L'année des 4 empereurs


3 min lu

L'histoire se répétant inlassablement, la mort de Néron conduisit Rome au bord de la guerre civile. Trois généraux briguaient la pourpre - Servius Sulpicius Galba, Marcus Salvius Otho et Aulus Vitellius - mais aucun n'avait suffisamment d'appui et tous connurent une fin tragique.

Néron n'inspecta jamais ses armées sur les territoires d'outre-mer. Tandis que les empereurs julio-claudiens s'assuraient la loyauté des soldats en les récompensant avec de l'argent, il ne leur octroyait que mépris. Quand le Sénat destitua l'empereur, aucun soldat ne vint à son secours. Les Prétoriens ne trouvaient pas de Julio-Claudien digne de ce nom pour lui succéder, l'affaire fut réglée hors de Rome.

Marcus Salvius Otho
 Le premier candidat au trône fut Servius Sulpicius Galba, âgé de soixante-dix ans, gouverneur de l'Espagne tarraconaise durant les huit années précédentes. Il s'était déjà élevé contre Néron en soutenant le général gaulois Vindex et était prêt à revêtir la pourpre. Au début de juin 68 apr. J.-C, ayant convaincu le Sénat et gagné les Prétoriens par la promesse d'une prime, il fut nommé empereur et marcha sur Rome, accompagné de son fidèle Marcus Salvius Otho. Selon Tacite, "le secret de l'Empire était dévoilé: un empereur pouvait se trouver ailleurs qu'à Rome". Celui qui disposait. d'une armée de province pouvait donc prétendre à la pourpre impériale.

Servius Sulpicius Galba 

Le Trésor était dans un piètre état, et Galba, dépeint par Tacite comme "un mauvais génie", tenta de récupérer des fonds par le retour de dons qu'aurait faits Néron. En véritable tyran, il fit exécuter des hommes clés de la maison de Néron et tenta de restaurer, en vain, la discipline dans l'armée. Lorsque les légions de la Germanie supérieure et inférieure, sous le commandement d'Aulus Vitellius, se soulevèrent, Galba confia à Licinianus le commandement de l'armée pour contrer la menace. C'est ce qu'attendait Othon. Haïssant Néron qui lui avait volé sa femme, cette nouvelle marque d'ingratitude de la part d'un empereur le poussa à agir. En promettant des primes, Othon gagna le soutien des Prétoriens qui s'emparèrent de l'infortuné Galba et le tuèrent. Sa tête fut exhibée au bout d'une lance dans toute la ville.
Aulus Vitellius 
Othon devait désormais traiter avec les armées du Rhin. Les légions avaient reconnu Vitellius comme empereur le 3 janvier, et la puissante force se dirigeait vers le Sud pour envahir l'Italie. Les légions de Judée et de Syrie étant trop loin pour intervenir, Othon ne disposait que de vingt-cinq mille hommes pour arrêter Vitellius. Il se dirigea donc vers le Nord le 14 mars. 


VESPASIEN VAINQUEUR

Les hommes d'Othon furent décimés au cours de la bataille de Bédriac, près de Crémone. Après seulement trois mois de règne, Othon abandonna sa cause et se donna la mort. Vitellius et ses troupes composées de Romains et de mercenaires, poursuivirent leur route jusqu'à Rome, pillant l'Italie sur leur passage.
Titus Flavius Vespasianus Comme ses prédécesseurs, Vittellius tenta d'asseoir son pouvoir en usant et en abusant des assassinats vengeurs. Mais cet étalage brutal de la violence ne pouvait masquer son manque de talent. Il avait été un ami de Tibère à Capri avant d'être un courtisan de Caligula, de Claude et de Néron. Ses plus grands exploits se situaient dans le domaine de la gloutonnerie et de l'extravagance où on le disait insurpassable.
Les chefs de province, hostiles depuis le début à Vitellîus, se tournèrent vers Titus Flavius Vespasianus (Vespasien) qui avait brillamment servi en Bretagne et qui était devenu général des forces romaines en Palestine. Le 1er juillet 69, les forces de Vespasien le déclarèrent empereur.

Rome était attaquée sur deux fronts. Les forces de Vitellius furent écrasées à Crémone. Flavius Sabinus, le frère de Vespasien, ne parvint pas à prendre la ville, et mourut désespéré quand les Vitelliens présentèrent une ultime résistance. Le Capitole prit feu et le temple de Jupiter fut détruit. En dépit de ses efforts pour se cacher, Vitellius fut découvert, torturé et tué, et son corps fut jeté dans le Tibre. Vespasien eut la chance de gouverner plus longtemps. Le désordre régnant à Rome, il prit le contrôle de l'armée avec l'aide de loyaux généraux, et vint à bout d'une lutte civile d'un an. 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.