L' Angleterre médiévale


4 min lu

Les Bretons avaient profité de l'affaiblissement de l'empire romain pour reconquérir leur indépendance, sous Honorius, en 411. Mais, partagés en divers petits États, gouvernés par des princes particuliers, ils étaient incapables de résister aux attaques des Écossais et des Pictes. Les côtes de la Bretagne commençaient alors à être visitées par des pirates redoutables, les Jutes, les Angles et les Saxons.

Anglo-saxons, Danois et Normands. 

Un certain Vortigern, l'un des princes bretons, appela à son secours, en 449, Hengist et Horsa, deux chefs de ces pirates. Ces auxiliaires se changèrent bientôt en ennemis; Vortigern fut plusieurs fois vaincu, et Hengist, mort en 480, conquit et fonda le royaume Kent. Les conquérants de ce royaume étaient Jutes; ceux qui fondèrent les royaume de Sussex, de Wessex et d'Essex étaient Saxons, et les Angles, desquels la partie de la Bretagne appelée Angleterre tire son nom, établirent les royaumes Est-Anglie (East Anglia), de Mercie, de Bernicie et de Deirie. La réunion fréquente de ces deux derniers royaumes sous un même chef fait qu'on ne compte généralement que 7 royaumes anglo-saxons, sous le nom d'Heptarchie.

L'autorité d'un des rois anglo-saxons, que les historiens désignent sous le titre de bretwalda, prévalait sur celle des autres. Ce titre est donné par Bède à 7 princes : 

  • 1° Aella, fondateur du royaume de Sussex;
  • 2° Ceawlin, mort en 593; 
  • 3° Ethelbert, roi de Kent, converti par saint Augustin au christianismeavec la plupart de ses sujets dont il fut le législateur et mort en 616; 
  • 4° Redwald, roi d'Est-Anglie;
  • 5° Edwin, roi de Bernicie et de Deirie, réunies sous le nom de Northumbrie, qui se fit baptiser en 627 et fut tué en 633 en combattant les Merciens;
  •  6° saint Oswald, roi de Northumbrie, très zélé pour la propagation du christianisme, tué aussi en combattant les Merciens, en 643.
  • 7° Oswio, roi de la Northumbrie, mort en 670. 


Les descendants de Cerdic, fondateur du royaume de Wessex, mort en 534, triomphèrent, après une lutte de trois siècles, de tous leurs adversaires, et acquirent, de 819 à 827, dans la personne d'Egbert la suprématie sur tous les États anglo-saxons. Egbert s'était formé dans l'art de la guerre à l'école de Charlemagne; auprès duquel il s'était réfugié pendant trois ans. Ses successeurs furent Ethelwulf, 837, Ethelbald, 857, Ethelbert, 860, Ethelred I, 866, Alfred le Grand, 871 ou 872, Edouard (Edward) Ier, 900, et Athelstan, 924. Ce dernier remporta, en 938, sur les Danois, les Norvégiens (La Scandinavie au Moyen Âge), les Irlandais, les Écossais et les Bretons, la célèbre victoire de Brunanburgh, et, réunissant sous son sceptre toutes les contrées conquises par les Anglo-Saxons, fut ainsi le fondateur du royaume d'Angleterre. Il eut pour successeur son frère Edmond Ier, qui consolida par ses succès sur les Danois le trône du nouveau royaume. A Edmond, assassiné en 946, succéda son frère Edred, qui acheva de soumettre la Northumbrie. 

Le royaume passa ensuite à Edwy, fils d'Edmond Ier, qui s'aliéna une partie de ses sujets par son gouvernement tyrannique, par la dissolution de ses moeurs et par son attachement à une concubine, nommée Ethelgive. Il avait été dépouillé du royaume de Mercie lorsqu'il mourut en 959. Il fut remplacé par son frère Edgard, qui profita d'un règne paisible pour aider saint Dunstan, archevêque de Canterbury, à réformer l'Église d'Angleterre. Ethelred Il, frère utérin et cadet de saint Édouard le Martyr, dut le trône sur lequel il monta, en 978, au meurtre de ce prince, ordonné par sa mère. Sous son règne, les Danois, qui, à l'exemple et au détriment des Anglo-Saxons, avaient commencé à envahir la Bretagne dès l'an 833, étendirent leurs dévastations sur tout le royaume. Après avoir acheté plusieurs fois la paix à prix d'argent, Ethelred fit massacrer, en 1002, tous les Danois établis dans ses États. 

Suénon (Sven I), roi de Danemark, vengea en 1013 le sang répandu de ses compatriotes par la conquête de l'Angleterre. Ethelred, qui s'était enfui, put cependant rentrer à Londres, où il mourut en 1016. Son fils, le courageux Edmond II, surnommé Côte-de-Fer, lutta vainement contre les Danois, et mourut assassiné en 1017. Canut (Knut II) le Grand, roi de Danemark et fils de Suénon (Sven I), fut élu roi par les Anglais. A sa mort, en 1035 ou 1036, Harold Ier, son fils naturel, s'empara du trône. Il eut pour successeur, en 1040, Hardi Canut (Knut II), fils légitime de Canut le Grand, qui mourut en 1042, et fut le dernier roi danois de l'Angleterre.  

Avec saint Édouard III le Confesseur, qui régna de 1042 à 1066, finit la dynastie saxonne de Cerdic. Harold II, fils du puissant comte Godwin, se fit reconnaître roi par l'assemblée des thanes ( = chefs ou seigneurs), à la mort de saint Edouard le Confesseur, mari de sa soeur, au détriment de l'etheling Edgar, dernier descendant mâle de la dynastie de Cerdic. Mais Guillaume, duc de Normandie, prétendit que saint Edouard l'avait désigné pour son successeur, et par le succès de la bataille d'Hastings, où Harold fut tué, conquit, en 1066, la couronne d'Angleterre. 

Il dépouilla de leurs domaines et de leurs emplois les Anglo-Saxons vaincus au profit des Normands vainqueurs; et donna le système féodal pour base au puissant État qu'il fonda. La ligne dite Normande fondée par Guillaume le Conquérant donna deux autres souverains à l'Angleterre : Guillaume Il  et Henri Ier. On lui rattache par Étienne de Blois (1135), fils d'Adèle, soeur d'Henri, qui fut remplacé sur le trône, en 1154, par Henri Il' Plantagenêt, qui lui était le petit-fils de Henri Ier par sa mère Mathilde (épouse en seconde noces de Geoffroy, comte d'Anjou).  


Les Plantagenêt. 

Pendant les 330 ans que la famille Plantagenêt conserva le trône, les princes suivants se succédèrent : Henri Il (1154), déjà nommé; Richard Ier Coeur de Lion (1189), dont le frère Jean sans Terre, devenu roi en 1199, perdit ses possessions continentales (Normandie, Bretagne et Anjou) et provoqua, par sa tyrannie, une révolte des barons anglais qui le forcèrent à leur accorder la Grande Charte (15 juin 1215). Son fils, Henri III, qui lui succéda en 1216, eut un règne long et orageux; sous la conduite de Simon de Montfort, comte de Leicester, les barons anglais se révoltèrent, battirent le souverain à Lewes et le firent prisonnier (1264); mais deux ans plus tard, Montfort fut vaincu à son tour et la puissance royale se releva. Edouard Ier, fils et successeur (1272) du précédent. conquit le pays de Galles qu'il annexa à l'Angleterre. A partir de ce moment, l'héritier de la couronne reçut le titre de prince de Galles.  

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.