Les Wisigoths


14 min lu

Aux débuts du Moyen Age, au Vème siècle, la péninsule ibérique est le lieu d'une étonnante diversité. Diversité de peuples, bien entendu, mais également diversité d'économies et de statuts. Cette diversité est due à l'incursion de populations germaniques sur les terres ibériques. Ces incursions sont soit des raids guerriers exclusivement masculins, soit de lourds convois transportant des familles entières. On voit ainsi arriver sur le territoire ibérique (déjà peuplé par des colons romains [les Hispano-romains, constituant la majorité de la population], par des Basques et par des Juifs) plusieurs peuples germains : ¨ les Vandales en 409, qui se divisent en deux " groupes " (les Hasdings, installés dans le nord-ouest de la péninsule, et les Silings, installés dans le Sud), et qui quittent la péninsule ibérique pour passer en Afrique en 429. ¨ les Suèves, vieux peuple affaibli qui s'installe (également à partir de 409) en Galice et dans le nord du Portugal actuel, mais leur domination de ces terres prend fin en 585 avec l'arrivée en force des Wisigoths. Les Wisigoths (comme leurs cousins ostrogoths installés en Italie) se distinguent beaucoup des Germains : par leur langue (ils possèdent un alphabet), par leur provenance (bords de la Mer Noire). Ils s'en distinguent également par leur histoire : depuis leur installation en Dacie en 271, sur les rives du Danube, ils ont vécu longtemps au contact des Romains, entretenant avec eux des relations pacifiques et fructueuses. En 376, la poussée féroce des Huns les oblige à franchir le fleuve et à pénétrer dans l'Empire romain et à fuir vers l'avant, à la recherche d'un nouvel habitat. En 414, ils arrivent à Narbonne, et s'installent en Aquitaine, entre Toulouse et Bordeaux, jusqu'en 507 où ils sont vaincus à Vouillé par les Francs de Clovis, ce qui les pousse à passer au-delà des Pyrénées, en Espagne. Certes, lors de leur arrivée dans la péninsule ibérique, les Goths possèdent encore leurs caractères propres, originaux : leur organisation familiale (fondée sur le clan) est différente des structures méditerranéennes ; leur art, ornemental et à motifs géométriques ou animaliers, est aux antipodes de l'art monumental et anthropomorphique romain ; leur droit, fondé sur le principe du dédommagement aux victimes (wehrgeld) prend ses origines dans les coutumes germaniques. Mais l'assimilation des Wisigoths parmi les Hispano-romains fut aidée par leur connaissance de l'Empire romain et du latin. En outre, ils étaient relativement peu nombreux (entre 70 000 et 200 000) et dispersés dans un royaume immense pour l'époque (royaume englobant l'Espagne et la Septimanie). Ainsi, les nouveaux venus furent relativement bien intégrés. Ce qui permit l'installation rapide d'un système économique et social wisigothique précis.

LE ROYAUME DE TOULOUSE (418-507)

Une fois installé en Narbonnaise les Wisigoths prennent Toulouse comme capitale. Honorius leur demande d'aller réduire les tribus barbares installées dans la péninsule Ibérique et il leur attribue la Tarraconaise (à charge de la reconquérir). Les Wisigoths exterminent les Alains autour de 418, cantonnent les Suèves dans un réduit du nord-ouest et poussent les Vandales vers le sud de la péninsule. En 428 ceux-ci, qui sont commandés par Genséric, prennent Séville, Carthagène et les Baléares. En 429, 80000 Vandales préfèrent franchir le détroit de Gibraltar et passent en Afrique du Nord. Les Généraux Romains n'arivent pas à reprendre solidement le controle du pays et ce sont les Wisigoths qui plus tard, dans les années 460, s'installeront progressivement en maitres.

Les Wisigoths, sous la conduite de leur Roi Théodoric I, participent à la victoire d'Aétius sur les Huns d'Attila prés de Troyes en 453. L'Empire Romain s'effondre et le royaume Wisigoth devient, de fait, autonome à partir de 454, cette meme année ils anéantissent des troupes de Bagaudes, paysans insurgés, qui ravagent la vallée de l'Ebre. Le Roi Théodoric II tente de s'emparer d'Arles en 456, il échoue.

Le roi Euric (466-484) parvient à étendre ses possessions en Gaule jusqu'à la Loire (victoire à Déols en 469 sur le Patrice Aegidius) et au Rhône. Il conquiert aussi l'Auvergne et complète sa domination sur la Provence. Dans la péninsule Ibérique il contrôle d'abord la Tarraconnaise avec les villes de Ségovie, Vallaloid et Salamanque puis il étend son autorité sur toute la péninsule. L'Empereur de Constantinople, Zénon, reconnait ses conquètes en 477. Les collaborateurs du Roi Euric sont des Gallo-Romains autant que des Barbares. Il fait rédiger, avec l'aide de Juristes Romains, un Code de Lois Gothiques autour des années 475.

Les Wisigoths sont Ariens et en Gaule ils doivent faire face à l'opposition des Evêques Catholiques, le roi Euric en fait déporter plusieurs. Les Evêques font alors appel au roi Franc Clovis, qui s'est converti au Catholicisme. En 507 Clovis vainc les Wisigoths à la bataille de Vouillé (prés de Poitiers), le roi Alaric II est tué. Les Wisigoths refluent vers le sud et abandonnent Toulouse qui est pillée par les Francs. En fait ils sont sauvés de l'anéantissement par le Roi des Ostrogoths, Théodoric I, beau-père d'Alaric II. Grace à Théodoric, ils parviennent à conserver la Narbonnaise (Septimanie) en Gaule (elle est récupérée sur les Burgondes). 

Carte du royaume Wisigoth en 500 LE PROTECTORAT DES OSTROGOTHS (507-549)

La mort d'Alaric II à Vouillé déstabilise les Wisigoths. Le roi Ostrogoth Théodoric, qui règne sur l'Italie, prend le contrôle du royaume Wisigoth au nom de son petit-fils Amalaric. La Provence est rattachée au royaume Ostrogoth. Théodoric meurt en 526 et Amalaric devient roi à part entière. Il a épousé Clotilde, la fille du roi Franc Clovis, et il la maltraite. Childebert, le frère de celle-ci, intervient et écrase l'armée d'Amalaric à Narbonne en 531, celui-ci est alors assassiné et le pouvoir revient à un Ostrogoth, Theudis, qui installe sa capitale à Barcelone. Theudis doit faire face aux incursions des Francs qui veulent s'emparer de la Septimanie. Il est assassiné en 548 et remplacé par un autre Ostrogoth, Theudisèle, qui est lui-même assassiné en 549.

LE ROYAUME WISIGOTHIQUE DE TOLÈDE (549-586)

Les Aristocrates élisent un nouveau roi Wisigoth, Agila (549-555), il s'efforce en vain de soumettre à son autorité les villes de Bétique, dont Cordoue, où les grandes familles sénatoriales romaines restent solidement implantées. Agila doit faire face à la révolte d'un grand seigneur, Athanagild qui demande l'aide de l'Empire de Byzance. Après quelques années de guerre civile Agila est assassiné et Athanagild le remplace comme Roi. A partir de 552 les Byzantins s'implantent dans le sud-est de la péninsule, ils y resteront jusqu'en 624.

Au milieu du VIe siècle Tolède devient la capitale du royaume, Athanagild y tient une cour qui cherche à imiter celle de Justinien à Byzance. Il marie ses filles Brunehaut et Galswinthe aux rois Francs Sigebert I d'Austrasie et Chilpéric I de Neustrie. Athanagild est assassiné en 567.

Une nouvelle élection amène Leovigild (567-586) sur le trône Wisigoth, il épouse la veuve d'Athanagild . Il veut unifier la péninsule et consolider l'autorité royale. Il remet au pas les aristocrates locaux et poursuit la conquête de la péninsule. Il reprend Malaga et Cordoue sur les Byzantins et conquiert la Cantabrie et le Léon. Pour contrôler les Vascons il fonde la ville de Vitoria en 581.

Leovigild essaie d'établir sa dynastie, il associe au pouvoir ses deux fils Hermenegild et Reccared, il les marie à des princesses Mérovingiennes. Sous l'influence de sa femme Ingonde, Hermenegild, en 581,tente de se constituer un royaume en Bétique (sud) et se convertit au Catholicisme. Il est vaincu par Leovigild qui soumet aussi les Suèves qui étaient venus appuyer son fils. Le royaume Suève est absorbé dans le royaume Wisigoth. Seuls les Byzantins (sud-ouest) et les Vascons (nord) conservent des enclaves. Leovigild meurt en 586, c'est le fondateur de l'Hispania (Espagne) car c'est la première fois que la péninsule est pratiquement unifiée.

INSTITUTIONS ET SOCIÉTÉ

En fait, au début du VIe siècle, le royaume comprend deux sociétés juxtaposées : les Wisigoths (de l'ordre de 200000) et les Hispano-Romains (3 millions). Chaque société a ses lois spécifiques et au début le mariage mixte est interdit.

Les Wisigoths sont avant tout des guerriers, leur pouvoir est issu de leur force militaire et ils installent de nombreuses garnisons dans les principales cités du pays. La seule région où ils sont en nombre est la partie nord de la Meseta (Vieille Castille). Ils ont des institutions et des lois de type Germanique (Wergeld, personnalisation des lois) et pratiquent la religion Arienne. Le métier des armes leur est réservé et ils sont dirigés par une aristocratie qui s'installe surtout dans les grandes villes. Les plus importants deviennent Comtes, ceux-ci s'occupent des intérêts des Wisigoths mais leurs attributions vont bien au-delà, ainsi ils peuvent lever des impôts. Au niveau des provinces l'armée est placée sous les ordres d'un Duc.

Les Hispano-Romains constituent la population de base du pays qui vit selon les institutions de l'ancien Empire Romain, ils sont pour la plupart de religion Catholique. Au début les provinces (y compris la Narbonnaise) sont dirigées par un Gouverneur (Recteur) et les villes par un Curateur issus de l'aristocratie Hispano-Romaine. Puis les Ducs et Comtes Wisigoths se mettent en doublure sur les Recteurs et Curateurs Hispano-Romains. Progressivement il les remplacent complètement et contrôlent alors toute la population, à la fin du VIe siècle les institutions Romaines et Gothiques ont quasiment fusionnées.

Dans la période troublée que connaît la péninsule la population subit guerres, insécurité, épidémies et famines. La plupart des habitants deviennent pratiquement des serfs des magnats Hispano-Romains. Ceux-ci ont d'ailleurs rapidement collaborés avec les Wisigoths pour sauvegarder au mieux leurs personnes et leurs biens. L'agriculture reprend plus d'importance dans l'économie aux dépens du commerce et des activités artisanales. 

Carte du royaume Wisigoth au VIè siècle lors de l'avancée maximum des byzantins LE ROYAUME CATHOLIQUE DE TOLÈDE (586-711)

Au début de 587 le roi Reccared réunit à Tolède un concile général où lui-même, de nombreux évêques Ariens et chefs Wisigoths abjurent l'Arianisme. Le Catholicisme devient la religion officielle du royaume, la conversion du peuple wisigoth supprime le principal obstacle à leur fusion avec les Hispano-Romains. La majorité Romaine accède désormais aux responsabilités politiques et l'épiscopat s'ouvre aux Wisigoths. Les mariages mixtes sont autorisés et les Hispano-Romains peuvent s'enrôler dans l'armée. Reccared meurt en 601 et son fils Liuva II lui succède, il est assassiné en 603. Vitéric devient Roi, il tente en vain de restaurer l'Arianisme, lui aussi est assassiné en 610.

Sisebut (612-621), souverain lettré et auteur de poèmes, poursuit la lutte pour la libération des territoires occupés par Byzance, il leur reprend à nouveau Malaga. Il inaugure une politique anti-juive sans doute pour unifier la religion du royaume, les juifs sont nombreux en particulier dans les grandes villes (Merida, Tarragone). Suintila (621-631) détruit Carthagène (622) et met un terme à la présence Byzantine en 624. Déposé en 631, il peut malgré tout terminer librement sa vie à Tolède

Il est remplacé par Sisenand (631-636) qui réunit en 633 le quatrième concile de Tolède. Sous l'influence d'Isidore de Séville est adoptée la règle qui prévoit l'élection du roi par les évêques et les magnats du Palais. Les autres seigneurs et le peuple lui prêteront ensuite serment de fidélité. Elu avec la nouvelle règle, Chintila (636-639) réunit à son tour deux conciles (636 et 639) pour préciser les conditions de l'avènement royal et accroître la sécurité du souverain. Il transmet la couronne à son fils Tulga (639-642).

L'aristocratie s'impose ensuite avec Chindaswinth (642-653) qui fait exécuter et exiler sept cent nobles et décrète la peine de mort pour les opposants. Son fils Receswinth (653-672) inaugure son règne par une amnistie et se concilie les aristocrates. En 654 il promulgue le Liber Judiciorum (Livre des juges), qui abolit le principe de la personnalité des lois, la même loi s'applique à tous. Ce code est largement inspiré du droit Romain. Les rivalités entre familles aristocratiques aspirant à la royauté affaiblissent l'autorité centrale et favorisent les révoltes. En 673 le duc Paul conduit un soulèvement de la Septimanie et de la Tarraconaise. Wamba, élu et sacré en 672, organise la mobilisation générale, il appelle dans l'armée clercs et esclaves. Son successeur Ervige (680-687) poursuit une politique violemment antisémite justifiée par le concile de Tolède de 681 qui édicte vingt-huit lois pour " extirper la peste judaïque ". Son gendre Egica (687-702) prononce en 694 l'asservissement général des juifs du royaume car cette minorité refusait de renoncer à ses particularismes religieux et culturels. Il transmet la couronne à son fils Witiza (702-710) qui tente une politique de réconciliation. 

La domination wisigothique prend son essor dans la péninsule Ibérique avec le règne de Liuva (567-572), auquel s'associe son frère Leovigild à partir de 568. À la mort de Liuva Ier, en 572, Leovigild règne seul pendant quatorze ans. Portrait des rois Liuva Ier et Leovigild (de gauche à droite). Miniature du xie siècle, extraite du Semblanza de reyes, vers 1095. Bibliothèque nationale, Madrid. INSTITUTIONS ET SOCIÉTÉ AU VIIÈME SIÈCLE

La monarchie des Wisigoths est élective. Le principe électif affirmé en 633 par le quatrième concile de Tolède s'applique difficilement: seuls trois des onze rois qui se succèdent de 633 à 711 sont élus. Pour y remédier la royauté est définie comme de droit divin et matérialisée par l'onction. La pratique du sacre royal (par l'Evêque de Tolède) est attestée à partir de 672, les rois Wisigoths sont les premiers rois chrétiens à être sacrés. Le Roi est entouré par une Cour (Aula Regia) qui essaie d'imiter celle des Empereurs Romains de Ravenne et Byzance, Wisigoths et Hispano-Romains s'y rencontrent. La Cour favorise le développpement des Lettres et de la Culture.

Dans sa tâche de gouvernement, le souverain est aidé par de Comtes (Chambre Royale, Trésor Public, Patrimoine, ...) et des assemblées. Un conseil royal réunit les dignitaires laïcs et ecclésiastiques, il joue au VIIe siècle un grand rôle. Les Conciles de Tolède sont une institution régulière prévue par le concile de 633 : il s'en tient treize entre 633 et 711. Ce sont des assemblées politiques où, à côté des évêques du royaume, siègent les principaux aristocrates Wisigoths.

Le roi, qui est de droit divin, exerce une forte influence sur la vie de l'Église. Celle-ci a à sa tête un chef, le Primat de Tolède, qui a le pouvoir de confirmer les élections épiscopales et de consacrer les évêques des différents diocèses, il fait partie de l'organisation du Palais. L'Église comprend 82 diocèses répartis en six provinces. La vie monastique est importante avec la fondation de nombreuses abbayes. L'Eglise et les prélats jouent un rôle important dans la monarchie, ils influencent fortement la politique des Rois et les Conciles de Tolède.

Le royaume est divisé en six provinces ayant à leur tête des gouverneurs. Les provinces sont à leur tour subdivisées en territoires dirigés à partir de la ville principale par un comte. Chaque province a une armée commandée par un duc. Au VIIe siècle, celui-ci évince le gouverneur et s'empare du pouvoir civil.

Au VIIe siècle les populations hispano-romaines et wisigothiques sont fusionnées. La société est très hiérarchisée. La hiérarchie sociale se détermine en fonction du degré de liberté des personnes. On distingue deux catégories de libres, en haut les ecclésiastiques et les seigneurs, en bas les petits propriétaires ruraux. Une classe intermédiaire est proche de ce qu'étaient les affranchis romains, en dessous on trouve les esclaves. Toutes ces catégories sont elles-mêmes sous hiérarchisées. A tous les niveaux de la société se développent des liens de dépendance personnelle caractéristiques d'une société préféodale.

Le VIIe siècle a connu des conditions climatiques désastreuses engendrant des famines et favorisant les épidémies. Une série de calamités naturelles : grande famine entre 680 et 687, épidémies de peste récurrentes de 687 à 702, entraînent mortalité et exode rural. La population régresse. L'irrigation avec l'au est connue et utilisée dans les régions sèches. L'élevage est assez important. L'industrie minière, réputée à l'époque romaine, est en déclin. Le commerce sur la Méditerranée est contrôlé par les Byzantins, les Syriens et les Juifs. L'Hispania exporte des esclaves, des chevaux, du blé et du vin, elle importe des objets Gaulois, Byzantins et Africains. 

LA CULTURE WISIGOTHIQUE AU VIIE SIÈCLE

Les Wisigoths sont sensibles à la culture romaine et des écoles et bibliothèques favorisent leur développement culturel. Le roi Sisebut est un très bon homme de lettres. On trouve à cette époque de nombreux écrivains ecclésiastiques, le niveau de l'œuvre d'Isidore de Séville est exceptionnel, son œuvre principale, les Etymologies, est une synthèse du savoir antique dans tous les domaines. Il a écrit une Histoire des Goths, des Vandales et des Suèves indispensable pour la connaissance de l'époque des Wisigoths. Les Wisigoths apportent aussi une contribution artistique originale avec la construction d'églises à plan cruciforme, on peut encore visiter des églises Wisigothiques en Catalogne et en Vieille Castille.

DÉCLIN ET CHUTE DES WISIGOTHS (711)

En 710, les grands élisent comme Roi le duc de Bétique Rodrigue. Les partisans de Witiza, regroupés en Septimanie, reconnaissent son fils Akhila et prennent contact avec les garnisons Musulmanes du Maghreb par l'intermédiaire du comte de Ceuta, Julien.

Dans la nuit du 27 au 28 avril 711, Tariq ibn Zayd, mandaté par le gouverneur d'Afrique Musa, franchit le détroit auquel il laissera son nom (Gibraltar) et débarque en Espagne avec sept milles Berbères. Rodrigue livre bataille le 13 juillet sur le rio Guadalete, une partie de son armée le trahit et abandonne le terrain pendant la bataille. L'armée de Rodrigue est mise en déroute et lui-même est tué au cours du combat. Sans rencontrer de résistance, Tariq conquiert les villes de Bétique, puis de Tolède. L'année suivante, Musa débarque à son tour avec dix-huit mille hommes, en quatre ans l'ensemble de la péninsule est conquise : Saragosse est prise en 714, Tarragone détruite en 715, le Levant occupé en 716.

Les fils de Witiza se rallient au nouveau pouvoir. Musa épouse la veuve du roi Rodrigue, donnant ainsi l'illusion d'une certaine continuité du pouvoir. Les Juifs, maltraités par l'ancien pouvoir, accueillent favorablement les Musulmans. En quelques années le controle des Arabes s'exerce sur la quasi-totalité de l'Espagne. Seul le massif Cantabrique, isolé en bordure de l'océan Atlantique, arrête les envahisseurs, quelques années plus tard, il accueille les derniers réfugiés Wisigoths. En 722 ces Wisigoths réfugiés dans les montagnes de l'Asturie tentent de reprendre l'offensive. C'est le prélude de la Reconquête qui prendra plus de sept siècles.

CHRONOLOGIE

376 : L'armée wisigothe, dirigée par Athanaric est mise en déroute par les Huns aux abords du Dniestr. Les Wisigoths qui occupent une partie de la Dacie depuis 150 ans, demandent aux Romains sous la pression des Huns, à traverser le bas-Danube. La permission est accordée. Athanaric se réfugie dans la Caucalanda (Transylvanie) ; la majorité des Wisigoths, conduits par Fritigern, vont s'installer en territoire romain.
378 : L'empereur Valens est défait et tué par les Wisigoths à Andrinople.
380 : Athanaric et sa suite se réfugient à Constantinople.
396 : Début du règne d'Alaric Ier, roi des Wisigoths.
401 : Les Wisigoths envahissent l'Italie.
402 : Les Wisigoths sont battus par le général romain d'origine vandale Stilicon et rejettés hors d'Italie.
402 : Pour échapper à la menace des Wisigoths, la cour impériale est à nouveau déplacée de Milan à Ravenne, un site plus facile à défendre.
410 : Les Wisigoths conduits par Alaric prennent et pillent Rome durant trois jours. Décès à la fin de l'année d'Alaric près de Cosenza en Calabre, alors qu'il espérait s'embarquer pour la Sicile et atteindre l'Afrique romaine. Inhumé avec de nombreuses richesses dans le lit du Busento, qui coule à Cosenza (légende du Trésor d'Alaric).
412 Les Wisigoths et leur nouveau roi Athaulf, beau-frère d'Alaric, entrent en Gaule, ruinée par les invasions des années 407/409
416 : Les Wisigoths et leur roi Wallia continuent leur invasion en Espagne, où ils sont envoyés à la solde de Rome pour combattre d'autres Barbares.
418 : Les Wisigoths y exterminent la tribu vandale des Silings et tuent leur roi Frédébal, les Alains, battent et repoussent les " Suèves " en Galice, et les vandales Asdings. Les Wisigoths obtiennent de Rome des terres en Aquitaine et le statut officiel de fédéré.
429 : Aetius, vainqueur des Wisigoths et des Francs est nommé commandant des armées de l'empire d'Occident.
451 : Attila, roi des Huns, envahit la Gaule, mais est battu aux champs Catalauniques (près de Troyes), par les Romains, aidés entre-autres par les Francs et les Wisigoths du vieux roi Théodoric Ier, qui trouve la mort au combat.
455 : Début du règne d'Avitus, empereur romain d'Occident, porté au pouvoir par les Wisigoths (fin en 456).
456 : Le puissant roi suève Réchiaire Ier est défait et tué par les Wisigoths qui commencent à avoir la haute main sur l'Espagne.
468 : Victoire des Wisigoths sur les Suèves en Lusitanie (Portugal actuel) qui devient partie intégrante de l'"Empire wisigothique".
475 : Les Wisigoths contrôlent maintenant le Sud-Ouest de la Gaule et la plus grande partie de l'Espagne, hormis le royaume suève de Galice. L'empereur Julius Nepos accorde à Euric, grand roi des Wisigoths et fervent arien, la concession légale des terres qu'il a conquit.
476 : Euric achève la conquête du reste du Sud de la Gaule jusqu'à la frontière italienne, y implante son pouvoir et son autorité sur la péninsule ibérique est officiel après la déposition du dernier empereur d'Occident, Romulus Augustule par le chef barbare Odoacre.
506 : L'église des Wisigoths tient un synode et leur roi Alaric II tente un rapprochement tardif avec les catholiques. Alaric II promulgue un code de lois pour ses sujets Gallo-romains, le Bréviaire d'Alaric, inspiré du Code de Théodose.
507 : Allié à Gondebaud, le roi des Burgondes, le roi franc Clovis Ier défait les Wisigoths à Vouillé et tue Alaric II. Les Wisigoths sont repoussés vers l'Espagne.
508 : Intervention en Gaule des troupes ostrogothiques envoyées par le roi Théodoric Ier qui repoussent les armées burgondes et franques assiégeant la cité d'Arles et sauvent les Wisigoths de l'extermination. Le roi Geisalic, élu par l'armée après la défaite de Vouillé, est chassé sur ordre de Théodoric qui installe son petit-fils Amalaric.
525 : Théodoric le Grand emprisonne le pape après son échec comme médiateur entre les Wisigoths et Byzance.
541 : Les Francs attaquent le royaume des Wisigoths au Nord de l'Espagne mais sont repoussés à Saragosse.
554 : Début du règne d'Athanagild Ier (fin en 567), appuyé par Byzance contre son prédécesseur Agila Ier.
585 : Le grand roi Léovigild achève la conquête du royaume des " Suèves " au Nord-Ouest de l'Espagne et rèussit en partie l'union de la péninsule ibérique (considéré en Espagne comme le premier " Unificador National ").
586 : Décès de Léovigild, dernier roi officiel arien des Wisigoths, et début du règne de son second fils Récarède Ier (fin en décembre 601).
587 : Récarède Ier annonce sa conversion au catholicisme.
589 : Récarède Ier impose le catholicisme à ses sujets au concile de Tolède et met ainsi fin officiellemnt à l'arianisme qui n'est plus toléré dans le royaume wisigothique.
612 : Début du règne de Sisebuth (fin en 621). 1ère loi religieuse contre l'arianisme persistant.
654 : Le roi Recceswinth promulgue un code inspiré du droit romain instituant une totale parité entre ses sujets (Lex wisigothorum).
672 : Décès de Recceswinth, élection de Wamba, dernier grand roi wisigoth.
681 : Le comte Flavius Ervigius (Ervige), supplante Wamba et prend le pouvoir.
687 : Début du règne du roi Égica.
694 : Grandes persécutions contre les Juifs du Sud de la péninsule, jugés complices des musulmans d'Afrique du Nord.
709 : Déposition du roi Wittiza par Rodéric. Guerre civile. 

ROIS WISIGOTHS

 ROIS ARIENS DE TOLEDE 
 
 REGNE 
 
 ROIS CATHOLIQUES DE TOLEDE 
 
 REGNE 
 
Gesaleic507-510Reccared586-601
Amalaric510-531Liuva II601-603
Theudis531-548Viteric603-610
Theudisele548-549Gundemare610-612
Agila549-555Sisebut612-621
Atanagild555-567Reccared II621
Léovigild567-586Suintila621-631
  Sisenande631-636
  Chintila636-639
  Tulga639-642
  Chindaswinth642-653
  Receswinth649-672
  Wamba672-680
  Ervigio680-687
  Egica687-700
  Egica et Vitiza700-702
  Vitiza702-710
  Rodrigo710-711


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.