Les Chattes


2 min lu

Les Chattes (latin chatti) sont un peuple germanique ancien, qui était établi au début de l’ère chrétienne dans la région du cours supérieur de la Weser et de l’Eder (actuelle Hesse).

Les Chattes sont cités par Pline l’Ancien, vers 75, comme membres d’une fédération ethnique commune avec les Suèves et Chérusques. Excepté le nom de celle-ci – les Herminones – on ignore à peu près tout ce qui la concerne : la nature même de cette alliance reste obscure. On sait aussi que les Bataves faisaient originellement partie des Chattes, comme les Mattiaciens (Tacite, Germania), mais ces derniers se tournèrent assez vite vers Rome plustôt que vers les peuples demeurés « libres » de la Germanie intérieure. 

Peu avant le début de notre ère, les Chattes participèrent à l’insurrection menée par Arminius qui conduisit à la perte des légions romaines de Varus, lors de la bataille de Teutoburg (-13) : les Chattes comptent ainsi parmi les acteurs principaux de la fin de l’expansion romaine au-delà du Rhin. 

À la suite de cet épisode et au cours premier siècle de notre ère, le limes rhénan fut établi au sud de leurs territoires, non sans que plusieurs heurts aient eu lieu auparavant. Leur capitale, Matium, dans la Hesse, fut incendiée lors de la campagne transrhénane de Germanicus († en 19). 

Vers 37, les Chattes, qui accomplissaient leurs pillages jusqu’au territoire des Ubiens, d’où était originaire Agrippine, firent l’objet d’une campagne punitive romaine menée par Lucius Pomponius : lors de celle-ci, le général libéra des Romains qui avaient été capturés et mis en esclavage à l’époque de Varus (Tacite, Annales). Les Chattes furent contraints de négocier la paix et durent envoyer des hotages à Rome : parmi ces derniers devait se trouver la fille du chef des Chattes, Catumerus, dont le fils devint à sont tour roi des Chérusques (Tacite, op. cit. XI, 16). 

En 70, une révolte fut menée, au départ pour soutenir un autre candidat à la dignité impériale, par le Batave Civilis, qui était officier et citoyen romain. Cette révolte prit ensuite un tour anti-romain lorsque le candidat originellement soutenu fut tué (Vitellius). 

Établi dans l’Empire, Civilis n’hésita pas alors à aller chercher de l’aide pour l’occasion chez les Chattes, de l’autre côté du Rhin. il fut finalement vaincu par les troupes demeurées fidèles au nouvel Empereur. 

L’empereur Domitien (81 – 96 après J.–C.) affronta encore les Chattes parmi d’autres peuples de Germanie intérieure (Suétone). 

La région d’origine des Chattes commença à se convertir au Christianisme au début du VIIIe siècle de notre ère, sous l’action du missionnaire Saint Boniface. Ce dernier fit abattre un chêne sacré leur appartenant en 723, près de Fritzlar. Le nom de la Hesse trouve son étymologie dans le nom des Chattes.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.