La conquête de la Narbonnaise


5 min lu

La principale raison de franchir les Alpes avec une armée consulaire est pour Rome, d'assurer les communications avec ses possessions en Ibérie consécutives à la 2ème guerre punique. Il s'agit aussi de protéger les Massaliotes qui se sont montré de fidèles alliés contre Hannibal. C'est enfin pour éliminer la vieille menace d'invasions directes sur l'Italie. Ainsi en - 181, le consul Paul Emile a vaincu les Ligures qui tenaient les débouchés des Alpes et les a ménagés pour conserver à Rome cet obstacle aux raids gaulois.

Mais le comportement de Massilia qui rappelle un peu celui de Carthage va changer peu à peu la situation. Massilia est devenue la puissance maritime et commerciale dominante dans la Méditerranée occidentale après la disparition de la capitale punique. Et comme son ancienne rivale, elle cherche à s'étendre en territoire. Ainsi en - 154, les débordements des colons massaliotes sur la rive droite du Var actuel, provoquent une réaction belliqueuses des Oxybiens et des Décéates, deux tribus Ligures qui vivaient là. Antipolis et Nicae sont investies et le siège de ces deux cités progresse rapidement, Massilia envoie des ambassadeurs à Rome demander des secours que le Sénat décide rapidement de fournir et il envoie immédiatement trois commissaires pour étudier les origines de la guerre et trancher.

Le navire qui les porte, mouille au port d'Aegitna, (près de Cannes), chez les Oxybiens qui refusent le débarquement des Romains. Mais Flaminius, le responsable de cette députation est déjà à terre et veille à décharger ses bagages. On lui intime l'ordre de repartir ce qu'il rejette avec mépris. Les protagonistes échangent des menaces et pendant cette joute verbale, quelques Oxybiens tentent de piller les bagages du Romain , ses esclaves interviennent et un véritable combat commence. Les Romains sont battus, deux gisent par terre, les autres refluent sur le navire, Flaminius qui a dégainé son épée est gravement blessé et repart lui aussi. Les câbles sont tranchés et le navire quitte le port, toute voiles dehors selon Polybe, Flaminius est soigné à Massilia. Le Sénat manifeste sa réprobation vivement et déclare qu'il faut exercer une vengeance exemplaire des Oxybiens et des Décéates.

Le consul Quintus Opimius rassemble à la hâte des légions à Piacentia et suivant la côte, il vient dans le pays des Oxybiens. Aucune armée ligure ne lui barre le chemin, le consul prend d'assaut la cité d'Aegitna, capture la population et la réduit en esclavage, puis expédie au Sénat les responsables de l'affront. Enfin, le consul rencontre l'armée des Oxybiens qui acceptent le combat malgré leur faible nombre. Ils combattent avec vaillance mais sont vaincus et fuient. Rattrapés par les Décéates, ils retournent au combat avec eux et sont à nouveau vaincus. Rome rase la cité d'Aegitna, livre aux Massaliotes son territoire et soumet les populations vaincues, leur interdit d'approcher à moins de 12 stades de la côte, désarme les bateaux avec lesquels ils se livraient à la piraterie, réclame des otages et maintient des troupes dans les principales cités durant l'hiver suivant, puis les légionnaires repartent.


Le vin éxiste depuis fort longtemps. Certains lui accordent ses premières origines de la Perse antique.Mais en ce qui concerne l'Europe,les premiers vins importés de Grèce apparurent aux temps des dieux.Ils furent consommés avec plaisir et les premiers vignerons gaulois plantèrent leur vigne vers Massalia (nom grec de Marseille). La culture de la vigne va donc s'étendre tout autour de Marseille jusqu'à l'arrivée des Romains et de leurs vins de grande qualité. Des Romains vont alors s'approprier des terres dans le Languedoc Roussillon actuel pour y cultiver la vigne. Le vin de la région va donc profiter des nombreux accès à la Méditerranée pour être exporté dans tout l'Empire Romain.

Vers - 125, les Massaliotes font de nouveau appel à Rome pour les mêmes raisons, cette fois ci, ce sont les Salyens alliés aux Voconces, aux Allobroges et aux Arvernes qui menacent Massilia. Le consul Marcus Flavius Flaccus traverse les Alpes avec une armée consulaire, c'est la première fois qu'un consul vient en Gaule avec tant de troupes. Flaccus est vainqueur des Salyens, habitants de la vallée de la Durance. Son consulat est prorogé, et en - 124, le consul soumet les Voconces dont Massilia ne s'est pas plainte puis il rentre à Rome. On envoie le consul de - 123, Caius Sextius Calvinus, poursuivre la conquête jusqu'au Languedoc. Il écrase les Salyens, capture et détruit leur oppidum Entremont en - 123 et réduit en esclavage la population. De plus, il fait patrouiller ses légions entre le Rhône et le Var, refoulant les Gaulois et les Ligures à 1000 pas de la côte. Puis il donne cette bande de terre à Massilia. 


En - 122, Calvinus décide de transformer le camp construit au nord de Massilia en une colonie romaine, la première dans la Gaule transalpine. Elle prit son nom : Aquae Sextiae (Aix en Provence). Massilia favorise la formation d'une alliance entre Rome et les Eduens qui contrôlent le confluent de la Saône et du Rhône. Le Sénat romain les proclame frères de la République. Les Eduens sont en conflit avec les Allobroges et quand ces derniers, alliés aux Arvernes, attaquent les Eduens, ceux ci font appel à Rome. Le consul Gaius Sextius Calvinus marche contre les Allobroges, qui soutiennent Teutomal ou Tutomotulus, le roi des Salyens en fuite. Les Allobroges sont vaincus près de Vindalium, au confluent de la Sorgues et du Rhône. Mais ils refusent de livrer Teutomal, fourbissent leurs armes et sont envahis par le nouveau consul Gnaeus Domitius Ahenobarbus (barbe d'airain). 


Le roi des Arvernes, Bituit, le chef le plus puissant de la Gaule, propose sa médiation mais il est humilié et le consul refuse de tenir compte de son intervention en faveur des Allobroges. Pendant ce temps, les Arvernes attaquent les Eduens. Le roi des Arvernes rassemble toutes ses forces et se porte au secours des Allobroges. Rome envoie le consul Quintus Fabius Maximus en soutien et les Eduens se rangent du côté romain. Les consuls prennent l'offensive et Fabius est blessé. Le 8 août - 121, au confluent de l'Isère et du Rhône, les consuls sont face aux Arvernes qui traversent laborieusement le Rhône. Bituit a fait construire un pont en pilotis et il décide d'en construire un autre avec des barques. Les deux armées sont en nombre inégal. Du côté romain, trente mille légionnaires sont accompagnés d'auxiliaires massaliotes et d'Eduens. L'armée arverne est trois fois plus nombreuse et comprend de nombreux archers ruthènes.  

Le combat est violent et Fabius Maximus, le petit fils de Paul Emile est malade. Les soldats le portent en litière pour qu'il puisse donner les ordres. Quand il envoie les éléphants charger les troupes gauloises, celles ci ne les connaissent pas et ne savent pas comment les combattre, leurs chevaux sont effrayés par les pachydermes, la fuite est générale. Le pont de bateaux cède le premier et de nombreux arvernes se noient. La marée humaine reflue vers l'autre pont qui est rapidement bloqué. Les Romains en profitent pour exterminer les combattants gaulois. Bituit réussit à s'échapper avec le quart de ses hommes et il pousse les Allobroges à se rendre au consul. Fabius Maximus rentre à Rome et obtient un triomphe laissant Ahenobarbus gérer la situation. Ce dernier est ulcéré du comportement du roi arverne qui l'a ignoré, s'empare de lui par traîtrise et l'envoie à Rome, chargé de chaînes ainsi que nous le décrit Valère Maxime. Le Sénat blâme le consul pour la violation de la foi jurée mais garde le roi arverne et exige la remise du fils de Bituit, Congonnetiac. Aussitôt, la guerre se rallume, mais les Arvernes sont un nouvelle fois vaincus. Ahenobarbus installe une garnison à Toulouse et utilise ses légions pour créer la route qui porte son nom, la voie Domitienne qui relie le Rhône aux Pyrénées

Les successeurs de Quintus Fabius Maximus, poursuivent la même politique et agrandissent la province jusqu'aux Pyrénées. Les territoires des Helviens, des Volques Arécomiques et des Sordes sont conquis en - 118. Rome fait alliance avec les Volques Tectosages. Le Sénat constate que les routes entre l'Italie et la nouvelle province ne sont pas sous contrôle et que les armées utilisent le chemin difficile qui longe la mer. Le consul Quintus Martius Rex est chargé en - 118, de soumettre les Stoenes. Le consul pénètre prudemment dans la montagne et surprend ces Ligures dans leur cité. Se voyant encerclés par les Romains, ils incendient leurs maisons et se jettent dans le feu.

La paix est établie et une nouvelle province romaine est fondée entre les Alpes et les Pyrénées. Comme en Gaule cisalpine, l'organisation de la conquête nécessite des colonies bien placées. En - 117, celle de Narbo Martius (aujourd'hui Narbonne) est fondée et plusieurs milliers de colons y émigrent, parmi lesquels de nombreux vétérans des guerres contre les Gaulois. La province est déclarée consulaire, tous les ans, un consul s'y rend avec son armée.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.