Les picts et les Scots


4 min lu

LES PICTS

Lorsque le général romain Agricola s'aventura dans les Highlands écossaises au Ier siècle, il se heurta à la résistance des "caledoniens". Les historiens pensent aujourd'hui, qu'il s'agissait d'une confédération de tribus des Highlands baptisée par Tacite d'après le nom romain de l'Ecosse : Caledonia. Au IIIe siècle, l'empereur romain Sévère affronta en Ecosse deux fédérations tribales, les Caledonii et les Maeatae. Les vestiges archéologiques laissent à penser que ces peuples se rattachaient aux autres tribus bretonnes plus au sud.

D'origine celtique, les Pictes passèrent d'Irlande en Ecosse au commencement de l'ère chrétienne, et semèrent la terreur, dans toute la Bretagne romaine, même après la reconquête de 296, les Pictes sont cités, avec les Scots, comme les barbares les plus menaçants dans la liste de Vérone, qui récapitule les ennemis de l'Empire

C'est à la fin du IIIe siècle, que les armées romaines de Constantin se heurtent à un peuple nommé Pictii. C'est la première fois que leur nom apparait en Ecosse. L'historien romain Ammianus Marcellinus décrit les Pictes comme étant composés de deux groupes, les Dicalydones et les Verturiones. Les raides pictes sur les colonies romano-britanniques augmentèrent pendant le IVe siècle, mais auraient été arrêté par Maxime et Stilicon. Mais les incursions pictes reprirent de plus belle au Ve siècle, et alliés au Scots, ils arrivaient depuis la mer à bord de coracles, pour piller l'île de Bretagne et repartir. En 429, Constantin de Lyon, nous informe que les Pictes attaquaient les Bretons par la terre, avec l'aide des Saxons. Les Pictes harcelaient sans interruption la côte nord-est de l'Angleterre. Etait-ce pour eux le moyen de contourner le mur d'Hadrien ? Les Bretons décidèrent de s'allier avec les Saxons pour se protèger des "peuples du nord", et qui parvinrent à endiguer les attaques pictes. Les Pictes vont à nouveau s'allier avec les Scots pour le contrôle des Basses-Terres.

Selon les époques, les témoignages contemporains parlent de deux royaumes pictes, les Pictes du Nord et Pictes du Sud, séparés par le Mounth, ou encore de sept provinces pictes. Au VIème siècle le royaume de Fortriu (où l'on retrouve le nom des Verturiones) était puissant autour de Dunkeld (" le fort des Calédoniens ") et de Scone. La tradition attribuait à un légendaire Cruithne la fondation de la nation Picte, et à ses sept fils l'origine des sept provinces qui la composaient.

Au VIIIème siècle le roi Picte Oengus I exerçait une sorte de suprématie sur l'ensemble de l'Ecosse. Le système de succession matrilinéaire en vigueur chez les Pictes facilitait les alliances et les rivalités dynastiques. Au début du IXe siècle, le roi Oengus Il, fils du roi Scot Fergus et d'une princesse Picte, régnait conjointement sur les deux peuples. A sa mort en 834, son fils Eoganan lui succéda et mourru à la bataille de 839. Le règne de Kenneth Mac Alpin apparaît comme glorieux dans les annales du pays. Il régnait également sur royaumes Pictes et Scots, désormais unis sans être jamais plus séparés. Cette union est traditionnellement considérée comme l'acte de naissance du royaume d'Ecosse : "Kenneth fut le premier des Scots à régner sur tout le pays qu'on appelle aujourd'hui l'Ecosse", écrit au XIIIe Chronique de Huntingdon. Au moment de cette union, le peuple Picte était déjà christianisé grâce aux efforts du moine missionnaire Columba et d'autres moines venus du monastère Scot d'Iona.

Les Pictes ont laissé d'abondants monuments archéologiques, dont l'interprétation est difficile. Ce sont essentiellement des pierres dressées, couvertes de figures gravées, les unes géométriques (y compris des croix d'avant et d'après la christianisation), les autres figuratives, quadrupèdes, oiseaux, chaudrons, chariots à roues. Ces pierres, dites " symboliques ", avaient sans doute une valeur religieuse, peut-être funéraire. 


Les auteurs romains appelaient l'Irlande Hibernia. Au IVe siècle, certains irlandais lancèrent des expéditions dans la Bretagne romaine. Les auteurs latins les appelais Scotii (ce qui pourrait venir d'un verbe irlandais signifiant "faire un raid"). Vers 500, ces raids se traduisirent par une implantation permanente à Argyll et le royaume créé prit le nom de Scotia (ou "terre des Scots"). Ces Irlandais appartenaient au clan Dàl Riata du nord-est de l'Irlande et fondèrent le royaume de Dàl Riata -ou Dalriada- en Ecosse. 


LES SCOTS

Plusieurs autres implantations virent le jour, en Galles et en Cornouailles, mais l'implantation la plus durable resta celle d'Argyll au sud-ouest de l'Ecosse. Les Scots s'y s'établirent et, avec St-Columba, ils évangélisèrent la région qui était encore païenne. Ils imposèrent au IXe siècle leur domination aux Pictes et donnèrent leur nom à la partie septentrionale de l'île de Bretagne.

En débarquant au sud-ouest de l'Ecosse, les Irlandais s'implantèrent dans trois régions, chacune dominée par un groupe familiale (Cenél). Ils bâtirent des forteresses pour se protéger contre trois voisins agressifs : les Pictes, les Bretons de Strathclyde et les Anglais de Northumbria.

Le fondateur légendaire de Dalriada était Fergus Mor. Conall Mc Comgall régna sur les territoires en Irlande et en Ecosse en 559 et aurait donné l'ile d'Iona à Saint Colomba. Conall fut remplacé en 574 par Aedan Mc Gabran, qui essayea d'étendre son influence tant en Irlande qu'en Ecosse.

Très vite les Scots s'affirmèrent comme un peuple expansionniste et conquérant, s'attaquant à l'est aux Pictes, et au sud aux Britons. Aedan, à la fin du VIe siècle, bat les Pictes à plusieurs reprises, étend son influence chez les Bretons de Strathclyde, repousse les attaques des Anglo-Saxons de Northumbrie. Les Scots devaient finir, après trois ou quatre siècles de succès et revers alternés, par dominer la totalité du territoire qui allait devenir Scotia, Scotland, l'Ecosse, le "pays des Socts". Ils furent en cela grandement aidés par la force du christianisme, qu'ils avaient apporté d'Irlande et qui s'étendit aux Pictes. L'évangélisation de saint Columba et de ses disciples joue un rôle essentiel dans la naissance de la nation écossaise.

Pour résumer, selon Sellar et Yeatman, humoristes britanniques, "les Scots (à l'origine des Irlandais, mais désormais Ecossais) habitaient à cette époque l'Irlande, ayant chassé les Irlandais (les Pictes) hors d'Ecosse ; tandis que les Pictes (initialement Scots) étaient à présent Irlandais (vivant entre parenthèses) et vice-versa. Il est essentiel de garder ces distinctions bien à l'esprit et verce-visa".

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.