sous le nom de rois fainéants, en ont eu à peine les apparences. La plupart, montés enfants sur le trône, y sont morts jeunes; ils vivaient oisifs, retirés dans une de leurs résidences d'où les maires du palais les faisaient sortir aux jours d'assemblées pour les montrer au peuple.


L'héritage de Clovis. (511)

A la mort de Clovis, ses États s'étendaient sur la plus grande partie de la Gaule et l'avenir de la dynastie était assuré, mais non pas l'unité du royaume a

uquel on appliqua les règles de partage de la propriété privée d'après la coutume des Francs Saliens. De fait, la conception d'un État véritable était contraire, à la tradition germanique : le royaume était, pour les Francs, une propriété privée ; les héritiers devaient se la partager, et l'héritage de Clovis fut divisé entre ses quatre fils.

Carte du partage du royaume Franc à la mort de Clovis


Chacun des fils de Clovis eut sa capitale et son royaume dans les régions réellement occupées par les Francs : l'aîné, Thierry (Théodoric Ier), le royaume de Reims (511-534); le second, Clodomir, le royaume d'Orléans (511-524); le troisième, Childebert, celui de Paris (511-558); le dernier enfin, Clotaire Ier, le royaume de Soissons  (511-561).

Ce mode de partage, tout arbitraire, devait favoriser les dissensions des princes mérovingiens et tendre peu à peu à l'affaiblissement de la dynastie.

Clodomir disparaît, tué à la bataille de Vezeronce, livrée contre les Burgondes (524); il laissait trois fils en bas âge qui furent recueillis par leur grand-mère la reine Clotilde, mais leurs oncles Childebert et Clotaire réussirent à se les faire livrer, en tuèrent deux, firent moine le troisième (ce fut saint Cloud) et se partagèrent les États de Clodomir.

Thierry, l'aîné des fils de Clovis, mourut dix ans plus tard (534), ses deux frères survivants voulurent se partager le royaume de Reims, comme ils avaient fait de celui d'Orléans, mais le fils de Thierry, Théodebert, réussit malgré eux à recueillir l'héritage paternel, l'agrandit encore d'une partie de la Provence et à sa mort (547) le transmit à son fils Théodebald qui mourut sans enfants en 555.

Après la mort de Théodebald, que suit en 558 celle de Childebert, mort sans enfants mâles, Clotaire reste un moment seul roi (561).


Campagnes contre les Burgondes (523-524 et 532-533)

La reine Clotilde, deuxième épouse de Clovis Ier était depuis longtemps désireuse de venger Chilpéric, son père, que son oncle Gondebaud avait assassiné. Encouragés par Clothilde, Clodomir, Childebert et Le moment semble propice aux héritiers de Clovis, à l'exception de Thierry qui renonce à combattre contre son beau-père4. En 523 ses trois frères lancent leurs troupes sur celles du roi burgonde Sigismond et son de frère Godomar qui sont vaincus. Sigismond cherche à s'enfuir à l'abbaye d'Agaune mais il est capturé par Clodomir, emmené en captivité avec sa femme et ses enfants, emprisonné dans le territoire de la ville d'Orléans et finalement assassiné, en 523 avec sa famille. Clodomir donne l'ordre de les jeter dans un puits localisé à Saint-Sigismond, village dans le Loiret. Une église fut construite sur le puits et il devint un lieu de pèlerinage. Son eau guérirait les fièvres.

Godomar III se ressaisit et, soutenu par les grands du royaume de Burgondie, reprend la lutte et lorsque les quatre frères réunis lancent en 524 une nouvelle expédition contre la Burgondie, Godomar réussit à battre les Francs le 21 juin 524 avant l'arrivée de leurs alliés ostrogoths à Vézeronce. Clodomir trouve la mort dans la bataille.

Le royaume Burgonde connaît un sursis d'une dizaine d'années. En 532 ou 533, Clotaire Ier et Childebert Ier reprennent la lutte et s'emparent de la ville d'Autun. Une campagne décisive, à laquelle se joignit Thibert, le fils de Thierry, reprit en 534 mirent en déroute Godomar et ils partagèrent son royaume. Dijon fit partie du lot de Thibert.

Les Mérovingiens en Germanie. 

En même temps qu'elle s'étendait sur la Gaule, la domination franque avait un moment paru déborder sur la Germanie ; mais cet effort fut éphémère et ne laissa pas de traces profondes, aussi bien en Thuringe que dans le pays des Alamans et en Bavière.

En 515, les Danois attaquent le nord de la Francia et envahissent le royaume de Thierry, pillant et faisant de nombreux prisonniers. Thierry averti de cette attaque, ne peut quitter la région de Mattis menacée par les Thuringiens. Il envoie son fils Théodebert avec une puissante armée. Celui ci bat et tue le roi danois Chlochilaic resté à terre pour un dernier coup de main ou pour protéger le rembarquement de ses troupes, détruit leur flotte au mouillage et reprend le butin aux envahisseurs, en 516. La bataille navale évoquée par Grégoire de Tours semble inventée. Sans doute, les Francs ont battu les marins danois près de la côte pour récupérer leur butin. En Thuringe, Thierry Ier, roi de Reims, intervient à deux reprises, en 526 et en 531, contre le roi Hermanfried, dont il triomphe avec l'aide de son frère Clotaire et des Saxons. Après l'assassinat d'Hermanfried, les Francs sont installés sur le Mein, dans l'actuelle Franconie, où ils se maintiennent en face des Saxons.

Sur les Alamans, déjà battus en 496, Théodebert, fils de Thierry, - qui paraît avoir été, après Clovis, le plus remarquable des Mérovingiens, - conquiert la Rhétie (534); puis il soumet les Bavarois, tout en leur laissant leurs ducs nationaux, descend vers l'Italie, et, après avoir défait successivement les Goths et les Romains, s'empare de la Cisalpine, que lui cède Vitigès. Mais il meurt en 548, et son fils Théodebald est impuissant à se maintenir au-delà des Alpes .

En 553, le général byzantin Narsès anéantit l'armée franque au Volturne. Théodebald meurt deux ans après, et Clotaire, devenu l'héritier unique de la monarchie, a trop à faire en Gaule pour défendre les conquêtes de la branche aînée mérovingienne en Germanie.

Les fils de Clotaire. 

Le plus jeune des fils de Clovis, qui avait réuni donc toute la monarchie franque, avait laissé à sa mort (561) quatre fils. Un premier partage donna Paris à Caribert ou Charibert (561-567), Orléans et la Bourgogne à Gontran (561-592), Soissons et la Neustrie, entre la Loire et l'Escaut, à Chilpéric (561-584), Metz et l'Austrasie, qui s'étendait sur les deux rives du Rhin, à Sigebert (561-575). La ville même de Paris restait indivise et les frères s'engagèrent, par les serments les plus solennels, à n'y pénétrer chacun qu'avec la permission des autres.

Dès ce moment, mais surtout après la mort de Caribert (567), se manifeste un antagonisme qui ira croissant entre la Neustrie, plus riche, plus policée, héritière de la culture gallo-romaine, et l'Austrasie au sol ingrat, ayant plus fidèlement conservé le costume et les goûts guerriers des populations germaniques.

Les frères étaient fort différents. Chilpéric, frotté d'éducation latine, affectait d'aimer les lettres et de se connaître en théologie ; il faisait même de mauvais vers latins, ce qui ne l'empêchait pas d'être le plus violent de tous. Caribert se posait en juriste. Gontran avait des manières douces, que troublaient de furieux accès de colère.

La mort de Caribert, en 567, entraîna, avec un nouveau partage, un inimaginable chaos géographique, et aux difficultés qui en résultèrent s'ajouta une rivalité sanglante : celle de Brunehaut et de Frédégonde.

Brunehaut et Frédégonde. 

Sigebert avait fait une alliance brillante en épousant Brunehaut, fille du roi des Wisigoths, Athanagild; Chilpéric, jaloux, demanda et obtint la main de Galeswinthe, soeur de Brunehaut, qui ne le prit pour mari qu'à son corps défendant. Une servante du palais, aussi belle que fourbe, dissolue et avide, Frédégonde, supplanta bientôt Galeswinthe dans le coeur du roi, dont elle avait été la concubine, et, ne connaissant plus que sa passion, elle fit étrangler la reine dans son lit (567).

Gontran intervint aussitôt et son frère fut condamné à donner à Brunehaut, soeur de Galeswinthe, les cinq cités d'Aquitaine que la malheureuse princesse avait reçues à titre de morgengabe. Chilpéric s'exécuta, mais déclara bientôt la guerre à Sigebert, qui, après divers incidents, se fit proclamer roi des Francs occidentaux à Vitry-sur-la-Scarpe et bloqua les troupes neustriennes à Tournai. Frédégonde, qui s'y trouvait avec son mari, le fit assassiner par deux sicaires (575).

Pendant que le fils de Sigebert, Childebert II, âgé de cinq ans, était enlevé par le duc Gondebaud qui le fit proclamer roi, à Metz, roi d'Austrasie, Brunehaut, sa mère, était exilée à Rouen. Là, un fils de Chilpéric et d'Audovère, Mérovée, s'éprit de sa tante et l'épousa. Enfermé dans un cloître par ordre de Chilpéric, il put s'évader, mais supplia ses compagnons de le tuer pour échapper à la vengeance de son père (577). L'évêque de Rouen, Prétextat, qui avait béni le mariage au mépris des lois canoniques, fut exilé, probablement à Jersey.


Il recouvra la liberté après la mort de Chilpéric, assassiné à Chelles, mais il tomba bientôt lui-même, poignardé au pied des autels. On imputa ce double crime à Frédégonde, dont le fils, Clotaire II, devint roi de Neustrie sous la tutelle de son oncle Gontran, roi des Burgondes et dernier fils survivant de Clotaire Ier. Gontran s'empressa de revendiquer tout l'héritage de Caribert dont Chilpéric s'était emparé. Frédégonde réussit cependant à assurer la domination de son fils sur les provinces de Rouen, de Rennes et d'Angers, ainsi que sur l'ancien royaume de Chilpéric. Brunehaut, de son coté, conservait à son fils Childebert Il le royaume de son père Sigebert.

Le traité d'Andelot en 587 régla les relations de Childebert Il avec Gontran et fixa pour un temps les limites des royaumes d'Austrasie et de Bourgogne et fixa le statut des leudes. Gontran garda le rôle d'arbitre entre ses deux neveux jusqu'à sa mort survenue le 28 mars 593. Conformément aux dispositions du traité d'Andelot, Childebert Il recueillit sa succession. 

Frédégonde mourut en 597, ayant souillé son gouvernement de tous les crimes. Childebert ll mourut la même année. Il laissait deux fils Théodebert Il qui fut roi d'Austrasie et Thierry II qui fut roi de Bourgogne. Leur grand-mère, Brunehaut, débarrassée de sa terrible rivale, n'en demeura pas moins assoiffée de domination, et les poussa contre Clotaire II qu'ils battirent à plusieurs reprises, mais la discorde éclata entre eux. Théodebert, vaincu par Thierry, vit ses enfants massacrés à l'exception de Sigebert, et lui-même, relégué dans un monastère, ne tarda pas à être mis à mort (612). Thierry II s'empara de ses états, mais mourut l'année suivante (613), laissant quatre fils dont aucun ne régna.

Brunehaut, âgée alors de plus de quatre-vingts ans, s'appuyant sur l'élément gallo-romain, prétendit gouverner à la fois l'Austrasie et la Bourgogne ; mais, livrée à Clotaire II par la trahison des leudes, auxquels elle portait ombrage, elle subit trois jours de supplices atroces et périt enfin attachée à la queue d'un cheval indompté (613).

Le supplice de Brunehaut


Elle avait fait proclamer roi son arrière-petit-fils, le jeune Sigebert, mais les grands de l'Austrasie livrèrent le royaume à Clotaire II qui réunit alors sous sa main la totalité de l'Empire franc. En réalité, son pouvoir, y était fort diminué, et les royaumes d'Austrasie et de Bourgogne étaient livrés à l'autorité des grands. Si le traité d'Andelot n'a pas, à ce point de vue, l'importance qu'on lui a attribuée, du moins la Constitution perpétuelle, proclamée à la suite du concile de Paris, en 614, a-t-elle indirectement limité les droits du roi en matière administrative, judiciaire et fiscale, et réglé l'élection des évêques.

Les leudes de Bourgogne se choisirent eux-mêmes un maire du palais, Warnachaire, et ceux d'Austrasie voulurent un roi particulier ; Clotaire II leur envoya son fils Dagobert (623). A la mort de son père (octobre 629), celui-ci recueillit sans difficulté sa succession, moins un royaume dont Toulouse fut la capitale qu'il abandonna à son frère Caribert II, mais celui-ci mourut dès 630 et presque en même temps son fils Childéric.


Dagobert Ier. (604-639)

L'unité de l'Empire franc fut alors rétablie sous le sceptre de Dagobert. Elle dura deux années. Les tendances particularistes des Austrasiens leur firent obtenir pour roi dès 634, le fils de Dagobert, Sigebert II, enfant de trois ans, qui régna sous la tutelle du maire austrasien, Pépin de Landen. A son second fils, qui fut plus tard Clovis II, né en 632, Dagobert attribua les royaumes de Neustrie et de Bourgogne. Dagobert Ier, actif et entreprenant, ayant le sentiment de la justice et de l'ordre, bien conseillé par son ministre saint Eloi, accrut encore l'Empire franc, et son règne marqua l'apogée de la dynastie mérovingienne. A sa mort, survenue le 19 janvier 639, l'ordre de succession ne fut pas troublé, mais la décadence était proche.

En Austrasie, dominaient les puissantes familles d'Arnulf et de Pépin, qu'un mariage réunit, et dont les membres gouvernèrent le royaume sous le titre de maires du palais. L'un d'eux, Grimoald, à la mort de Sigebert II, en février 656, fit enlever le fils unique du roi, Dagobert, âgé de quatre ans ou environ, l'envoya en Écosse et mit sur le trône son propre fils Childebert. Mais la tentative était prématurée, les grands d'Austrasie n'étaient pas encore disposés à reconnaître cette suprématie de l'un d'eux ; au bout de sept mois ils chassèrent l'usurpateur, arrêtèrent le maire Grimoald et le livrèrent au roi de Neustrie, Clovis Il. Celui-ci étant mort la même année (en 657) laissait trois fils.

L'aîné, Clotaire III, âgé de quatre ans, succéda à son père en Neustrie et en Bourgogne, sous la tutelle de sa mère Bathilde, et bientôt après joignit à ses États le royaume d'Austrasie, vacant depuis la déchéance de Childebert. Mais en 660, Bathilde fit placer sur ce trône son second fils, Childéric II, âgé de sept ou huit ans, qui, treize ans plus tard, recueillit encore la succession de son frère Clotaire III, mort sans enfants au début de l'année 673, au préjudice de son frère Thierry, troisième fils de Clovis II, proclamé roi par le maire du palais Ebroïn, mais bientôt détrôné, rasé et relégué au monastère de Saint-Denis, tandis que ce maire du palais était envoyé lui-même à Luxeuil. Vers le même temps, le fils de Sigebert II, revenu d'Ecosse où il avait été déporté en 656, réussit à se faire proclamer roi en Austrasie, sous le nom de Dagobert II (674).

Childéric II étant mort assassiné à la fin de 675, son frère Thierry III fut tiré du monastère de Saint-Denis et proclamé roi en Neustrie où il subit la tyrannie d'Ebroïn, revenu de Luxeuil. Le roi d'Austrasie, Dagobert II, mourut assassiné à vingt-sept ans, le 23 décembre 679 ; Ebroïn tenta de s'emparer du royaume au nom de Thierry III et battit près de Soissons le maire d'Austrasie, Pépin, en 680 ; mais l'année suivante il périt assassiné, et Pépin, reprenant l'avantage, vainquit à Tertry, en 687, le maire neustrien Berthaire et le roi Thierry III. Depuis lors Pépin de Landen fut le véritable maître de l'empire franc, qu'il gouverna tout en laissant subsister encore des fantômes de rois.


La fin des Mérovingiens.

Thierry III vécut jusqu'au printemps de 691 ; son fils Clovis III lui succéda sur le trône de Neustrie et de Bourgogne. Quant à l'Austrasie, Pépin dédaigna d'y placer un roi, et sans en prendre lui-même le titre, la gouverna comme un état héréditaire dans sa famille.

Après la mort de Clovis III (mars 695), son frère Childebert III lui succéda ; il mourut le 14 avril 711 et fut remplacé par son fils âgé de douze ans, Dagobert III. Pépin d'Héristal, après avoir gouverné le royaume franc pendant vingt-sept ans sous quatre rois, mourut le 16 décembre 714 ; le fils qu'il avait eu d'une première femme, Charles Martel, fut écarté par sa veuve, qui voulait réserver le pouvoir à l'enfant dont elle était enceinte. Mais les grands se soulevèrent et choisirent pour maire du palais de Neustrie Ragenfroi, qui, allié au duc des Frisons, délivra Charles-Martel.

A la mort de Dagobert III (24 juin 715), Ragenfroi et les leudes reléguèrent son fils Thierry au monastère de Chelles, et élevèrent au trône sous le nom de Chilpéric II, un fils de Childéric II qu'ils allèrent chercher dans le monastère où il vivait (717). Ce roi de quarante-cinq ans paraît avoir échappé à la décadence de la dynastie mérovingienne et combattit énergiquement Charles-Martel ; mais, trois fois vaincu, il fut livré par le duc d'Aquitaine à son ennemi et mourut peu après à Attigny (janvier 722). Charles-Martel fit alors venir du monastère de Chelles, le fils de Dagobert III, Thierry IV, et le fit roi d'Austrasie, aussi bien que de Neustrie et de Bourgogne, et régna sous son nom. Sa puissance était si assure qu'à la mort de Thierry IV (avril 737), il ne se mit pas en peine de pourvoir à la vacance du trône et gouverna ainsi l'empire franc jusqu'à sa mort survenue à Quierzy, le 22 octobre 741.

Les deux fils de sa femme Rotrude, Carloman et Pépin se partagèrent ses états, mais obligés de lutter contre leur frère Griffon, fils d'une seconde femme, ils pensèrent sans doute affermir leur autorité en élevant un fils de Chilpéric II, Childéric III (742). Cette situation dura dix ans; Carloman s'étant retiré au monastère du Mont-Cassin, Pépin, demeuré seul maître de la monarchie, fit déposer Childéric III (752); se fit reconnaître roi par les grands et sacrer par le pape Etienne Il. Le dernier des Mérovingiens, fut rasé et enfermé au monastère de Saint-Bertin à Saint-Omer où il mourut en 755. Son fils, du nom de Thierry, aurait vécu obscurément au monastère de Saint-Wandrille.

Faiblesse réelle et décadence du pouvoir royal.  

Les institutions mérovingiennes ne fonctionnèrent jamais bien et tombèrent dans une rapide décadence. Les tentatives des Francs pour organiser un gouvernement à la romaine ne furent que de grossières et maladroites singeries. La royauté mérovingienne était une « royauté d'imitation, grossièrement plaquée d'or antique-».

D'abord le pouvoir royal conserva son caractère germanique. Les Francs étaient incapables de comprendre les idées abstraites sur lesquelles reposait l'Empire romain et reposent les États modernes : l'idée de l'État l'idée de la loi distinctes des individus qui les représentent. Pour eux, la royauté était une personne et le royaume un patrimoine, que les fils d'un roi se partageaient comme un héritage ordinaire. Ils tenaient à ce que leur roi fût un homme fort et brave.

Un roi mérovingien n'imagine pas que la paix puisse être assurée par des institutions régulières :

« Si Gontran demande aux Francs de le laisser vivre trois années, c'est que son successeur Childebert ne sera majeur que dans trois ans; il faut donc patienter jusque-là; autrement le peuple, privé de son protecteur, périrait. Il n'y a point de lois, point d'État; une personne tient lieu de tout » (E. Lavisse).

L'administration n'est qu'une caricature de l'administration impériale; le « palais », une pétaudière confuse. Les comtes ne sont pas de vrais fonctionnaires, dociles à l'autorité centrale; ce sont des chefs presque indépendants dans leurs « pays »; ils abusent de leur autorité pour piller et brutaliser ceux qui y sont soumis; il faut que le scandale soit bien grand pour que le roi fasse faire une enquête par des missi(envoyés). Il n'y a pas de système régulier d'impôts, il n'y a pas d'armée permanente.

La royauté est donc « une force en présence d'autres forces, non une magistrature au milieu de la société [...], [force] variable et déréglée, aujourd'hui immense, demain nulle selon que la guerre tourne contre elle ou en sa faveur » (Guizot).

La puissance du roi dépend du nombre des compagnons dévoués qui se sont liés à sa personne par un serment individuel.

Tout ce qui avait subsisté des institutions romaines disparaissait dans l'anarchie grandissante et au milieu des guerres sans fin. Au VIIe siècle le roi ne percevait plus d'impôts et on ne lui fournissait plus de service militaire. II n'osait plus surveiller et blâmer les comtes. Clotaire Il renonça en 614 à son droit de nommer les évêques et s'engagea à prendre pour comte dans chaque province un grand propriétaire du pays. Les fonctions de comtes devinrent à peu près héréditaires. Les rois permirent aux grands de choisir eux-mêmes le maire du palais et prirent l'habitude de ne rien faire sans les consulter. La royauté du VIIe siècle n'était plus qu'une apparence, un souvenir, un mot.

« Le roi mérovingien, à l'origine, est un parvenu qui dispose d'un riche trésor de biens et d'honneurs, ; il n'a pas trouvé d'autre politique que de dépenser ce trésor au jour le jour; il devait finir et il a fini par la banqueroute ». (Lavisse.)


Le peuple.  

Au-dessous des grands et des gens d'Église, la société franque comprenait de nombreuses catégories de personnes.

Au temps de Clovis on distinguait les Gallo-Romains et les Barbares, et, parmi ces derniers, ceux qui vivaient selon la loi salique et les autres. Ainsi le wergeld d'un propriétaire franc était de 200 sous d'or, celui d'un propriétaire romain de 100 sous. Mais cette distinction s'efface au VIe siècle.

Presque tous les hommes libres sont devenus vassaux, « serviteurs libres » d'un grand. Il reste très peu de petits propriétaires indépendants.

Au-dessous d'eux se placent les colons, qui sont encore regardés comme des hommes libres et qui peuvent témoigner en justice, porter les armes, léguer leurs biens par testament. Mais ils sont attachés au domaine ils sont forcés de demeurer près de la villa seigneuriale et d'en cultiver les terres. Ce sont des fermiers perpétuels.

 « Le sol les possède plus qu'ils ne possèdent le sol. »

Viennent enfin les esclaves. Eux aussi cultivent la terre, mais ils n'ont aucun droit, ils ne possèdent rien, ce sont des bêtes de somme, des choses. Celui qui tue un esclave doit verser au propriétaire une indemnité, de même que s'il tue un cheval; la même somme est due par celui qui enlève un esclave à son maître et par celui qui l'aide à s'enfuir; la loi ne considère que le préjudice subi par le propriétaire. Elle permet au maître de vendre, de maltraiter, de tuer ses esclaves.

L'Église fait mine de chercher à adoucir la condition de ces malheureux; elle affirme qu'ils ont une âme, que Dieu pourra les admettre au Paradis; elle bénit leurs mariages et recommande de ne pas vendre séparément le mari et la femme, les parents et les enfants. L'usage s'établit de laisser à l'esclave un lopin de terre, avec le droit de former un pécule et d'acquérir des biens. Les esclaves peuvent même avoir des esclaves. Ils peuvent acheter leur liberté. L'Église enseigne que l'affranchissement des esclaves est un acte agréable à Dieu. Mais l'affranchi reste étroitement soumis à son maître, et ses descendants ne deviennent que peu à peu de véritables hommes libres.

Les esclaves étaient ou bien les descendants des serfs gallo-romains et germains, ou bien des débiteurs qui n'avaient pu payer leurs dettes, ou enfin des prisonniers de guerre, des étrangers que les marchands vendaient sur les places publiques. Il faut ranger à part les personnes pieuses qui avaient fait don d'elles-mêmes à une église ou à un monastère. Il y avait une véritable traite d'êtres humains. Toute ville importante avait son marché aux esclaves. La plupart de ces étrangers étaient des Slaves. C'est pourquoi on adopta le nom de slave ou d'esclave pour désigner ceux que les Romains appelaient serfs (servus, pluriel : servi).

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.