Le siège de Constantinople de 1204


3 min lu

Le 9 avril 1204, l'armée d'Alexis V oppose une forte résistance, qui décourage les Croisés.

Les Grecs jettent d'énormes projectiles sur les engins de siège de l'ennemi, détruisant nombre d'entre eux. Les mauvaises conditions météorologiques ont gêné les assaillants. Le vent soufflait de la rive et empêchait la plupart des navires de se rapprocher des murs pour lancer une attaque. Seules cinq tours grecques sont prises et aucune d'entre elles ne peut être protégée ; en milieu d'après-midi, il est évident que l'attaque a échoué.

Les membres du clergé latin discutent de la situation entre eux et sur le message qu'ils souhaitent adresser à l'armée démoralisée. Ils doivent convaincre les hommes que les événements du 9 avril ne sont pas le jugement de Dieu pour le péché commis : la campagne qu'ils ont menée était juste et, avec la foi, elle devrait réussir. Le concept de Dieu testant la détermination des Croisés par des reculs temporaires est un moyen familier pour le clergé d'expliquer l'échec au cours d'une campagne.

Le message du clergé latin est conçu pour rassurer et encourager les Croisés. Leur argument selon lequel l'attaque de Constantinople est d'ordre spirituel s'appuie sur deux thèmes. Tout d'abord, les Grecs sont des traîtres et des assassins, car ils ont tué leur seigneur, Alexis IV. Le langage ecclésiastique incendiaire utilisé affirme que « les Grecs sont pires que les Juifs », et ils invoquent l'autorité de Dieu et du pape à prendre des mesures.

Bien que le pape Innocent III ait condamné l'attaque, la lettre du pape est dissimulée par le clergé latin. Les Croisés préparent leur propre attaque pendant que les Vénitiens attaquent à partir de la mer. L'armée d'Alexis V reste dans la ville pour résister à l'attaque avec, pour assurer la garde impériale, les Varègues.

Le 12 avril 1204, les conditions météorologiques sont enfin favorables aux Croisés. Un fort vent du nord aide les navires vénitiens à se rapprocher des parois des remparts. Après une courte bataille, environ soixante-dix croisés réussissent à pénétrer dans la ville. Des brèches sont ménagées dans les remparts, permettant le passage de plusieurs chevaliers à la fois. Les Vénitiens réussissent, depuis la mer, à prendre d'assaut les murs au terme de combats extrêmement sanglants avec les Varègues. Les Croisés s'emparent du secteur des Blachernes dans le nord-ouest de la ville et s'en servent de base pour attaquer le reste de la ville. Alexis V s'enfuit pendant la nuit.


Saccage de la cité

Au cours de la nuit, des croisés allument, pour se protéger, un mur de feu qui incendie plus encore la ville. En dépit de leur serment et d'une menace d'excommunication, les Croisés infligent à Constantinople un horrible et sauvage pillage pendant trois jours au cours desquels de nombreuses œuvres grecques et romaines anciennes et médiévales sont détruites ou volées, les sanctuaires et les palais étant pillés.

Il a été dit que le montant total pillé à Constantinople était d'à peu près 900 000 marcs d'argent. Les Vénitiens ont reçu 150 000 marcs qui leur étaient dus, alors que les Croisés ont reçu 50 000 marcs. 100 000 autres marcs d'argent ont été répartis entre les Croisés et les Vénitiens. Le reste des 500 000 marcs d'argent a été secrètement gardé par de nombreux chevaliers. Les résidents latins de Constantinople, quant à eux, ont ainsi pris leur revanche sur le massacre des Latins de 1182.


Suites

Selon un traité préarrangé, l'empire est réparti entre Venise et les dirigeants de la croisade. L'Empire latin de Constantinople est créé. Boniface de Montferrat n'est pas élu comme nouvel empereur, bien que les citoyens aient semblé le considérer comme tel. Les Vénitiens ont pensé qu'il avait trop de liens avec l'ancien empire à cause de son frère, Rénier de Montferrat, qui avait été marié à Marie Comnène, impératrice dans les années 1170 et 1180. Ils ont plutôt mis Baudouin de Flandre sur le trône. Ce dernier est couronné empereur dans la cathédrale Sainte-Sophie sous le titre de Baudouin Ier de Constantinople8. Boniface part fonder le royaume de Thessalonique, un État vassal de l'Empire latin qui vient d'être créé. Les Vénitiens fondent aussi en mer Égée le duché de Naxos. Pendant ce temps, les byzantins réfugiés fondent leurs propres États successeurs de l'Empire romain d'Orient, les plus notables étant l'Empire de Nicée sous Théodore Lascaris (parent d'Alexis III), l'Empire de Trébizonde et le Despotat d'Épire.


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.