Batailles des îles Lipari et de Mylae -260


2 min lu

Bataille des îles Lipari

La bataille des îles Lipari de 260 av. J.-C. fut la première rencontre entre les flottes de Carthage et celles de la République romaine durant la première guerre punique, près des îles Lipari au nord de la Sicile. La victoire carthaginoise résulte davantage d'une embuscade que d'une véritable bataille.

Après les succès terrestres en Sicile comme lors de la bataille d'Agrigente, et les harcèlements des navires carthaginois sur les côtes italiennes, les Romains décident de construire et d'équiper une flotte de 100 quinquérèmes et 20 trirèmes.

Le consul de l'année 260 av. J.-C., Cnaeus Cornelius Scipion obtient le commandement des 17 premiers navires construits et arrive à Messine afin de préparer l'arrivée du reste de la flotte et la traversée du détroit le séparant de la Sicile.

Pendant que Scipion était sur le détroit, il reçut l'information selon laquelle la garnison de Lipara souhaitait passer dans le camp romain. Le consul navigua jusqu'à Lipara et entra dans le port avec ses navires. Hannibal Gisco qui commandait la flotte punique à Palerme envoya Boodes avec 20 navires dès qu'il en fut informé, afin de bloquer les Romains à l'intérieur du port. Scipion et ses hommes ne résistèrent pas. Les équipages s'enfuirent à l'intérieur de l'île, tandis que le consul lui-même devait se rendre. L’historien romain Florus estime que Scipion s'était fait attirer et piéger à Lipari par une ruse conçue par les Carthaginois.

Conséquences

L'incident ne mit pas fin à la première guerre punique, Scipion Asina fut libéré puisqu'il fut consul une seconde fois, mais les sources n'indiquent ni quand ni sous quelles conditions. Peu après, le consul Gaius Duilius à la tête du reste de la flotte vengea l'humiliation par la victoire de Mylae.

Il est de tradition de considérer que la première bataille navale remportée par Rome est celle de Mylae, livrée en -260, pendant la première guerre punique. Il apparait pourtant, à la lecture de l'Histoire de Polybe, que la bataille de Mylae (Milazzo) a été précédée quelques jours plus tôt par un affrontement, que l'historien grec localise, sans autre précision, à la pointe d'Italie, et lors duquel une flotte carthaginoise est mise en déroute.

Aux termes du récit de Polybe (1-21), l'amiral punique Hannibal Gisco, dont les forces navales ont anéanti une première expédition romaine à Lipari en Sicile, apprend qu'une nouvelle flotte ennemie cingle vers l'île. Désireux de reconnaître la puissance et les intentions de l'escadre adverse, il se porte à sa rencontre avec cinquante galères. Surpris au cap d'Italie, la plupart de ses bâtiments sont coulés ou capturés et lui-même ne s'échappe qu'à grand'peine, avec les débris de sa flotte.

Polybe ne fournit aucun détail sur la composition de la flotte romaine, non plus que sur ses chefs ou la tactique employée. Il paraît cependant vraisemblable sur ce dernier point que la flotte romaine ne disposait pas ou n'a pas utilisé le corbeau, le pont agrippant avec lequel les navires romains s'arrimèrent aux galères carthaginoises à Mylae, car Polybe n'en fait pas mention.


Bataille de Mylae

La bataille de Mylae est le deuxième affrontement naval opposant Romains et Carthaginois pendant la première guerre punique. Elle se déroule en août 260 av. J.-C. au large de Mylae, sur la côte nord de la Sicile. C'est la première grande victoire obtenue sur mer par Rome, alors que jusque-là elle passait pour n'être qu'une puissance terrestre, contrairement à Carthage. La bataille n'est pas décisive, mais elle donne confiance aux Romains quant à leurs capacités navales et leur permet de progresser vers la Sardaigne.

Environ 130 bateaux carthaginois rencontrèrent la première grande flotte construite par les Romains sur le modèle d'un navire ennemi capturé commandée par le consul Caius Duilius Nepos composé d'un nombre approximativement semblable de navires.

Comme les Romains se sentaient peu assurés de la maniabilité des navires et encore moins de la technique des marins, Caius Duilius inventa une machine de guerre, le corbeau, sorte de passerelle munie de crocs qu'on abattait sur le navire adverse pour en entreprendre à moindres risques l'abordage. Ils transformaient ainsi le combat naval en une série de batailles d'infanterie où ils étaient passés maître.

Les Carthaginois perdirent 45 bateaux dont 30 capturés et furent vaincus. Ce fut la première victoire navale de Rome. Afin de célébrer cette bataille Caius Duilius Nepos fit édifier des colonnes rostrales sur le Forum.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.