Guerres romano-volsques (-389 /- 341)


12 min lu

La migration des Volsques et des Èques au cours du ve siècle av. J.-C. vers le sud du Latium provoque des conflits avec les habitants de cette région, les Latins et Rome, la cité-État dominante de la région. À la fin du ve siècle av. J.-C., les Volsques sont de plus sur la défensive. Ils sont soumis par Rome tout au long du ive siècle av. J.-C. et définitivement incorporés dans la République romaine à la fin des guerres samnites.


À partir de la fin du vie siècle av. J.-C. et pendant le ve siècle av. J.-C., les Volsques et les Èques, deux peuples liés, envahissent le Latium lors de la migration plus générale des peuples sabelliens qui quittent les Apennins pour s'installer dans les plaines d'Italie.

Plusieurs communautés latines périphériques semblent submergées et, en partie en réponse à cette agression des peuples sabelliens, les Latins se lient par le fœdus Cassianum, vers 493 av. J.-C. selon la tradition antique. Il s'agit d'une alliance militaire conclue entre la Ligue Latine et Rome. Quelques années plus tard, en 486 av. J.-C. selon la tradition antique, les Herniques, pris en étau entre les Volsques et les Èques, ratifient un traité similaire avec Rome et les Latins.

Les sources antiques montrent Rome et les Latins lutter contre les Volsques ou les Èques presque chaque année pendant toute la première moitié du ve siècle av. J.-C. Ce conflit presque permanent est plutôt dominé par des raids, des pillages et des escarmouches plutôt que par les batailles décrites par les auteurs antiques.

Au cours de la deuxième moitié du ve siècle av. J.-C., les Romains et les Latins semblent avoir endigué le flot volsque et èque. Les sources notent la fondation de plusieurs colonies romano-latines à cette époque et les mentions de guerres contre les Èques et les Volsques deviennent moins fréquentes.


Les guerres romano-volsques de 389 à 367

En 390 selon la chronologie traditionnelle romaine, un raid gaulois, mené par le chef sénon Brennus, vainc l'armée romaine à la bataille de l'Allia puis met à sac Rome.

La République romaine détient un territoire autour de Rome ainsi que les terres de Véies Des tribus romaines y sont créées en 389 av. J.-C. selon Tite-Live. La Ligue latine s'étend au sud de Rome et les Herniques sont installés dans la vallée du Tolerum. Des colonies romano-latines ont été déduites à Velitrae et à Circeii, où la population comprend aussi de nombreux natifs volsques.

Le territoire des Volsques, dont la capitale est Antium au bord de la mer Tyrrhénienne, s'étend des marais pontins au sud des villes latines jusqu'à la haute et moyenne vallée du Liris à l'est.


La bataille au lieu-dit « près de Maecium » en 389

Tite-Live, Plutarque et Diodore de Sicile fournissent des récits à peu près semblables pour la campagne romaine de 389 contre les Volsques, les écrits de Plutarque étant les plus détaillés.

Selon ce dernier et Diodore de Sicile, les tribuns militaires à pouvoir consulaire partent en campagne et construisent un camp près du mont Marcius, mais ce camp est attaqué et assiégé par les Volsquesa. Pour faire face aux nombreux ennemis de Rome, les consuls nomment Marcus Furius Camillus dictateura.

Selon Plutarque, Camille lève une nouvelle armée, qui comprend notamment des hommes étant normalement considérés comme trop âgés pour le service militaire. Il échappe avec son armée à la vigilance des Volsques, contourne le mont Marcius et prend à revers l'armée volsque tout en faisant connaître sa présence par des feux aux Romains assiégés. Ces derniers préparent une sortie et les Volsques, plutôt que d'être attaqués sur deux côtés, se retranchent dans leur propre camp et se barricadent. Sachant qu'un fort vent souffle vers le bas de la montagne au lever du soleil, Camille ordonne à une partie de ses forces d'attaquer à l'opposé pour faire diversion. Il met le feu au camp volsque qui, aidé par le vent, se propage. La plupart des Volsques périt, soit dans l'incendie, soit dans une contre-attaque désespérée.

Selon Diodore de Sicile, Camille marche de nuit avec son armée et prend les Volsques à revers à l'aube lorsqu'ils attaquent le camp des tribuns consulaires. Pris en étau, les Volsques sont vaincus.

Selon Tite-Live, qui ne mentionne par les difficultés initiales des tribuns consulaires, la nouvelle de la nomination de Camille comme dictateur pour lutter contre les Volsques leur suffit pour qu'ils se barricadent dans leur camp au lieu-dit « près de Maecium», à proximité de Lanuvium. Camille fait mettre le feu aux barricades, jetant l'armée des Volsques dans une telle confusion que lorsque les Romains prennent d'assaut le camp, ils n'ont aucune difficulté à les mettre en déroutea.

Camille ravage ensuite le territoire des Volsques jusqu'à ce qu'ils se rendent.

Les sources antiques racontent ensuite comment Camille remporte de grandes victoires, d'abord contre les Èques puis contre les Étrusques à Sutrium. Tite-Live fournit également une description de la quantité du butin amassé. Après avoir remporté trois guerres simultanées, Camille revient à Rome en triomphe. Les nombreux prisonniers capturés dans la guerre contre les Étrusques sont publiquement vendus, puis une partie de l'or est cédée à des matrones romaines en compensation de leurs contributions pour réunir la rançon gauloise lors du sac de Rome. Il reste assez d'or pour remplir trois coupes où est inscrit le nom de Camille et qui sont placées dans le temple de Jupiter Optimus Maximus aux pieds de la statue de Junon


Visées romaines sur les marais Pontins en 388-385

Jusqu'au développement de Latina dans les temps modernes, le sud-est du Latium est recouvert par les marais Pontins. Entre ces marais et les monts Lepini, il y a une zone de terres sèches, l’ager Pomptinus. La région pontine est le théâtre de la plupart des combats opposant les Romains et les Volsques pendant les décennies 380 et 370.

En 387, Lucius Sicinius, tribun lui aussi, soulève à nouveau la question du territoire pontin. Cependant, lorsque les nouvelles annonçant que l'Étrurie est en armes parviennent à Rome, le sujet est oublié. Les Antiates envahissent la région pontine l'année suivante et il est signalé à Rome que des cités latines ont envoyé des soldats pour les aider. Les Romains élisent Camille parmi les six tribuns consulaires en prévision d'une guerre contre les Étrusques. Il prend en main les affaires de l'État comme s'il était dictateur, choisit l'un des autres tribuns, Publius Valerius Potitus Publicola, comme collègue dans la guerre contre les Volsques et donnent comme tâche aux quatre autres tribuns de défendre et de gouverner la ville.

Camille et Valerius rencontrent les Antiates à Satricum. En plus des Volsques, les Antiates ont avec eux un grand nombre de Latins et d'Herniques. Au début, les Romains sont intimidés par la taille et la composition de l'armée antiate, mais après un discours enflammé de Camille, les soldats romains chargent l'ennemi. Les Volsques sont mis en déroute et un grand nombre est abattu lors de leur fuite jusqu'à ce qu'un orage mette fin aux combats. Les Latins et les Herniques abandonnent alors les Volsques qui trouvent refuge dans Satricum. Camille commence un siège en règle de la cité, mais comme des sorties volsques perturbent la construction de ses travaux de siège, il change de tactique et prend la ville d'assaut. Laissant à Valerius le commandement de l'armée, Camille revient à Rome pour exhorter le Sénat à poursuivre la guerre et à attaquer Antium, la capitale des Volsques. Cependant, des nouvelles arrivent rapportant que les Étrusques attaquent les bastions de la frontière tels que Nepete et Sutrium. Il est finalement décidé que Camille et Valerius prennent le commandement d'une nouvelle armée levée à Rome pour combattre les Étrusques.

En 385, Aulus Cornelius Cossus est nommé dictateur avec Titus Quinctius Capitolinus comme maître de cavalerie, sous prétexte de faire face à la guerre contre les Volsques et à la défection des Latins et des Herniques, mais la vraie raison sont les troubles intérieurs provoqués par Marcus Manlius Capitolinus. Le dictateur marche avec son armée sur le territoire pontin après avoir appris qu'il est envahi par les Volsques.

Bataille entre les Romains et les Volsques par John Harris Valda

L'armée volsque est complétée par des contingents latins et herniques ainsi que par des éléments venant des colonies romano-latines de Circeii et de Velitrae. Cornelius ordonne à son armée de tenir la charge ennemie. Les Romains tiennent fermement leur position et lorsque la cavalerie menée par Quinctius prend à revers l'armée volsque, la panique s'empare des ennemis. Les Volsques prennent la fuite et leur camp est capturé. Cornelius reverse tout le butin, sauf les prisonniers, à ses soldats. De retour à Rome, Cornelius Cossus célèbre son triomphe sur les Volsques. Satricum est colonisée avec 2 000 citoyens romains, chacun recevant deux arpents et demi de terre.


Les Volsques unissent leurs forces aux Latins (383-381)

Tite-Live rapporte qu'en 383, Lanuvium, une cité latine jusque-là restée fidèle à Rome, se révolte et rejoint les Volsques et les colonies de Circeii et de Velitrae dans leur guerre contre Rome. Cette dernière nomme des commissaires pour partager le territoire pontin et déduire une colonie à Nepete. Cependant, cette année-là, la peste sévit à Rome et aucune campagne militaire n'est lancée. Parmi les colons révoltés, certains sont favorables à un rapprochement avec Rome, mais la majorité s'y oppose et un raid lancé en territoire romain met fin à toute discussion de paix.

En 382, les tribuns consulaires Lucius Papirius Mugillanus et Spurius Papirius Crassus marchent contre Velitrae, laissant leurs quatre collègues assurer la défense de Rome. Les Romains vainquent l'armée de Velitrae qui apparaît comprendre de nombreux auxiliaires de Préneste. Les tribuns s'abstiennent de prendre d'assaut la colonie, doutant du succès de l'entreprise et ne voulant pas détruire la ville. À la suite du rapport des tribuns au sujet des auxiliaires, Rome déclare la guerre à Préneste. Selon Velleius Paterculus, cette année, les Romains fondent une colonie à Setia.

Tite-Live et Plutarque fournissent des récits parallèles pour 381. Cette année, les Volsques et les Prénestins unissent leurs forces et, selon Tite-Live, prennent d'assaut avec succès la colonie romaine de Satricum. En réponse, les Romains élisent Marcus Furius Camillus comme tribun consulaire pour la sixième fois. Camille se voit confier la guerre contre les Volsques par un décret sénatorial spécial. Son collègue Lucius Furius Medullinus Fussus est choisi par tirage au sort pour le seconder dans cette entreprise. 

Selon Tite-Live, les tribuns marchent sur Satricum avec une armée de quatre légions de 4 000 hommes chacune. À Satricum, ils rencontrent une armée considérablement supérieure et prête au combat. Camille refuse toutefois d'engager le combat avec l'ennemi, cherchant plutôt à prolonger la guerre. Cela exaspère son collègue qui affirme que Camille est trop vieux et trop lent et il convainc l'armée de le suivre. Alors que son collègue se prépare pour la bataille, Camille forme une forte réserve et attend l'issue des combats. Les Volsques commencent à se retirer peu après le début de la bataille et, comme ils l'ont prévu, les Romains sont entraînés à leur poursuite vers le camp volsque, placé sur une hauteur. Plusieurs cohortes volsques placées en réserve rejoignent la bataille et les Romains, en contrebas dans un combat acharné contre des forces supérieures, commencent à fuir. Camille intervient avec sa réserve pour soutenir l'armée romaine et ramener les fuyards au combat. Alors que l'infanterie semble hésiter, Furius Medullinus fait mettre à terre les cavaliers et attaque les Volsques à pied. Ces derniers sont finalement vaincus et s'enfuient, laissant le camp aux Romains victorieux. Un grand nombre de Volsques a été tué et la plupart des survivants sont faits prisonniers.

Camille apprend ensuite que Sutrium au nord est tombée aux mains des Étrusques et que les colons romains ont été massacrés. Il envoie le gros de ses troupes à Rome, tandis que lui et quelques contingents tombent sur les Étrusques et les chassent de Sutrium. Rome annexe ensuite la ville latine de Tusculum.


Défaite d'Antium et de Satricum 380-377

En 379, les Romains assignent le commandement de la guerre contre les Volsques aux tribuns consulaires Caius et Publius Manlius Capitolinus en raison de leur haute naissance et de leur popularité, mais cela s'avère être une erreur. Les commandants romains envoient leurs fourrageurs sans les faire précéder d'éclaireurs et les deux frères sont ensuite piégés dans une embuscade alors qu'ils tentent de venir au secours d'un groupe de fourrageurs soi-disant encerclés. Les Volsques attaquent aussi le camp romain. À Rome, il est d'abord décidé de nommer un dictateur, mais quand les Romains réalisent que les Volsques n'ont pas l'intention d'exploiter leur victoire, ils décident de rappeler leur armée du territoire volsque. De nouveaux colons sont également envoyés pour renforcer Setia.

L'année suivante, en 378, les Volsques ravagent le territoire romain de toute part. À Rome, les tribuns de la plèbe obstruent d'abord l'enrôlement des troupes jusqu'à ce que les patriciens acceptent qu'aucun tribut de guerre ne soit payé jusqu'à ce que la guerre soit terminée et qu'aucune accusation contre les débiteurs ne donne suite. Les Romains divisent leurs forces en deux armées. L'une est commandée par les tribuns consulaires Spurius Furius Medullinus et Marcus Horatius Pulvillus et marche sur Antium et la zone côtière. L'autre est placée sous le commandement de Quintus Servilius Fidenas et Lucius Geganius Macerinus et se dirige vers Ecetra et les montagnes. Les Romains commencent par ravager la campagne volsque, espérant contraindre l'ennemi à la bataille. Après avoir détruit plusieurs villages éloignés et une bonne partie de la récolte, les deux armées retournent à Rome avec leur butin.

Selon Tite-Live, en 377, les Volsques et les Latins unissent leurs forces à Satricum. L'armée romaine commandée par les tribuns Publius Valerius Potitus Publicola, le même que celui qui avait commandé avec Camille contre les Volsques en 386, et Lucius Aemilius Mamercinus, marche contre eux. La bataille qui s'ensuit est interrompue le premier jour par un orage. Le deuxième jour, les Latins résistent aux Romains pendant un certain temps, étant familiers de la tactique romaine, mais une charge de cavalerie perturbe leurs rangs et, suivie d'une nouvelle attaque de l’infanterie, ils sont mis en déroute. Les Volsques et les Latins reculent d'abord jusqu'à Satricum puis à Antium. Les Romains les poursuivent, mais ne peuvent assiéger Antium faute d'équipement de siège. Après un débat houleux pour décider s'il est nécessaire ou non de continuer la guerre contre Rome, les forces latines partent et les Antiates capitulent et abandonnent leur ville aux Romains. Dans leur fureur, les Latins mettent le feu à Satricum et la cité entière brûle à l'exception du temple de Mater Matuta, une voix venant du temple menaçant d'un châtiment terrible si le feu ne se tient pas à l'écart du sanctuaire sacré.


Les guerres romano-volsques de 358 à 341

En 358, Rome forme deux nouvelles tribus, les Pomptina et Publilia. Il est clair que la Pomptina est établie dans la région pontine où Rome, après les guerres victorieuses des décennies précédentes, doit désormais avoir une prise ferme. L'emplacement de la Publilia est moins sûr, les historiens modernes la localisent parfois sur les terres prises aux Herniques après la guerre romano-hernique, mais il est aussi possible qu'elle soit également située dans les marais pontins.


Première guerre avec Privernum (358-357)

Les Romains confient le commandement de la guerre contre Privernum à un des consuls de 357, Caius Marcius Rutilus. Le territoire de Privernum a longtemps été en paix et l'armée de Marcius amasse une énorme quantité de butin. Le consul laisse la totalité du butin à ses soldats et ne garde rien pour l'État. Les Privernates ont construit un camp retranché devant leurs murs. Les Romains le prennent d'assaut et s'apprêtent à attaquer la ville lorsque les Privernates se rendent. Les Fasti triumphales rapportent que Marcius Rutilus célèbre un triomphe contre les Privernates le 1er juin 357.


Défaite d'Antium, de Satricum et de Sora (346-345)

Puis, en 346, des nouvelles parviennent à Rome que des émissaires d'Antium tentent de convaincre les Latins d'attaquer Rome. Le consul Marcus Valerius Corvus marche sur Satricum avec son armée et engagent les Antiates et d'autres troupes volsques dans la bataille. Les Volsques se réfugient dans Satricum mais se rendent au moment où les Romains s'apprêtent à lancer leur assaut. 4 000 hommes et de nombreux non combattants sont faits prisonniers. Satricum est mise à sac et incendiée, seul le temple de Mater Matuta est épargné. Les prisonniers apparaissent au triomphe du consul puis sont vendus, apportant une grosse somme au trésor public. Selon certaines sources de Tite-Live, ces prisonniers sont des esclaves capturés à Rome, mais il trouve plus plausible qu'ils soient des prisonniers de guerrea 42. Les Fasti triumphales notent un triomphe célébré par Valerius Corvus sur les Antiates et les Satricans le 1er février 346.

Tite-Live note que les consuls de 345 s'emparent de Sora volsque, située dans la vallée du Liris par une attaque surprise.


Guerres contre Privernum et Antium 341

En 343, la première guerre samnite éclate entre Rome et les Samnites concernant le contrôle de la Campanie et, en 342, selon plusieurs auteurs antiques, Rome fait face à des troubles civils et à une mutinerie de l'armée plébéienne. Tite-Live écrit que les Privernates exploitent la situation pour faire une incursion soudaine et dévaster les colonies romaines de Norba et de Setia.

Des nouvelles parviennent également à Rome qu'une armée volsque menée par les Antiates se concentre autour de Satricum. Les Romains confient la guerre contre Privernum et Antium au consul Caius Plautius Venno de l'an 341, tandis que son collègue Lucius Aemilius Mamercinus fait campagne contre les Samnites. Plautius vainc une première fois les Privernates et capture leur ville. Une garnison romaine est imposée et les deux tiers de leur territoire confisqués. Ensuite, Plautius marche contre les Antiates à Satricum. Une dure bataille s'ensuit interrompue par un orage et les Volsques se retirent à Antium pendant la nuit, laissant derrière eux leurs blessés et leurs bagages. Les Romains récupèrent une grande quantité d'armes et le consul ordonne de faire brûler le camp volsque comme sacrifice pour Lua Mater. Il ravage ensuite le territoire volsque le long de la côte.


Soumission des Volsques

Les Volsques rejoignent les Latins dans leur dernière lutte contre la domination romaine lors de la guerre latine entre 340 et 338 av. J.-C. Rome sort une nouvelle fois victorieuse du conflit, les villes volsques sont intégrées à la République romaine et reçoivent divers statuts romains avec des droits politiques différents.

La tribune aux harangues du Forum Romanum est décorée de six éperons de navires ennemis capturés lors de la bataille navale d'Antium de 338 av. J.-C., bataille suivie par la prise de la capitale des Volsques.

Les revers romains lors des guerres samnites produisent une certaine agitation parmi les Volsques, sans pour autant avoir d'impact durable, et ils sont définitivement incorporés dans la République romaine à la fin des guerres samnites.


Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.