La tétrarchie de Diocletien


3 min lu

Le 20 novembre 284, un événement dont on mesura mal alors l'importance, se déroula en Nicomédie. Un nouvel empereur était nommé par ses troupes, différent de ses prédécesseurs : il s'agissait de Dioclétien.

La spirale anarchique dans laquelle s'enlisait Rome, s'interrompit avec l'accession au trône de Caius Aurelius Valerianus Diocletianus (vers 284 à 305). Né en 245 d'une humble famille dalmate, Dioclétien gravit les échelons de l'armée. Il jouissait d'une immense popularité parmi ses troupes illyriennes. Le règne des frères et co-empereurs Marcus Aurelîus Carimis - Carin - et Marcus Aurelius Numerianus - Numérien -(vers 283 à 284) se termina tragiquement par l'assassinat du second par son beau-père Arrius Aper, préfet du prétoire. On dît que Dioclétien aurait ensuite abattu Aper de sa propre main devant l'armée assemblée avant de s'attribuer la pourpre. 

Au printemps 285, Dioclétien battit Carin en Pannonie et devint le seul empereur au pouvoir. Au cours des vingt années qui suivirent, il entreprit d'importantes réformes gouvernementales qui devaient assurer la structure politique de l'État romain jusqu'à son dénouement. Sa plus grande avancée fut de déléguer ses pouvoirs à des pairs de confiance. Il officialisait de ce fait une situation qui était la norme depuis Antonin le Pieux. En 286, il nomma César Marcus Aurelius Valerius Maximianus, autre officier d'Illyrie. En 287, ce dernier reçut le titre d'Auguste et gouverna l'Occident où il remporta des victoires sur les Alamans, tandis que Dioclétien affrontait les Perses en Orient. 

Antique place centrale du Palais de Dioclétien à Split 

En mars 293, deux autres Illyriens furent nommés César, Caius Galerius - Galère - et Flavius Valerius Constantius - Constance - qui furent respectivement adoptés par Dioclétien et Maximien. Ce gouvernement dirigé par quatre hommes (deux Augustes et deux Césars) inaugura la tétrarchie. Elle fut aussi consolidée par des mariages. Ainsi, Constance dut divorcer de sa femme Hélène pour épouser Theodora, la belle-lille de Maximien. Hélène emmena son jeune fils Constantin en Orient pour qu'il y soit élevé. 

La tétrarchie fut couronnée de succès. Dioclétien fit cesser une révolte en Egypte, Galère battit les armées des Goths sur le Danube et l'emporta une grande victoire sur les Perses en 297-298, Constance vainquit le prétendant Allectus (qui s'était nommé lui-même empereur de la Bretagne et du nord de la Gaule en 293), et Maximien réprima une rébellion en Maurétanie. 

LA PERSÉCUTION DES CHRÉTIENS

Les quatre empereurs mirent sur pied une armée mobile en campagne pour appuyer les garnisons toujours cantonnées aux frontières. Des critiques de l'époque prétendirent qu'ils quadruplèrent la taille de l'armée, mais il semble plus vraisemblable qu'ils ne firent que la doubler. De telles mesures impliquaient en effet de lever de nouvelles taxes pour être financées et elles se heurtaient au problème de l'inflation galopante, résultant de la période d'anarchie. Dioclétien fit frapper de nouvelles pièces d'or à un taux plus élevé que le titre du métal et créa un étalon d'argent, ce qui stabilisa progressivement l'économie. Mais les pièces de cuivre, les plus répandues chez les pauvres, n'avaient pas autant de valeur, ce qui ne les avantagea absolument pas.
Persécution des chrétiens dans les arènes Pour remédier à cette situation et assurer la protection des plus déshérités, Dioclétien promulgua, en 301, l'édit du maximum qui fixait un prix maximal sur un ensemble de produits et de services. Selon certains critiques, ces mesures ne firent que limiter des denrées du marché. En fait, la complexité croissante de la législation financière aboutit à une lourde bureaucratie, qui caractérisa la fin de la période romaine.
En matière de religion, Dioclétien et Maximien se prétendirent les fils des dieux Jupiter et Hercule, inaugurant de ce fait le renouveau de la religion ancienne de l'époque. Dioclétien s'intéressa aussi au culte de Mithra, et spécialement à l'idée du banquet sacré et du taurobole. Il n'avait donc guère de sympathie pour les chrétiens et fit respecter les limites, assignées a cette religion avec violence, ce qui lui valut une réputation de cruauté qui porta ombrage à son exceptionnelle énergie, à son intelligence et à son génie administratif Les chrétiens supportèrent ces contraintes avec une remarquable patience et une foi religieuse impressionnante.

Dioclétien et Maximien se retirèrent en 305 -ce qu'aucun autre empereur romain n'avait jamais osé faire - et promurent les deux Césars, Constance en Occident et Galère en Orient au titre d'Augustes. Dioclétien rejoignit son palais de Split sur la côte dalmate, où il s'adonna à la culture des légumes. Il mourut paisiblement six ans plus tard.

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.