Les peuples de Sicile


4 min lu

Les premiers habitants (en Sicile septentrionale et dans les îles Égades), seraient les Sicanes, population d’origine Ibérique (ou peut-être Sémite), qui seraient arrivés, peut-être à la dernière phase du Paléolithique supérieur, depuis l’extrémité Sud de l’Italie ou bien d’Afrique du Nord. Ils appelèrent la Sicile “Sicania”, mais ils ne savaient ni lire, ni écrire, et c’est pourquoi ils n’ont pas laissé de traces écrites de leur présence.

Dès la préhistoire, les rapports, surtout commerciaux, avec le monde grec, les îles Egées et méditerranéennes, les centres de l’Asie mineure, l’Italie et quelquefois avec l’Afrique septentrionale et l’Espagne, étaient fréquents. L’ implantation des Sicanes se poursuit à l’ère du Néolithique et à celle des Métaux (cuivre, bronze, fer), et assume des aspects de civilisations différentes selon les territoires insulaires. 

8000 av. J. C. À l’âge du Bronze, les Élymes (peut-être des réfugiés Troyens, originaires de l’Asie Mineure) s’établissent dans l’île. Ils fondent les premières colonies. 

1270 av. J. C. Les Sicules, de race Indo-européenne, proches des Latins sont chassés d’Italie continentale. Ils sont conduits par leur Roi Sicélos, et arrivent des côtes Calabraises. Ils s’emparent des terres les plus fertiles (Est et Sud) de la Sicile. Ils se déplacent à cheval et repoussent les Sicanes vers l’Ouest. C’est aux Sicules, qui l’appelaient “Sikélia”, que l’île devrait son nom originel, lequel donna à travers de nombreuses civilisations le nom actuel “Sicilia”. Certaines sources indiquent comme étymologie du nom Sikélia, les mots grecs anciens “sike” (figue) et “elaia” (olivier). Cela est une signification possible car la Sicile est très fertile (depuis la naissance de l’Etna). 

1000 av. J. C. Avant même l’arrivée des colons grecs en Sicile, les Phéniciens (peuple du Moyen-Orient), à la recherche de nouveaux débouchés commerciaux, fondent des colonies (à Chypre, à Malte, en Sardaigne, en Afrique, en Corse et en Espagne). Leur plus puissante colonie est sur les côtes nord-africaines (Carthage). Les Carthaginois (ou Phéniciens de Carthage) établissent des comptoirs de commerce, dans l’Ouest et le Nord de la Sicile. Les Phéniciens fondent de puissantes villes comme Palerme et Mozia. 

750 av. J.C. Les Grecs s’installent, et fondent la ville de Naxos, et constituent des cités oligarchiques (Syracuse, Messine) dans l’Est de l’île. L’objectif des Carthaginois était seulement commercial. Les Grecs, eux, partis de Grèce parce que le système d’aristocratie héréditaire mis en place ne donnait pas de place aux plus pauvres, veulent créer des colonies de peuplement. Ils habitent sur le bord des côtes pour garder contact avec la Métropole Grecque. Le nom de “Grande Grèce” est le nom donné par les Grecs eux-mêmes à l’espace qu’ils ont colonisé en Sicile (et en Italie du Sud continentale). Toute l’histoire de la Sicile hellénisée va se résumer à un affrontement entre les colonies grecques et Carthage pour s’assurer le contrôle de “l’île du Soleil” (ainsi nommée par Homère). 

733 av. J.C. Fondation de Sirakousai (Syracuse) par les Corinthiens. A cette colonisation, contribuent deux souches. D’abord la gréco-ionienne (Naxos, Leontinoi, Catane, Zancle, etc.) puis, la gréco-dorienne (Gela, Syracuse, etc.). 

La Sicile accomplit, alors dans tous les domaines, un énorme bond en avant car la supériorité hellénique s’impose petit à petit même aux indigènes Sicanes et Sicules et commence petit à petit à imprégner toute la vie de l’île. Et c’est justement de la fusion des Grecs et des Sicules que naquit la civilisation dite Sicéliote. 

En effet, les colons, amènent avec eux l’usage du fer, et fondent des cités à partir desquelles se développent de nouvelles colonies (subcolonies) intégrant totalement la population originaire de l’île. Les colons grecs imposent peu à peu leur culture, leur langue, leur religion à l’île. Puis ils deviennent agriculteurs et exploitent les terres les plus riches de l’intérieur de l’île. Les villes Grecques de Sicile connaissent rapidement la prospérité. 

Vème siècle av. J.C. La civilisation Sicéliote atteint son acmé de splendeur. Syracuse devint la capitale de l’île, dont elle a presque entièrement pris possession. Les Sicéliotes nomment l’île “Trinakrie”. La vie des colonies grecques n’est certainement pas pacifique. Il y a des retournements politiques internes qui provoquent la succession et l’alternative de gouvernements oligarchiques basés sur la propriété terrienne, de gouvernements monarchiques dans les mains de tyrans et de gouvernements démocratiques. Les conflits entre ville-états (“polis”) sont fréquents, et provoqués soit par des motifs occasionnels, soit par un “racisme” fondamental latent (comme en Grèce) des colonies d’origine Ionienne, hostiles à celles d’origine Dorienne (Syracuse). 

480 av. J.C. Victoire à Himère, des Grecs (Syracuse) contre les Carthaginois de l’Ouest de l’île. Mais les colons se partagent politiquement. Les uns restent fidèles au modèle classique de la cité grecque, la démocratie ; les autres (les habitants de Syracuse), à l’opposé, se donnent des rois. Ils instaurent donc très vite, le même système d’aristocratie héréditaire qui les avait fait partir de Grèce. 

475 av. J.C. L’Etna entre en éruption. Il faut noter que l’Etna ponctuera l’histoire la Sicile par de nombreuses éruptions volcaniques et tremblements de terre, qui feront du volcan un élément très important dans l’île. A son apogée, la cité Grecque de Syracuse est surnommée l’Athènes de l’Occident et devient la rivale de l’Athènes de Périclès, en Grèce. 

415 av. J.C. La ville de Ségeste se sentant menacée appelle Athènes au secours. 

414 - 413 av. J.C. Guerre entre Syracuse et Athènes de Grèce. De plus la longue rivalité entre Grecs et Carthaginois permit aux Romains d’intervenir en Sicile. En effet de nombreuses villes grecques de Sicile bénéficiaient déjà du statut d’alliées de Rome. 

409 av. J.C. Hannibal le Carthaginois conquiert Sélinonte, Agrigente et Gela. Mais Syracuse lui résiste et repousse les Carthaginois déjà décimés par la peste. 

406 av. J.C. La menace carthaginoise entame sa remontée. 

368 av. J.C. Défaite des Carthaginois contre Syracuse. 

339 av. J.C. Les Corinthiens de Grèce, appelés par Syracuse, battent à nouveau les Puniques. 

311 - 306 av. J.C. Syracuse, bat encore Carthage et porte la guerre jusqu’en Afrique, mais les Carthaginois continuent de dominer la partie Ouest de la Sicile. 

278 - 276 av. J.C. Pyrrhus, roi d’Épire, est appelé en Sicile pour soutenir les Grecs, il réussit à conquérir presque tous les territoires puniques de l’île. Dès le départ des armées de Pyrrhus, Carthage reconquiert une bonne partie des positions perdues et contrôle le détroit de Messine. 

IIIème siècle av. J.C. Lipari s’allie à Carthage contre les Romains mais est conquise par ces derniers et détruite.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.