Sévère et Caracalla


3 min lu

Douze ans seulement après la mort du grand Marc Aurèle, l'Empire dut une fois encore affronter le chaos et la confusion. Septime Sévère, le premier empereur romain d'Afrique du Nord, prit les rênes du pouvoir et fonda une nouvelle dynastie.
l'empereur Septime-Sévère À la mort de Commode, une guerre civile éclata, funeste répétition de l'année 69. Différentes légions soutinrent leurs commandants. Le premier des trois empereurs à monter sur le trône six mois plus tard fut Publius Helvius Pertinax. Fils d'un affranchi, il se distingua comme général sous Marc Aurèle, et s'éleva au rang de chevalier et de consul en 175. Bien qu'intègre, il fut assassiné au bout de trois mois par un petit groupe de soldats scandalisés par ses réformes économiques. 

Didius Julianus se montra le plus généreux, offrant vingt-cinq mille sesterces par homme, dans une vente aux enchères proposée par les prétoriens. Cet épisode déprécia considérablement le rôle des empereurs, Mais il n'était pas le seul à soudoyer ses hommes. Trois autres se préparaient à en faire autant. En Pannonie, les légions de Lucius Septimius Severus le proclamèrent empereur (vers 193 à 211). Il marcha rapidement sur Rome, supprima Julianus, et se lit reconnaître par le Sénat hésitant.
L'arc de Septime-Sévère à Rome L'année suivante il élimina Pescennius Niger, gouverneur de Syrie, qui était considère comme l'empereur légitime par les légions d'Orient. La bataille décisive entre les deux protagonistes se déroula dans la Turquie moderne en 194, à l'endroit même où Alexandre le Grand écrasa les Perses en 333 av. J.-C. Niger fut poursuivi et décapité, tandis que le gros de ses troupes se réfugia en Parthie. Clodius Albinus, le second prétendant, se nomma lui-même empereur en Bretagne où il était gouverneur. Il quitta le Nord-Ouest et rassembla des partisans sur son chemin, mais en 196, il fut battu par Sévère à Lyon. Il se suicida peu après.
Les brutalités se poursuivirent avec l'assassinat de vingt-neuf sénateurs que Sévère prenait pour des traîtres. Au cours de deux campagnes, il poursuivit les partisans de Niger en Parthie, prit la capitale Ctésiphon en 197, pilla les trésors du royaume et réduisit la population en esclavage. Sa réputation de boucher impitoyable est tempérée par ses réalisations architecturales. Sévère fit beaucoup pour réparer les dégâts occasionnés dans Rome par l'incendie désastreux de 191, et mit en œuvre un vaste programme de construction à Leptis Magna, sa ville natale d'Afrique du Nord, qui devint un modèle du genre.
les thermes de Caracalla à Rome (maquette) Il mourut en Bretagne au cours d'une expédition lancée contre des tribus du nord. Il voulait que ses fils, Septimius Bassianus Caracalla (vers 211 à 217) et Lucius Septimius Geta (vers 211 à 212), qui n'avaient qu'un an d'écart, gouvernent ensemble comme les empereurs antonins. Pour établir le lien dynastique, Caracalla prit le nom de Marcus Aurelius Antoninus. Cependant, les deux frères ne s'aimaient guère, et ne tinrent pas compte du conseil de leur père pour réussir: " Entendez-vous ensemble, donnez de l'argent aux soldats et méprisez tous les autres hommes. " 

l'empereur Caracalla 

Leur inimitié aboutit d'abord à la division du palais du Palatin, puis à celle de l'Empire, les provinces d'Orient revenant à, Geta, et celles d'Occident avec l'Afrique du Nord à Caracalla. En moins de 10 mois, les frères ennemis furent au bord des hostilités. Caracalla évita la guerre ouverte en assassinant son frère et en éliminant ses partisans. L'effusion de sang souilla le reste de son règne. II passa peu de temps à Rome, faisant surtout campagne sur le Rhin, le Danube et en Parthie. Il a cependant laissé à Rome de superbes bâtiments dont des thermes qui portent son nom. Lorsqu'il fut assassiné par un préfet des gardes entre Édesse et Carrhae (Harran), il n'avait pas d'héritier désigné.  

le temple de Bacchus à Baalbeck (Liban): la construction fut ordonnée par l'empereur romain Antonin le Pieux (138-161) et inauguré par l'empereur Septime-Sévère (193-211) 

Mircua Opellius Macrinus (vers 217 à 218) -Macrin - préfet du prétoire qui avait organisé l'assassinat de Caracalla, lui succéda. Né en 164 dans la colonie de Césarée en Afrique du Nord, Macrin était un empereur compétent, mais très impopulaire auprès de l'armé du fait de la signature d'une paix honteuse avec les Parthes. II ne resta qu'un an sur le trône, fut chassé de Rome et plus tard, assassiné avec son fils. 

  

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.