Tibère et Caligula


5 min lu

TIBERIUS CLAUDIUS NERO CAESAR (TIBÈRE)

Après avoir bâti un empire, Auguste dut organiser la succession de sa dynastie. Mais la plupart de ses descendants adoptés disparurent avant lui, À sa mort, son beau-fils Tibère était le seul candidat possible à sa succession.

Né en 42 av. J.-C, Tiberius Claudius Nero Caesar (Tibère), qui régna de 14 à 37 apr. J.-C. n'était qu'un candidat de second choix, et il le savait. Auguste lui préférait les fils de Julie, la fille qu'il avait eu de son mariage avec Scribonia. En 25 av. J.-C, Julie épousa Marcellus, le neveu d'Auguste, mais se retrouva rapidement veuve. Auguste lui choisit comme second mari son loyal ami, Marcus Agrippa. Julie lui donna trois fils et deux filles. Les deux aînés, Caius et Lucius, furent honorés comme les héritiers présomptifs.
TibèreLe mariage d'Auguste avec Livia Drusîlla lui donna deux beaux-fils: Tibère et Drusus. Tous deux étaient des généraux de grand mérite, et avaient prouvé leur valeur lors des campagnes en Germanie et dans les Balkans. Toutefois, ils ne semblaient pas intéressés par la politique, au grand chagrin de leur mère, Livia. A la mort d'Agrippa en 12 av. J.-C, Auguste souhaita que l'un ou les deux d'entre eux soient les régents des jeunes Caius et Lucius s'il décédait avant leur majorité. 

Auguste trouvait Tibère arrogant et rancunier, mais il voulut croire que ce n'était qu'un comportement passager. Il força Tibère à divorcer de sa femme, Vipsania, pour épouser sa fille Julie, à nouveau veuve. Tibère vécut ce divorce comme une tragédie et fut longtemps déstabilisé. Mais cette seconde union dura jusqu'en 11 apr. J.-C Ce fut un mariage malheureux, et Tibère ne montra guère d affection pour ses beaux-fils. Leur frère Agrippa Postumus était si désagréable qu'il fut bientôt exilé.

Tibère se retira volontairement sur l'île de Rhodes et y serait peut-être resté sans la mort prématurée de Caius et Lucius au cours des premières années du 1er siècle. Son frère Drusus étant également décédé, Tibère se retrouvait seul successeur du trône impérial.

Auguste adopta Tibère le 26 juin de l'an 4 apr. J.-C. et lui fit adopter Nero Claudius Germanicus qui était le fils de son frère Drusus et un descendant direct de Jules César par sa mère. Selon Suétone, Germanicus était beau, courageux, intelligent et inspiré : le parfait candidat. 

UN SUCCESSEUR INOPPORTUN

Aux dires de Suétone, il circula une rumeur prétendant que Livia aurait été impliquée dans la mort de tous les héritiers à la succession impériale pour protéger la position de son fils Tibère. On a même suggéré qu'elle aurait tué Auguste en lui offrant des figues empoisonnées. Cette légende qui faisait d'elle la meurtrière de tous ceux qui étaient liés au pouvoir, de Marcellus en 23 av. J.-C. à Auguste en 14 apr. J.-C, était peut-être véridique, mais il semble plus probable que ces hommes soient morts de maladie. Tibère devint empereur à l'âge de 54 ans, héritant un pouvoir sans précédent. Selon Suétone, "il était grand et d'une constitution plus robuste que la moyenne... Il marchait à grands pas, son cou raide et penché en avant, l'air sévère et en silence. Il ne parlait jamais, ou très rarement, avec ses compagnons ". Ses premières actions furent dirigées contre l'exilé Agrippa Postumus, le seul fils adopté d'Auguste encore vivant, qu'il fit promptement assassiner.

Bien que Tibère ait eu, à ses débuts de bons rapports avec le sénat, une relation conflictuelle s'installa entre eux. Son règne commença par une révolte des forces armées qui voulaient une augmentation de la solde. Les craintes d'Auguste concernant ce successeur peu charismatique et sans grande imagination apparaissent bien fondées. Les vingt trois années du règne de Tibère furent marquées par un manque de créativité et d'innovation. A maints égards, il ne semblait pas capable d'être empereur et, dès ses premières années de règne, peu de gens apprécièrent son gouvernement. Il n'avait aucun goût pour la vie publique et détestait les spectacles et les jeux qui passionnaient les foules. Héritier extrêmement riche de al fortune d'Auguste, il augmenta les impôts, ce qui ne fit qu'accroître l'inimitié de la population.

Tibère n'appréciait pas sa position élevée. En fait, tout laisse à penser qu'il trouvait le pouvoir oppressant pour celui qui l'exerce. Sa tâche était rendue plus difficile encore par son caractère méfiant qui coûta la vie à de nombreux rivaux imaginaires.

Livia avait été rebaptisée Augusta par la volonté de son mari, mais Tibère n'avait pas l'intention de lui laisser un pouvoir indu. Il ignora ses demandes et l'écarta des affaires. Les relations se détériorèrent tellement qu'à sa mort à l'âge de 86 ans, en 29 apr. J.-C, il refusa d'assister aux funérailles et de prononcer le discours funèbre.

Fondant ce temps, Germanicus menait une campagne victorieuse en Germanie, dont il tenait son surnom. Relevant l'honneur de Rome après le désastre de Teutoburg en 9 apr. J.-C, et soutenu par l'armée, il semblait prêt à assumer les plus hautes fonctions de l'État. Mais il se montra toujours d'une parfaite loyauté envers Tibère. Germanicus tomba malade et mourut en 19 au cours d'une expédition en Orient. Il fut probablement empoisonné par des chefs syriens, lesquels avaient peut être été payés par Tibère. 

La Mort de Germanicus, par Nicolas Poussin, 1626. 

Même si sa veuve Agrippine n'avait aucune preuve, elle lança une vendetta contre Tibère qui allait durer toute sa vie. Il subit les calomnies d'Agrippine pendant une décennie avant que le Sénat ne l'exile avec deux de ses fils. Ceux-ci moururent peu après, assassinés ou poussés au suicide. Son troisième fils, Caius, appelé Caligula (" petite chaussure "), était trop jeune pour présenter une menace; et il fut gardé, seul, auprès de l'empereur. 

À l'âge de 67 ans, Tibère s'éloigna de la vie publique et se retira sur l'île de Capri, gouvernant dorénavant par l'intermédiaire de son ministre Séjean, commandant de la Garde prétorienne, qui devint son homme de confiance. Ce dernier persuada Tibère de rester éloigné de Rome alors qu'il bâtissait un empire dans l'Empire, en confiant les plus hauts postes à ses fidèles. Il fut impliqué avec sa maîtresse Drusilla, dans l'empoisonnement de Drusus, dont il voulait épouser la veuve, Livilla. 

L'empereur n'avait plus la possibilité de contrôler Séjean par les anciennes méthodes constitutionnelles. Aussi utilisa-t-il avec habileté l'ambition d'un autre officier prétorien, Naevius Sutorius Macro, pour faire tomber Séjean, en remplaçant la Garde prétorienne par de simples soldats. Ce dernier fut condamné à mort et exécuté. Après cet événement, la cour ne put jamais se libérer de l'atmosphère oppressante liée aux dénonciations et aux accusations. À la mort de Tibère, le 16 mars 37, le peuple manifesta sa joie en demandant que son corps soit jeté dans le Tibre comme celui d'un vulgaire criminel. Comme il était avare, Tibère laissa les finances impériales en meilleur état que ne l'avait fait Auguste.

LA TERREUR DE CALIGULA

À partir de 18 ans, Caligula (qui régna de 37 à 41 apr. J.-C.) vécut à Capri avec Tibère. Celui-ci nourrissait peu d'espoirs pour son jeune neveu, remarquant avec causticité "qu'il élevait une vipère pour le peuple de Rome". Son jeune cousin malade, Tiberius Gemellus, était un héritier au trône plus direct, mais le Prétorien Macron décida d'appuyer Caligula. En outre, le fils de l'héroïque Germanicus, descendant d'Antoine et d'Octavie, présentait une ascendance susceptible de plaire aux Romains qui souhaitaient un nouveau souverain, il fut donc nommé empereur.

Au début de son règne, Caligula fut comme le soleil après la pluie. Il abolit des taxes impopulaires sur les ventes, organisa des représentations publiques et mit fin à l'hostilité et à la suspicion qui prévalaient au gouvernement. Hélas, cet état de grâce ne dura que quelques mois. Caligula tomba malade - les détails de son mal restent inconnus. Mais, quand il retrouva la santé, c'était un autre homme. Suétone l'appela "Caligula le monstre". Il se mit à vivre dans un luxe indécent et dilapida bientôt la colossale fortune amassée par Tibère. Lorsque le produit des nouveaux impôts était insuffisant, Caligula persécutait les aristocrates afin de saisir leurs biens et leurs terres.

Ses caprices étaient sans bornes. Il fit peu de cas du sénat qu'il scandalisa en nommant consul son cheval préféré, Incitatus. Il organisa l'invasion de la Bretagne ; mais, sur les côtes de la Gaule, il ordonna à ses légionnaires de ramasser des coquillages, puis proclama une victoire imaginaire. Il s'habile de façon extravagante, portant même des vêtements de femme et se présentant comme un dieu. Il fit exécuter Macron pour le remplacer par un Prétorien plus maléable. En 38, il fit diviniser sa sœur favorite Drusilla (avec qui il aurait eu des relations incestueuses) et qui venait de disparaître.

Après seulement quatre ans de règne, il fut poignardé lors du dernier jour des Jeux palatins. Son corps fut hâtivement enterre et son nom effacé des documents historiques. Sa dernière épouse, Milonia Caesonia, et leur fille Drusilla furent assassinées peu après lui. Une fois encore, il y eut à Rome une vacance du pouvoir dont la Garde prétorienne profita immédiatement. 

Commentaires
* L'e-mail ne sera pas publié sur le site web.